Métaux et batteries pour voitures électriques  : la Finlande, un exemple à suivre pour la France

 |  | 520 mots
Lecture 3 min.
Didier Julienne.
Didier Julienne. (Crédits : Patrick FITZ / M&B)
CHRONIQUE. La Finlande a une entreprise d'Etat, le Finnish Minerals Group (FMG), qui investit dans des entreprises du secteur minier. Une politique volontariste et structurée pour se positionner sur le marché des batteries pour véhicule électrique qui est en pleine croissance. La France devrait s'inspirer de la démarche de la Finlande, avec laquelle elle a plusieurs points communs. Par Didier Julienne, Président de Commodities & Resources » (*).

Dans le domaine des batteries pour véhicule électrique, la Finlande peut faire ce que la France ne fait pas, parce qu'Helsinki dispose d'un avantage, le Finnish Minerals Group (FMG). FMG est une entreprise d'État et, en beaucoup plus modeste, l'équivalent d'un Bureau de Recherches géologiques et minières français (BRGM), mais qui aurait des ailes.

FMG a en effet pour mission centrale de maximiser la valeur des ressources minérales finlandaises. Engagé dans leur capital, il gère les participations de l'État dans des entreprises minières établies en Finlande, mais également dans les entreprises en aval qui consomme ces minéraux, notamment celles de l'industrie des batteries Lithium-ion et de leur futur recyclage.

Faciliter les liens entre mineurs, fabricants et constructeurs

Dans 9 ans, en 2030 il est attendu que 80 % des ventes automobiles européennes seront électriques. C'est dans ce contexte qu'il faut apprécier la stratégie de FMG : faciliter les liens entre mineurs, fabricants de cathodes, de cellules ou de batteries et les constructeurs automobiles tels Norilsk Nickel, BASF, Johnson Matthey, Northvol ou Volkswagen  ; permettre d'établir des complémentarités entre l'industrie minière locale et les pays voisins, car par la mer Baltique l'industrie métallurgique et minière finlandaise est proche des gigafactories allemandes et polonaises et par le port de Vaasa elle n'est qu'à 250 kilomètres de l'usine suédoise de Northvolt de Skelleftea. Celle-ci équipera à terme 3 millions de voitures électriques, dont celles de l'allemand Volkswagen.

Celui-ci est le seul constructeur du continent qui ait affiché une stratégie électrique claire et d'ampleur. La marque allemande souhaite fabriquer en interne ses propres batteries, car elle prévoit un goulot d'étranglement géant sur la fabrication des cellules de batteries, non pas à cause d'un manque de matières premières, mais d'une pénurie d'usines. Elle sera donc propriétaire en Europe de 6 gygafactories de 40 GWH chacune d'ici à 2030. Northvolt est déjà son partenaire pour au moins 80 GWh et les 4 autres usines se répartiront avec d'autres partenaires, probablement asiatiques.

La transformation de la mer Baltique

Pour réussir, tout comme la France, la Finlande dispose de ressources minières, mais Helsinki en connaît mieux l'étendue et la richesse  ; tout comme la France, elle dispose d'excellentes connaissances dans la pyrométallurgie, l'hydrométallurgie, la chimie des matériaux, mais elle les utilise dans son plan stratégique batteries  ; tout comme la France, elle dispose d'une électricité au coût moyen peu élevé, mais elle la consomme dans son écosystème voiture électrique qu'elle partage avec ses voisins ; tout comme la France, elle dispose d'une intelligence économique, mais elle la dirige en fonction de son plan.

Attirés, d'une part, par une exploitation intelligente des ressources naturelles minérales locales et, d'autre part, d'une électricité décarbonée nucléaire et hydraulique, les industriels transforment la mer Baltique en futur écosystème européen des batteries pour véhicules électriques.

________

(*) Didier Julienne anime un blog sur les problématiques industrielles et géopolitiques liées aux marchés des métaux. Il est aussi auteur sur LaTribune.fr.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2021 à 10:43 :
Disons qu'il y a l'UE et il y a la Finlande, la Norvège et la Suède, certainement leur héritage pirate qui leur permet une pensée supérieure.
a écrit le 21/04/2021 à 6:18 :
En Finlande il n'y a pas d'enarques, c'est pour ca que ca baigne.
a écrit le 20/04/2021 à 21:00 :
On va où là ?
Il n'y aura plus de cuivre d'ici à 2050, c'est quoi le projet ?
Réponse de le 21/04/2021 à 0:34 :
S'il n'y a plus de cuivre en 2050 c'est la dèche

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :