Les pièges du réarmement allemand pour la France

Le réarmement allemand ne passera pas forcément par le développement des programmes en coopération avec la France, estime le groupe Vauban. Il profitera d'abord à l'industrie allemande et à ses maîtres d'oeuvre, qui pourront grâce à l'augmentation du budget de la défense, développer de nouvelles briques technologiques. Il profitera enfin aux groupes de défense américains. Par le groupe Vauban.
Le Fonds spécial, loin de donner un nouvel élan à la coopération franco-allemande, pourrait, en fait, l'enterrer (groupe Vauban)
"Le Fonds spécial, loin de donner un nouvel élan à la coopération franco-allemande, pourrait, en fait, l'enterrer" (groupe Vauban) (Crédits : Dassault Aviation / Eridia Studio / V. Almansa)

Le 27 février, sous le contrecoup de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le Chancelier Scholz a évoqué un changement d'époque (Zeitenwende) en annonçant un réarmement massif de la Bundeswehr par deux leviers : la création d'un fonds spécial (Sondervermögen) doté de 100 milliards d'euros et un budget de défense à plus de 2% du PIB. Largement analysée tant à Paris qu'à Berlin comme un bond en avant positif pour la coopération bilatérale, l'augmentation massive des budgets d'investissements de la Bundeswehr pourrait paradoxalement aboutir à un enterrement de première classe des projets franco-allemands déjà moribonds.

Des acquisitions américaines loin d'être des solutions de transition

Certes, le ton a changé : dans le discours du 27 février, les projets avec la France sont décrits comme des « priorités absolues » pour le Chancelier : c'est la première fois en effet que la nouvelle coalition exprime de tels sentiments publics envers la France. Dans le contrat de coalition du 24 novembre 2021, la France avait été mentionnée mais rapidement, sans aucune mention de programmes clés, et juste avant d'autres partenaires puissants comme les Pays-Bas et la Norvège ou des voisins les plus proches comme la Pologne ou les États des Balkans (page 136).

Ces commentaires, pour bienvenues qu'ils soient, l'ont été cependant après de nombreuses déceptions enregistrées par Paris, qui ont ébranlé les fondements mêmes d'une coopération bilatérale étroite et de confiance. Il y eut d'abord le choix du P-8 Poseidon, comme solution transitoire, vécue à Paris comme une trahison brutale de l'Allemagne sur un programme de patrouilleur maritime - le MAWS - où elle avait obtenu pourtant la part du Lion, écartant les seuls industriels capables de construire un tel appareil et l'option de location d'Atlantique 2 français. Dans sa session du 23 juin 2021, le Bundestag a certes pris soin de qualifier cette décision de « solution de transition », mais l'avion de Boeing est un nouvel appareil dont la durée de vie et le coût - 1,43 milliard d'euros pour 5 unités - laissent en réalité très peu de chances à une résurrection du MAWS.

Il y eut ensuite le refus allemand de financer le programme de modernisation et d'extension capacitaire du Tigre Mark-3 avec, en filigrane, la tentation allemande de faire comme l'Australie : se débarrasser d'un hélicoptère mal aimé (car ne servant pas en opérations extérieures et souvent indisponible) et acheter de l'Apache. Si ce projet n'a pas - encore ? - vu le jour, la participation allemande au programme de modernisation de cette plateforme emblématique de la coopération européenne, même dans le domaine des systèmes d'armes air-sol, n'est toujours pas l'ordre du jour à la Hardthöhe...

Il y eut enfin le faux psychodrame du successeur du Tornado pour la mission nucléaire de l'OTAN ; dans un premier temps, l'ancienne coalition avait penché, on le sait, pour la solution d'une flotte mixte : 40 Super Hornet pour la frappe nucléaire et 15 Super Growler pour la guerre électronique et la destruction des défenses sol-air ennemies. La Luftwaffe, qui avait clairement opté dès le début de ce dossier pour le choix du F-35A Lightening, s'était vue rappelée à l'ordre, et son chef, le général Müllner fut limogé ; dans un deuxième temps, la nouvelle coalition au pouvoir avait laissé entendre dans son contrat de coalition qu'elle prendrait le temps de la réflexion s'agissant de la mission nucléaire, laissant ainsi planer le doute sur la poursuite même de celle-ci ; dans un troisième temps (en février), le chancelier avait admis à huis clos qu'il allait acheter une petite quantité de F-35A (18) afin de maintenir la capacité nucléaire au service de l'OTAN, mais sans renoncer au projet SCAF.

Cet habile compromis vendu à un Paris réticent mais soulagé n'a pas tenu devant les impérieuses nécessités opérationnelles : une flotte de 35 appareils étant le minimum requis compte tenu de l'attrition toujours à prévoir s'agissant d'une mission de largage d'une bombe nucléaire à gravitation (en 2022 !), de la faible disponibilité du F-35A et de la formation nécessaire des équipages, l'habile compromis imaginé à la Chancellerie a volé en éclat : la commande sera bel et bien du format imaginé pour le Super Hornet, c'est-à-dire conséquente et équivalente à la commande belge (34) et coûteuse (2,8 milliards d'euros au bas mot).

Ces choix allemands, pour motivés qu'ils soient, ne sont pas cependant des solutions de transition, mais bel et bien des solutions du long terme puisque les deux plateformes américaines qui seront prochainement contractualisées sont les dernières générations des matériels chacun dans leur catégorie : le provisoire est en réalité une solution de 35 ans au moins avec la tentation évidente du côté des opérationnels allemands de les prolonger par des commandes additionnelles...

La servitude volontaire de l'Allemagne aux Etats-Unis

Ces développements illustrent une vérité crue : l'Allemagne n'a jamais importé de matériel français et a toujours considéré avec méfiance les projets bilatéraux. La raison de fond en est connue mais constamment oblitérée par l'optimisme naïf et altruiste de Paris : l'Allemagne, comme tous les autres pays de l'Alliance Atlantique hormis la France, considère que les Etats-Unis seuls peuvent lui apporter la paix, surtout en ces temps troublés par la guerre russo-ukrainienne. Déjà, le contrat de coalition avait purement et simplement évacué l'autonomie stratégique européenne à la française (alors que la précédente coalition en avait débattu même si ce fut brutalement) et prévenu que les initiatives européennes ne pouvaient en aucun cas se faire hors de l'OTAN mais en complémentarité obligée avec elle.

Depuis le 15 juin 1963, date à laquelle le Bundestag avait imposé au Traité de l'Élysée son préambule interprétatif ruinant tout espoir de constituer une défense franco-allemande étroite, la France bute sur cet ancrage allemand à l'OTAN, que sa réintégration en 2009 dans le commandement intégré n'a rien changé... L'Allemagne, de son côté, confirme la définition de l'OTAN donnée par le premier secrétaire général de l'OTAN (1952-1957), Lord Ismay : « to get the U.S in, the Soviets out and the Germans down ». La guerre russo-ukrainienne, comme naguère la Guerre froide, illustre l'actualité du mot humoristique mais réaliste du général britannique... Avec le fonds spécial, l'Allemagne ne fait en réalité qu'accepter enfin les charges financières de sa servitude volontaire et confirmer son statut d'allié aligné sur la politique étrangère des Etats-Unis.

Alors, dans ce contexte, peut-on s'attendre vraiment à ce que la Chancellerie en tire la conclusion qu'il faut épargner la France après l'avoir si brutalement traitée ?

Les trois pièges du réarmement allemand

Une analyse plus fine des déclarations de M. Scholz et de la scène industrielle et politique allemande laisse à penser que les déceptions devraient perdurer pour la France.

Premièrement, et c'est une tendance logique, le réarmement allemand devrait aller en priorité à l'industrie allemande de défense. Après tant d'années de pénurie, il faut en effet s'attendre que cet afflux massif de crédits soit investi principalement dans le "Standort" industriel allemand pour préserver les emplois et développer des technologies clés considérées comme devant être protégées par l'État fédéral. C'est le sens des décisions prises en 2015 et en 2019. La politique industrielle de protection des grands maîtres d'œuvre nationaux (KMW, Rheinmetall, Hensoldt, Diehl, OHB, TKMS et Lürssen) sera enfin financée par le Fonds spécial. Ce n'est pas un hasard si Rheinmetall a souhaité préempter le débat sur l'utilisation de ces crédits en proposant un paquet global de 42 milliards d'euros (près de la moitié du Fonds spécial !) composé de ses solutions (munitions, véhicules blindés PUMA, drones, radars et défense aérienne). ThyssenKrupp a également suspendu son projet de spin-off de sa filiale navale, TKMS, et ce n'est pas un hasard si TKMS envisage l'acquisition de nouvelles infrastructures de production (chez MV Werften)... Gageons que d'autres entreprises allemandes font de même de leur côté pour capter la partie la plus importante du Fonds spécial.

Deuxièmement, le développement coûteux d'une version « ECR-SEAD » de l'Eurofighter (une ineptie, soit-dit en passant, pour un chasseur conçu uniquement pour un rôle otanien d'intercepteur) devrait conduire Manching à développer de nouvelles briques technologiques et donc conduire Airbus Allemagne à de nouvelles exigences en dans le programme SCAF, ajoutant de nouvelles difficultés à une négociation franco-allemande déjà compliquée par les exigences allemandes en matière de commandes de vol, de propriétés intellectuelle (le fameux background) et de gouvernance générale du programme d'avion (la fameuse « co-co-co »).

Troisièmement et enfin, la liste des matériels que le ministère de la Défense souhaite acquérir, va multiplier les difficultés d'interopérabilité avec les programmes et systèmes français, surtout quand ces matériels sont américains.

Un fonds spécial qui ne règle rien

Le fonds spécial ne règle rien des problèmes inhérents à la coopération franco-allemande. Au bilan, ces trois facteurs nouveaux déséquilibreront à coup sûr une coopération bilatérale, qui est avant tout politique et non menée dans le cadre d'une convergence de fond sur la doctrine d'emploi des forces. L'Allemagne poursuivra donc la politique d'armement qui est conforme à sa doctrine : américaine pour acheter sa sécurité et nationale pour faire vivre son industrie d'armement et mieux négocier les coopérations industrielles à son profit. Les programmes en coopération seront peut-être menés en partie avec la France, mais déjà sur nombre de segments, celle-ci est déjà laissée de côté. On l'a déjà vu avec le domaine spatial où l'Allemagne a choisi de briser l'accord bilatéral de Schwerin en choisissant de construire en national sa capacité d'observation optique ; on le voit actuellement avec l'alliance Airbus-Boeing pour le programme de remplacement des CH-53, on le verra demain avec le refus allemand de participer à l'armement air-sol du Tigre Mark-3.

Ajoutons enfin pour que le tableau soit complet que le projet de loi sur l'exportation d'armement, en cours d'élaboration au ministère de l'économie jusqu'à l'été, continue de faire peser une épée de Damoclès sur l'exportation de matériels français intégrant des sous-ensembles allemands, et continuera d'être la source de tensions futures entre Paris et Berlin. Avec une telle injection de crédits dans la sa défense, Berlin pourrait ainsi revenir au schéma de l'ancien Vice-Chancelier (SPD), Sigmar Gabriel : un budget annuel de défense robuste combiné avec des coopérations européennes ne nécessite plus d'exportations d'armement hors d'Europe et de l'OTAN... C'est à cette solution que poussent les écologistes allemands, le Parlement européen, les ONG et les institutions financières qui acceptent encore de financer la défense...

C'est pourquoi le Fonds spécial, loin de donner un nouvel élan à la coopération franco-allemande, pourrait, en fait, l'enterrer.

                         --------------------------------------------------------------------------

(1) Le groupe Vauban regroupe une vingtaine de spécialistes en activité des questions de Défense.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 25/04/2022 à 21:04
Signaler
Avec le fonds spécial, l'Allemagne ne fait en réalité qu'accepter enfin les charges financières de sa servitude volontaire et confirmer son statut d'allié aligné sur la politique étrangère des Etats-Unis.> Au moins, l'Allemagne va perdre un peu de so...

à écrit le 22/04/2022 à 18:16
Signaler
Cette réflexion du groupe Vauban entérine ce que les grands groupes industriels français, de la défense,ont perçu depuis plus de 15 ans...mais avec toutes les ''élites'' naïves que nous avons,les allemands n'ont pas fini de nous plumer.

à écrit le 04/04/2022 à 14:43
Signaler
L'Allemagne souhaitait à l'origine commander 15 F-18 Growler et 30 F-18 pour la bombe B61-12 et non 40 comme écrit dans cette tribune. Avec aujourd'hui 35 F-35, l'Allemagne commande au finale 5 appareils supplémentaire. Ceci peut s'expliquer en raiso...

à écrit le 30/03/2022 à 6:15
Signaler
Dans quelques temps, les Allemands vont penser de nouveau à "récupérer" l'Alsace et la Lorraine.

le 25/04/2022 à 21:06
Signaler
On la leur servira avant même qu'ils la demande. Ne leur a-t-on pas servi sur un plateau Fessenheim...

le 25/04/2022 à 21:07
Signaler
On la leur servira avant même qu'ils la demandent... Ne leur a-t-on pas servi sur un plateau Fessenheim ?

à écrit le 29/03/2022 à 9:33
Signaler
Le groupe Vauban toujours aussi intellectuel et revanchard. Deux guerres de retard en quelque sorte. On n'a pas le choix : l'Europe n'avance que si on travaille avec nos amis allemands. La France a l'arme nucléaire, et c'est le seul pays de l'Uni...

le 29/03/2022 à 11:28
Signaler
Oui mais le problème c'est que l'Europe de la Defense n'avance pas et qu'à l'évidence vous ou votre famille ne travaillent pas dans la BITD française car sinon vous seriez plus nuancé dans l'amitié franco allemande . je précise que je suis germanop...

à écrit le 28/03/2022 à 21:58
Signaler
Bonjour, Le réarmement de l'Allemagne profitera avant tous au industriel allemand... Pour la France ce sera les industries français... ( Comme cela vas le monde ) .Malheureusement notre industrie est relativement absente de ce secteur... Renault d...

à écrit le 28/03/2022 à 19:09
Signaler
Être français, c'est se promener avec arrogance comme un coq, puis pleurer comme un enfant quand les autres révèlent qu'il n'y a pas de quoi être arrogant. Imaginez si votre voisin disait que vous étiez un traître maléfique parce que vous avez dépens...

à écrit le 28/03/2022 à 14:59
Signaler
@citoyen blasé Toujours là même rengaine . Faut changer de disque … dur ou déménager en Grande-Bretagne … Asselineau la crotte qui va voter pour un type pareil ? qui le charisme d un bulot et la géostratégie d une ligne Magînot…. Dans les années 30 o...

à écrit le 28/03/2022 à 14:02
Signaler
Ben les Allemands ne comprenne rien aux enjeux internationaux... Après s'être inféodés à la Russie pour le gaz suite à la sortie stupide du nucléaire, les voilà décidés, après leur décision de se réarmer, à s'inféoder aux USA. De mon point de vue, il...

le 19/04/2022 à 14:06
Signaler
100% d'accord. Les allemands auront bonne mine lorsque le président US sera un Trump puissance dix aura sorti les USA de l'OTAN et qu'un Poutine puissance dix foncera sur Berlin. Qui viendra les sauver?

à écrit le 28/03/2022 à 9:27
Signaler
La guerre d'Ukraine n'est pas finie que les US engrangent déjà les bénéfices de leur politique littéralement machiavélique. Après avoir averti longtemps à l'avance et avec insistance qu'ils n'interviendraient pas si la Russie envahissait l'Ukraine, i...

à écrit le 28/03/2022 à 8:08
Signaler
C'est une manne industrielle, financière d'abord et avant tout bien évidemment vu que les américains ne supporteront jamais que les allemands possèdent et dirigent réellement une armée, mais que par contre on leur achète leurs armes oui pour eux c'es...

le 28/03/2022 à 14:18
Signaler
et une fois de plus l'allemagne ou fait cavalier seul ou sa protection est us mais jamais europeen il est temps de claquer la porte nos dirigeants deviennent de plus en plus ridicule a vouloir une europe commune

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.