L'Europe est-elle sur le point de sortir de la crise ?

 |   |  342  mots
La Grèce compte sur sa présidence de l'UE pour refaire son image./ Reuters
La Grèce compte sur sa présidence de l'UE pour refaire son image./ Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, l’Europe sort-elle (réellement) la tête de l’eau ?

43% des Européens estiment que l'UE est en bonne voie pour réchapper à la crise et relever les nouveaux défis mondiaux.

C'est le léger regain d'optimisme que révèle la dernière enquête eurobaromètre organisée par la Commission européenne. Si le chômage, la situation économique en général, l'inflation et la dette publique restent au centre de toutes les préoccupations dans les 28 pays membres, l'année 2014 semble débuter sur une note d'espoir. Mais cinq ans après le début la crise, l'Europe sort-elle réellement la tête de l'eau ? 

28 minutes

Mercredi, la Grèce a endossé la présidence tournante de l'UE pour six mois, tout un symbole puisque c'est ce pays en faillite qui sera donc à la tête de l'institution lors des élections de mai.

L'enjeu, prouver qu'il est redevenu « comme les autres », selon les mots du premier ministre Antonis Samaras. Le mois dernier, l'Irlande est sortie du plan d'aide internationale qui l'a soutenue, et le Portugal devrait faire de même en mai prochain. Les pays les plus violemment touchés par la crise financière de 2009 semblent donc, bon gré mal gré, sortir la tête de l'eau. Mais que vaut cette embellie sans diminution du chômage ?

MISE AU POINT
Par Sandrine Le Calvez

 

VU D'AILLEURS
Par Juan Gomez

Le cauchemar chypriot : C'était au printemps, les Chypriotes faisaient la queue pour retirer leur argent des banques. Rappelons qu'en mars dernier, le pays au bord de la faillite, a bénéficié d'un plan sauvetage d'un montant de 10 milliards d'euros.

En retour, le pays a mis en place un plan drastique. Aujourd'hui, la rigueur budgétaire reste d'actualité. Et la précarité semble s'installer.

 

DEBAT
Nous analysons la photographie des 28 Etats membres, après cinq ans de crise avec Dominique Seux, journaliste, Xavier Timbeau, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques, et Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman.

 

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur Twitter @28minutes
 et sur Facebook

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/01/2014 à 10:02 :
L'Europe a atteint sa vitesse de croisière économique,nous n'irons pas plus vite maintenant.En clair il faudra faire avec.A la grande satisfaction des Usa,on s'en doute bien.On n'est pas à l'abri non plus d'un choc des civilisation entre temps.S'y la seule possession d'un euro suffisait au bonheur des peuples (18) cela aurait été fait depuis longtemps.Malheureusement le peuple est exigeant ,il lui faut de grandes perspectives ,il veut voir loin,le peuple a de grand rêves civilisationnels à ce prix il adhérera.A part Spielberg je ne vois personne pour réalisé tout cela.
a écrit le 10/01/2014 à 9:30 :
Quand on ne se posera plus de question sur l'euro, c'est que la confiance sera revenue et là et seulement là, nous pourrons dire que nous sommes sortie de la crise!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :