Najat Vallaud Belkacem est l’invitée de Sophie Iborra dans Les Héritières – EP3 -Saison 2, le podcast Women For Future by La Tribune.

Les crises, qu’elles soient sanitaires, climatiques, ou liées à des conflits géopolitiques, ont-elles des impacts spécifiques sur les femmes et les jeunes filles ? Force est de constater que la place des femmes a longtemps été négligée dans les travaux visant à quantifier et à analyser leur exil.
(Crédits : DR)

En France, la part des femmes dans la migration est en augmentation depuis ces dernières années. Le nombre de femmes étrangères présentes sur le territoire dépasse ainsi celui des hommes depuis 2008 avec 51,5% du total en 2020 tous types d'immigrations confondues. Originaires à 55% du continent africain, elles sont aussi issues d'Europe à 24%. Les Nations Unies indiquent ainsi qu'elles représentent plus de la moitié des personnes déplacées dans le monde en 2020.

Pourquoi est-il si important d'analyser ces données avec un prisme de genre ? Parce qu'il existe bel et bien des spécificités féminines à l'origine de leur exil :  mariages forcés et précoces, violences conjugales et intra-familiales, traites aux fins d'exploitation sexuelle, mutilations sexuelles...en constante augmentation chaque année. L'exil leur permet donc le plus souvent d'échapper à des situations dangereuses et intenables pour elles.

Leur parcours d'intégration est aussi plus difficile que celui des hommes. Accès aux soins, formation professionnelle, emplois ou apprentissage de la langue, les traumatismes et les violences subis dans leur pays d'origine ou pendant le trajet migratoire sont autant de freins à une véritable insertion réussie.

En 2018, le Haut Conseil à l'Égalité pointait, notamment, le manque de place d'hébergement spécifique pour ces femmes et la formation des acteurs de l'asile en la matière.

Depuis, 300 places ont été créées au sein d'un dispositif national d'accueil dédié aux femmes en danger qu'elles soient demandeuses d'asile ou réfugiées. Des sessions de formation sur les questions de vulnérabilité et de violences faites aux femmes ont été mises en place pour former, notamment, les personnels et agents de l'OFII (Office Français de l'Immigration et de l'Intégration). Enfin un plan vulnérabilité publié en 2021 par le Ministère de l'Intérieur a pour objectif, entre autres, d'améliorer leur prise en charge.

Épisode 3- Saison 2 -Najat Vallaud Belkacem

Symbole de la diversité et de l'intégration réussie, surdouée de la politique avec un parcours fulgurant, mon invitée, ce mois-ci, dans les Héritières, est une femme engagée à gauche. Femme libre et curieuse de tout, Directrice générale d'une ONG qui lutte contre l'extrême pauvreté dans le monde, elle est aussi Présidente de France Terre d'Asile qui défend, accueille et accompagne, les demandeurs d'asile et les mineurs isolés étrangers.

Najat Vallaud Belkacem est la nouvelle invitée du podcast Les Héritières - Saison 2

Bonne écoute !

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 02/12/2022 à 8:23
Signaler
"Force est de constater que la place des femmes a longtemps été négligée dans les travaux visant à quantifier et à analyser leur exil." Demandeuses d'asiles... j'ai vu à la télé une campagne pour protéger les femmes d'une "dépendance financière", ell...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.