La main (pas si) invisible de la City prise dans le sac

Au début des années 1990, la place de Paris était à la pointe de l'innovation financière. Sur le Matif, le marché à terme des instruments financiers, les premiers contrats à terme sur les taux d'intérêt s'échangeaient autour de la corbeille dans une ambiance frénétique.
Florence Autret, correspondante à Bruxelles / DR
Florence Autret, correspondante à Bruxelles / DR (Crédits : DR)

Sur les écrans s'affichaient en temps réel le meilleur prix offert à la vente comme à l'achat, ainsi que la valeur de la dernière transaction. Regarder cette ruche était comme ouvrir un manuel d'économie à la page : « main invisible ».

Sur le « parquet », la belle métaphore d'Adam Smith devenait une réalité tangible, incarnée par un essaim grouillant de vestes de couleur dont les manches s'agitaient frénétiquement. Chacun disposait de la même information au même moment. Le rêve du marché pur et parfait devenait réalité.

Vingt ans plus tard, les criées ont quasiment disparu et le palais Brongniart n'est plus qu'un « lieu » loué à la journée. Les Bourses, en tant qu'infrastructures multilatérales chargées de faire fonctionner cette « main invisible », ont perdu leur monopole. Elles ne gèrent plus qu'une partie réduite des transactions sur actions et de lucratives niches sur certains contrats dérivés.

Le reste du « marché » est éclaté entre différents lieux de transactions multiples et immatériels, quand il n'est pas directement géré par les brokers qui négocient entre eux, en bilatéral, ou se contentent de « matcher » en interne les ordres de leurs clients. Une poignée de banques et de fonds ont acquis la maîtrise de l'information centrale, le prix, et sont en situation d'en tirer de confortables profits en jouant sur des « spreads » minuscules entre les cours auxquelles elles passent les ordres et ceux du marché.

Des réformes pour plus de transparence

Au moment de la première grande réforme des marchés de titre qui a aboli les monopoles boursiers, ces banques avaient mené une épique bataille pour soustraire certaines transactions sur actions à la « transparence pré-trade », autrement dit à l'obligation de révéler au client le prix du marché avant de passer un ordre. Elles l'avaient gagné.

« MiFID » avait ouvert la voie à de larges exemptions dans lesquelles elles s'étaient engouffrées, soustrayant non seulement les grands ordres mais aussi une bonne partie de la liquidité à cette règle de transparence élémentaire.

Quand le commissaire européen Michel Barnier a entrepris une réforme du texte en 2011, un de ses principaux objectifs était de ramener à la lumière une partie de ces ordres passés « dans le noir ». Il avait le soutien des régulateurs et de nombreux ministres des Finances européens, inquiets des effets de MiFID sur la formation des prix et le fonctionnement des marchés. Mais alors que la négociation de « MiFID 2 » progresse laborieusement vers un vote au Parlement après deux ans de négociations, rien ne dit que le commissaire français arrivera à ses fins.

La main (presque) invisible de la City ?

Ces dernières semaines, Markus Ferber, chef de file du Parlement sur ce dossier, s'est érigé en défenseur de ces exemptions pourtant unanimement critiquées. Dans un récent « non-papier » sur la transparence « pré-trade » envoyé à la présidence lituanienne, chargée de gérer la négociation, il reprend presque à la lettre l'argumentation des banques d'investissement. Son texte présente de troublantes similitudes avec le mail adressé en septembre par une coalition constituée par les BlackRock, LSE et autres Allianz aux principaux négociateurs du texte.

Ces documents, qui ne sont publics ni l'un ni l'autre mais que nous avons pu consulter, suggèrent que « les ordres passés dans le noir sont autorisés même quand ils ne sont pas grands, dès lors qu'il y a une notable amélioration du prix ».

Faut-il y voir l'oeuvre de la main (presque) invisible de la City ? La Commission européenne et les autorités de surveillance des marchés tenteront-elles une contreattaque ? La transparence des prix est la mère de toutes les batailles. Sans elle, le rêve d'Adam Smith s'évanouit.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 21/11/2013 à 8:48
Signaler
A la criée par définition vous saviez aussi a qui vous aviez vendu et acheté... avec les carnets d'ordres éléctroniques c'est complètement opaque... A qui profite le crime ? Je crois que sur le Matif au début de l'électronique les transactions n'étai...

à écrit le 13/11/2013 à 11:07
Signaler
Ces plate forme de nego ne créer pas qu un problème de transparence de prix, aucun gros investisseurs n'est assez bête pour vendre ou acheter en dehors de la fourchette de marché déjà élargie pour les blocs (ou alors il y a magouille de déclaration d...

à écrit le 13/11/2013 à 10:43
Signaler
Merci pour cet article bien documenté et courageux. Une bourse, c'est une infrastructure collective, où le prix se forme au vu et au su de tout le monde, et peut de ce fait servir de référence pour tout le monde. Bref, un outil d'utilité publique, im...

à écrit le 13/11/2013 à 8:31
Signaler
Plutôt que "main invisible", je suggère qu'on utilise le terme "main occulte" : c'est plus parlant.

à écrit le 13/11/2013 à 8:29
Signaler
Merci pour cet article instructif et courageux. Une bourse, c'est une infrastructure collective, où le prix se forme au vu et au su de tout le monde, et peut de ce fait servir de référence pour tout le monde. Bref, un outil d'utilité publique, impar...

à écrit le 12/11/2013 à 21:36
Signaler
Les politiques ont 10 ans de retard sur l'évolution de la vie économique. Ils ne s'en rendent pas compte et continuent de vivre dans leur monde idéologique.

à écrit le 12/11/2013 à 19:54
Signaler
la main elle est pas du tout invisible au contraire elle est bien visible et bien réelle et cette main elle vous fait un doigt d'honneur, oui c'est le message des dynasties de banquiers et de leur clique !

à écrit le 12/11/2013 à 19:13
Signaler
La "théorie" d'Adams Smith ramené à un salmigondis édulcoré... Déjà qu'à la base, c'était bien critiquable comme tous les "travaux" antérieurs pour tenter de faire un minimum correspondre l'édifice à une image de réalité simplifiée mais bon... il fal...

à écrit le 12/11/2013 à 18:35
Signaler
Bonne clairvoyance de la journaliste Florence Autret, dans cette coalition qu'elle vient de citer ce sont bien des vautours très redoutés .

à écrit le 12/11/2013 à 14:35
Signaler
Le royaume des "market makers" qui semblait alors, au début des années 2000, sur le point de disparaître pour cause d'opacité et d'obsolescence est revenu en force et a fait la fortune de la City, resté le royaume de l'ombre. A côté, la Cosa Nostra e...

le 12/11/2013 à 16:51
Signaler
C'est certain ! L'arme de destruction massive qui a fait à ce jour le plus de dégats, c'est la Bourse. Elle a fait plus de malheur sur terre que toutes les guerres réunies : les crises boursières on entraîné plusieurs guerres mondiales. La spéculatio...

à écrit le 12/11/2013 à 14:11
Signaler
Merci pour ces lumieres en ces temps sombres

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.