Fragmentation dans le village global

 |   |  740  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : dr)
Par Virginie Maisonneuve, responsable des actions chez Schroders.

Il est devenu la norme de dire que nous vivons dans un monde globalisé. Le terme mondialisation est désormais omniprésent pour évoquer l'effacement des frontières et le rétrécissement des distances - en bref, l'émergence du village global. Pourtant, nous voyons une autre tendance se développer parallèlement à cette mégatendance de la mondialisation : malgré l'interdépendance croissante du paysage mondial, nous assistons également à une fragmentation croissante. Nous ne parlons pas de mondialisation à rebours ("reverse globalisation"), mais plutôt de schismes au sein du village global qui sont le produit du processus de mondialisation lui-même, facilités tantôt par la technologie, accélérés parfois par la récente crise financière mondiale. Il existe de nombreux domaines où la fragmentation est évidente. Les plus frappants sont d'ordre macroéconomique, social, communautaire, ou liés à la "fragmentation de l'attention" résultant de nos modes de vie hyperconnectés.

La mondialisation a conduit à une intégration économique croissante et à une convergence des économies régionales en blocs d'apparence homogène. Cependant, la crise financière a stoppé et, dans certains cas, inversé cette tendance. Ce que nous observons aujourd'hui en Europe en est le parfait exemple. La naissance de la monnaie unique en 1999 a été la manifestation ultime d'une économie régionale intégrée, mais la crise financière a mis en évidence de graves défauts structurels et a révélé une Europe à deux vitesses, creusant un fossé entre le coeur de la région et sa périphérie. L'application d'une politique monétaire unique a exacerbé les différences qui préexistaient entre les économies de la région : un régime de taux d'intérêt approprié pour le coeur de l'Europe a eu des conséquences perverses à sa périphérie... De même, un taux d'intérêt réel extrêmement bas a encouragé des prises de risque excessives dans de nombreux pays, provoquant des situations d'endettement insoutenables aussi bien dans le secteur public que dans le privé.

Au niveau microéconomique, bien que la moyenne du bien-être économique se soit améliorée au cours des dernières décennies, les inégalités de revenus ont augmenté dans presque tous les pays. Elles ont crû deux fois plus vite dans les pays développés au cours des trente dernières années. Aux Etats-Unis, par exemple, les 1% plus riches gagnent près d'un quart du total...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :