Le G20 nous laisse trop jouer avec des allumettes

 |   |  615  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
900.000 milliards de dollars en 2020 (à prix et taux de change constants), tandis que le PIB de la planète représenterait 90000 milliards de dollars, soit dix fois moins. Une bulle financière très inflammable...

Devant l'inévitable, le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a proposé de ralentir pays par pays le calendrier du désendettement européen. Tandis qu'Anton Silouanov, le ministre russe des Finances, a préconisé d'adopter à l'échelle internationale des objectifs « réalistes et atteignables sans avoir à se dire dans trois ans qu'il faut les réviser ». Ordonnateur du G20, Vladimir Poutine a donné comme objectif de « sortir l'économie mondiale de la stagnation ». Oui, mais comment?

Les leviers de la relance se dérobant, une issue monétaire hasardeuse est recherchée. Les Américains et les Japonais sont accusés de dévaluations compétitives. Mais Angel Gurría, le secrétaire général de l'OCDE, a légitimé les interventions de leurs banques centrales au nom du soutien à la croissance. À Moscou, la « guerre des monnaies » a été minimisée quand elle n'a pas été niée. Seul, Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, s'est alarmé et a, par avance, prévenu que « nous ne serons pas capables d'éviter une autre crise "à la 2008" si une proportion croissante d'argent est injectée dans l'économie ».Mais le mal n'est-il pas en train d'être fait? Selon le consultant Bain & Co, le volume mondial global des actifs financiers atteindra 900.000 milliards de dollars en 2020 (à prix et taux de change constants), en progression de 50% par rapport à 2010, tandis que le PIB mondial représentera à la même échéance 90.000 milliards de dollars; le rapport entre ce dernier et le volume des actifs financiers sera alors de un à dix. Ce n'est pas l'embellie actuelle du marché des actions qui contredira cette prévision lourde de conséquences, alors que la régulation financière marque le pas.

Tournant autour du pot, le débat sur la « guerre des monnaies » a enchaîné avec celui engagé à propos des cibles d'inflation des banques centrales et de l'évolution de leur mandat. De grosses rectifications ont été opérées aux États-Unis et au Japon, et pourraient prochainement suivre au Royaume-Uni. Tandis que le débat à venir se précise, avec pour sujet l'indépendance des banques centrales, s'appuyant sur son caractère relatif totalement occulté, exemples à l'appui. « Leur indépendance leur permet d'aller au-delà de leur mandat », arme de toute façon Olivier Garnier, chef économiste de la Société générale. Il est même exhumé que l'actuel président de la FED, Ben Bernanke, avait déclaré en 2003, sans craindre le sacrilège, qu'en période de déflation, « une plus étroite collaboration pour un temps avec les autorités fiscales n'est en aucune mesure incompatible avec l'indépendance des banques centrales ».

L'heure est aux transgressions sous la protection des banques centrales, sauveurs de dernier ressort : désormais éloignées de la lutte contre l'inflation, elles se concentrent sur la monétisation de la dette. Même la BCE a franchi à sa manière le Rubicon : ses deux programmes phares, le Long Term Refinancing Operation (LTRO) pour les banques et l'Outright Monetary Transactions (OMT) pour les États, ne sont-ils pas de la « quasi-création monétaire »? À petite échelle, comment qualifier autrement la restructuration de la dette publique irlandaise et la conversion en obligations à longue maturité des fonds prêtés dans le cadre de l'eurosystème au titre de l'Emergency Liquidity Assistance (ELA)?
Les frontières entre la politique monétaire et fiscale s'estompent, mais cela ne répond toujours pas à la question : comment faire redémarrer la croissance pour que tout redevienne comme avant, et que le désendettement puisse se poursuivre? Ce n'est sans doute pas la bonne boîte qui a été ouverte au G20...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2013 à 9:52 :
22H20 reportage sur les plans de sauvetage des banques de l'UE. Vous verrez c'est instructif.
a écrit le 26/02/2013 à 9:44 :
C'est la raison pour laquelle la SEULE porte de sortie est le retour à l'ETALON/OR qui se fera envers et contre tous avec les automatismes de marché : DE GAULLE conseillé par RUEFF avait raison le 4 Février 1965 ...
A force de s'asseoir dessus, les médias tombent à coté de la plaque ...
A suivre
Réponse de le 26/02/2013 à 11:04 :
@tournier : Voici le commentaire le plus intelligent, et visiblement documenté (plus personne ne connait Jacques Rueff) que j'ai lu sur ce site depuis longtemps.
Comme le dit un auteur pro-étalon or (Lewis), la solution est simple : "LOW TAXES-STABLE MONEY".
Tout le reste c'est du pipeau!!
a écrit le 26/02/2013 à 9:09 :
Oh, de la novlangue : "De grosses rectifications ont été opérées". Oui, en clair, c'est la planche à billets à fond les manettes.
a écrit le 26/02/2013 à 8:39 :
Merci messieurs les Banksters !
a écrit le 26/02/2013 à 1:33 :
ça c'est pas mal! Eh les gars, y a 600 000 milliards dans la sphère financière! Y a qu'à faire un retrait! Et ça tourne...
a écrit le 25/02/2013 à 21:16 :
Effectivement ce n'est pas par le dopage monétaire permanent de l'économie que l'on obtiendra une croissance solide (mais plutôt des bulles fin. successives); mais quelle autre solution ? surtout en UE, et Am. du Nord (et Japon) où , me semble-t-il, il y a un vrai problème de saturation de la demande sur de nombreux marchés. différent ds les pays dits émergents, où le rattrapage est à l'oeuvre, avec encore de gros potentiels de demande, et besoins non satisfaits à priori; On peut faciliter la création de sur-besoins idiots (renouvellement accéléré programmé) type la 3° tablette ou le smart phone version 12, ou du luxe (sans limite là) , certaines multinationales bien connues s'en chargent tb, mais bon...même une relance par un programme d'infrastructures européen me parait assez illusoire (pas de besoins forts à mon avis). reste l'export sur les pays non saturés...(mais avec une sacré concurrence).
Réponse de le 26/02/2013 à 13:09 :
c'est sur il faudrait l'action coordonnée de beaucoup de mesures pour changer vraiment les choses, Obama ni aucun dirigeant actuel n'en a l'envergure à défaut d'en avoir les moyens.La première chose serait de supprimer 80 à 90% de l'activité financière qui est au fond une activité totalement artificielle, la seconde serait de réduire la population planétaire, la troisième serait d'investir massivement dans les énergies renouvelables, les économies d'énergie et la préservation d la planète, la quatrième serait de modifier les habitudes de consommation, consommer moins et mieux, la cinquième serait de repenser l'éducation et de la contribution de chacun à l "production" de rihesse, la sixième serait de transfomer totalement la médecine et supprimer 80 à 90% des médicments qui sont inutiles et dangereux, donc retour pour une bonne part à des médecines douces traditionnelle ou plus sophistiquées, etc...QUI A L'ENVERGURE D'ENCLENCHER CE MOUVEMENT ET CETTE ORIENTATION ? PERSONNE? POURQUOI? PARCE QUE LE MONDE EST AU MAINS DE BANDITS DE MAFIEUX DE CORROMPUS ET D?ÉGOÏSTES MATÉRIALISTES INDIVIDUALISTES. ET QUE CE PASSERA T IL PROBABLEMENT? JE VOUS RENVOIE VERS DES FILM DOC COMME LA JETÉE. MALHEUREUSEMENT L'ISSUE SERA CELLE LA;
a écrit le 25/02/2013 à 21:02 :
Dilemme : les "dirigeants" européens aiment l'argent mais viennent de se rendre compte de sa dangerosité... Il était temps, petit navire du continent (zone Euro) le plus riche de la planète. Et tout le reste du monde est en train de nous acheter. Au modo : vous ne pouvez pas comprendre mon commentaire, rassurez-vous.
a écrit le 25/02/2013 à 19:43 :
Tous les programmes actuels des banques centrales consistentà créer de la monnaie (ce qu'on appelle de la liquidité c'est plus chic moins condamnable) sans le dire, ou plutôt mieux créer de la monnaie en stérilisant les taux d'intérêts de façon totalement artificielle, on fabrique ainsi des rendements négatifs entrainant l'épargne et les épargnants vers les actifs risqués d'autant plus risqués qu'ils sont déjà à des niveaux très élevés;. Ce qui va se produire, c'est l'équivalent de 100 ou 1000 cracks financiers tout ça du fait des dirigeants politiques et des dirigeants des systèmes financiers, les premiers coupables étant les banquiers d'affaires ce sont eux qui ont inventé les méga fusions acquisitions, l'effet de levier de la dette financière, les dérivés de crédits, de taux, d'intérêts, de change, de matières premières, la titrisation, la défausse par la vente de produis financiers pourris ou contaminés, etc...sans compter ou grâce au système de cooptation qui ressemble à s'y méprendre à un système mafieux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :