Trump veut relancer la "guerre des étoiles"

 |   |  657  mots
(Crédits : Reuters)
Répondant à Vladimir Poutine, Donald Trump veut renforcer l'arsenal nucléaire des Etats-Unis pour rééquilibrer les rapports de force à travers le monde, renouant avec une politique de la dissuasion nucléaire qui tourne le dos à l'approche de Barak Obama.

A la veille de Noël, le futur président des Etats-Unis, Donald Trump, a publié le message suivant sur Twitter : « Les Etats-Unis doivent fortement renforcer et développer leur potentiel nucléaire jusqu'au moment où le monde reviendra à la raison pour ce qui concerne l'armement nucléaire ». Trump marche-t-il dans les pas de l'un de ses prédécesseurs, Ronald Reagan, qui avait annoncé en 1983 une coûteuse course aux armements, avec son Initiative de défense stratégique (IDS), plus connue sous le nom de « guerre des étoiles », pour abattre « l'Empire du mal », c'est-à-dire l'Union soviétique.

Comme Reagan, Trump pense qu'il faut dépasser l'équilibre de la terreur, en se dotant de nouvelles armes qui puissent anéantir l'ennemi, ou du moins son arsenal  de missiles, avant qu'il n'atteigne les Etats-Unis.

Une réponse à Vladimir Poutine

Le tweet de Trump était cependant une réponse à Vladimir Poutine. Dans un discours, le président de la Russie avait annoncé vouloir se doter « de systèmes de missiles capables de pénétrer de façon fiable dans tous les systèmes antimissiles existants et à venir ». La désescalade nucléaire n'est visiblement plus à l'ordre du jour.

Même si les deux leaders ont atténué leurs propos, leurs propos sont sans ambigüité. A eux deux, Russie (7.300) et Etats-Unis (6.970) concentrent 93% des armes nucléaires. La dissuasion liée à la terreur d'une guerre nucléaire dépend donc des rapports qu'ils entretiennent.

Toutefois, si l'on tient compte des alliés respectifs des deux pays, la dynamique est plutôt du côté russe. Dans le camp des Etats-Unis et Israël (80), on peut compter la France (300), qui occupe le troisième rang, et le Royaume Uni (215). Dans l'autre camp, outre la Russie, il y a la Chine (260), le Pakistan (130) et l'Inde (120). Si la Corée du nord est créditée de 15 armes, son programme nucléaire est secret tout comme celui de la Chine et de l'Iran, et le nombre pourrait être plus élevé.

Le lien étroit de la recherche nucléaire entre militaire et civil

Il y a aussi un autre aspect dans ce dossier. Au regard du lien étroit qu'entretiennent le militaire et le civil en matière de programme de recherche nucléaire, il est intéressant de noter que nombre d'économies émergentes deviennent pro-nucléaires. L'atome présente l'avantage de donner une indépendance énergétique, de fournir une production importante d'électricité, permettant d'accélérer le développement économique (ce que peuvent difficilement faire les renouvelables), et, last but not least, de lutter contre le réchauffement climatique.

Aujourd'hui, le parc nucléaire mondial compte 437 centrales nucléaires en fonctionnement, principalement dans les économies développées. Mais les 66 réacteurs actuellement en construction se situent majoritairement en Asie (25 en Chine, qui veut doubler sa capacité de production d'électricité d'origine nucléaire).  Quant au 166 projets annoncés, ils se situent principalement en Chine, en Inde, en Russie, aux Etats-Unis ainsi qu'au Moyen Orient.

L'Iran est d'ailleurs toujours soupçonné de vouloir se doter de l'arme nucléaire, sous couvert d'un important programme civil d'électricité fourni par l'atome, grâce notamment à de nouvelles centrifugeuses. Le 10 janvier, une réunion se tiendra pour passer en revue l'application de l'accord nucléaire entre l'Iran et les grandes puissances, Etats-Unis en tête, et statuer sur la poursuite de la levée des sanctions économiques ou leur renforcement. Un accord que Donald Trump, qui sera intronisé président le 21 janvier, a d'ores et déjà promis de dénoncer.

"Protéger l'Amérique"

Finalement, le tweet de Trump annonce la couleur aux Américains et aux autres nations. Les Etats-Unis vont reprendre leur programme nucléaire civil mais aussi militaire pour garder l'avantage technologique et la suprématie militaire « pour pouvoir protéger l'Amérique », comme le futur président ne manque jamais une occasion de le rappeler.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2016 à 0:46 :
Vu comment les USA ont bloqué technologiquement l'aviation russe susceptible d'intervenir à Palmyr, l'on comprend mieux la réaction de Poutine obligé de quémander l'intervention de l'aviation américaine pour détruire son matériel que celle de Trump, Barack Obama aura ainsi vengé le piratage des mails mais en montrant aux russes que les américains pouvaient à tout moment désorienter leur aviation militaire
a écrit le 27/12/2016 à 16:48 :
Les USA se sont concentrés sur les danses d'Obama et les stars pour des galas, bref du people sans intérêt; pendant ce temps les Russes redoublaient d'efforts, les Chinois aussi et l'Inde ayant pris conscience de la situation a décidé de réagir. Trump réalise qu'il n'a plus le niveau et doit prendre des décisions, ce sera surement compliqué pour un pays qui se prend pour le meilleur mais voit bien que ce n'est plus le cas ! On est loin de la Nasa des années 50 avec des Ex ingénieurs Allemands ramener après la guerre ! Alors qui va avoir le niveau en 2016 ?
a écrit le 27/12/2016 à 16:40 :
Voila quand on a beaucoup d'argent et qu'on ne sait plus quoi faire, sinon le Mars project d'Elon Musk peut-être utopique mais beaucoup plus cool et non guerrier.
a écrit le 27/12/2016 à 12:11 :
Vous mettez l'Inde dans le camp russe c'est surprenant ! L'Inde est bien un pays indépendant et ne rend de compte qu'à elle même. Idem vous mettez la Chine dans le camp russe : correction la Russie est dans le camp chinois c'est plus la réalité d'aujourd'hui. Quand à compter le nombre de têtes nucléaires pour savoir qui a la plus grosse...capacité j'émets un bémol : la France avec ses 300 bombes H peut terminer la civilisation à elle toute seule. Le danger ce n'est pas les bombes c'est la conséquence des bombes, à savoir l'hiver nucléaire.
a écrit le 27/12/2016 à 11:38 :
il faut déjà remettre à niveau l'existant. Obama a lancé un programme de rénovation.
il y a 2 ans, les US avaient dû prendre des mesures urgentes suite à des rapports sur l'état de l'arsenal nucléaire US.
cf. edito de Bloomberg "Trump's nuclear boast is Obama's modernization plan".
a écrit le 27/12/2016 à 10:50 :
La Chine n'aurait que 260 armes nucléaires ? Si c'est vrai dans ce cas c'est que les institutions internationales de surveillances sont bien plus efficaces que je ne l'aurais pensé mais j'y crois peu quand même.
a écrit le 27/12/2016 à 9:47 :
Dans ce monde multipolaire, installé, dangereux, au lien économique chaque jour plus étroit... Ou en somme nous... La France seul ne peux ce défendre... Nous devons relancer la construction européenne, plus démocratique, plus contrôler aussi ( l'action de nos parlementaire) , une union capable de nous défendre économiquement, de défendre nos valeurs, de nous défendre militairement.....
Réponse de le 27/12/2016 à 17:34 :
Grave erreur les coalitions ne machent pas, une fois la première bataille lancée on ne peut compter que sur ses propres forces pour se faire tuer.

personne n'ira mourir pour les pays baltes ou danzig...
Réponse de le 28/12/2016 à 21:30 :
@ Ben Oit: presqu'aussi naif que Citoyen blasé ! Tu crois qu'on demande l'avis aux gens pour les envoyer à la guerre ?
a écrit le 27/12/2016 à 1:14 :
Ronald Reagan avait déjà fait le coup aux Russes dans les années 80. Je pense qu'ils ne se laisseront pas berner une 2ème fois....
Réponse de le 27/12/2016 à 17:33 :
Tout le monde se laisse prendre.
En matière d'armement ce sera toujours la course.

Avions de 5eme Gen réseau de missiles... etc. tout le monde y passe et y dépense
a écrit le 26/12/2016 à 19:17 :
La "guerre des étoiles" dans un monde multipolaire n'a de sens que pour créer de l'activité et de la recherche et développement! On aurait pu aussi bien créer une guerre virtuelle intersidérale pour motiver les troupes; Comme on a fait pour globaliser, en créant un ennemie commun sous le nom de "terrorisme"!
a écrit le 26/12/2016 à 17:36 :
Cette querelle d'égo n'a psa de sens et est fort dangereuse;

L'économie Russe est en phase de banqueroute avancée.
L'économie américaine s'en sort mais va replonger fortement après 3 mois de gouvernance trump... Attention gros crash en perspective.

Bref rien de neuf à part les barges qui vont commencer à s'alpaguer officiellement le 20 janvier dire que ç ava durer 4 ans !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :