Quant les anciens RG traquent les satanistes

 |   |  326  mots
En apparaissant dans le rapport de la Mission de lutte contre les sectes comme les seuls représentants du ministère de l'intérieur, ils prennent pied dans un domaine qui suscite l'inquiétude des entreprises.

C'est l'une des curiosités du dernier rapport de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). Publié le 19 mai 2009, il comporte une contribution de la Sous direction à l'information générale (SDIG), les ex-renseignements généraux. En centrant leur contribution aux sectes satanistes, ceux-ci apparaissent au grand public comme les porte-parole du ministère de l'intérieur dans un domaine, les dérives sectaires, qui concernent le citoyen. Mais aussi les entreprises.

Car les sectes agissent lourdement dans le milieu de la formation continue, montre le rapport de la Mission qui s'appuyant sur une enquête de la Délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle. Un indice : l'augmentation continue de la création d'organismes de formation continue spécialisés dans le développement des capacités mentales ou comportementales ou les formations en développement personnel. De quoi recruter de nouveaux adeptes. Et, par ce biais, accéder aux secrets industriels.

La mésaventure d'EDF qui avait confié un stage d'amélioration des « savoir être » pour les salariés d'une de ses centrales nucléaires à un organisme lié à l'église de scientologie prouve le danger de cet « entrisme » via la formation continue. EDF s'est d'ailleurs, après cette mésaventure, attaché à strictement certifier ses prestataires en formation.

Les ex-RG de la SDIG, créée par un arrêté ministériel le 27 juin 2008, à la suite de la création de la DCRI, ont connu un vrai « blue » de la naissance. Quelques un an après leur création, sous la direction de Serge Guillen, ils se sont reconvertis dans des missions de renseignement sur des sujets de société grand public - même si la surveillance des sectes ingérentes leur échappe - mais la frontière est subtile entre celle qui le sont, ingérentes, et les autres. De quoi se donner un beau rôle pour un service mal connu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :