Zone euro : premier recul du taux de chômage depuis plus de deux ans

 |   |  570  mots
Dans les pays lourdement frappés par la crise, le chômage des jeunes fait craindre l'émergence d'une génération perdue : il touche 61,5% des moins de 25 ans en Grèce et 56% en Espagne.
Dans les pays lourdement frappés par la crise, le chômage des jeunes fait craindre l'émergence d'une génération perdue : il touche 61,5% des moins de 25 ans en Grèce et 56% en Espagne. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Pour la première fois depuis février 2011, le chômage a baissé en zone euro, de 0,1 point entre juin et juillet, pour atteindre 12%. Plus de 19 millions d'hommes et femmes restent sans emploi dans les pays de la monnaie unique.

C'est un signal encourageant mais encore très fragile. Pour la première fois en deux ans et demi, le chômage est reparti à la baisse cet été en zone euro, selon des données publiées ce mardi par Eurostat.

Ce recul est faible puisque le taux de chômage est passé de 12,1% en juin à 12% en juillet avant de rester au même niveau en août. Il s'agit d'une une première au sein de la zone euro depuis février 2011, alors que plus de 19 millions d'hommes et femmes sont toujours sans emploi dans la région et que ce niveau atteignait des records en mai dernier.

"Les perspectives d'emploi peuvent continuer à s'améliorer au cours des prochains mois"

Une tendance qui pourrait se prolonger selon Ben May, économiste pour Capital Economics, qui a ainsi déclaré à l'AFP que :

Sachant que le marché du travail a tendance à réagir aux évolutions économiques avec un peu de retard, les perspectives d'emploi peuvent continuer à s'améliorer au cours des prochains mois.

Mais il ne faut pas s'attendre à autre chose qu'une amélioration très graduelle, prévient-il, alors que la zone euro vient tout juste de sortir de la plus longue phase de récession de son histoire.

26,5 millions de personnes sans emploi dans les 28 pays de l'Union européenne

Du côté de Bruxelles, on évite également de verser dans le triomphalisme, le commisaire en charge des Affaires sociales, Laszlo Andor, a ainsi déclaré dans un communiqué que :

Le chômage a peut-être cessé d'augmenter cet été mais nous avons toujours 26,5 millions de personnes sans emploi (dans les 28 pays de l'Union européenne) dont près de 5,5 millions de jeunes de moins de 25 ans. (...) Les créations d'emplois ne sont pas encore reparties. La reprise économique naissante est très fragile et certainement pas encore riche en emplois.

Près de 900.000 chômeurs en plus sur une année

Au sein de l'Union européenne, les chiffres montrent ainsi que le chômage n'a cessé de croître en un an, avec 895.000 personnes venues grossir les rangs depuis août 2012.

La situation s'est nettement dégradée à Chypre sur les douze derniers mois, où le taux de chômage est passé de 12,3% à 16,9% et en Grèce, où il est passé de 24,6% en juin 2012 à 27,9% un an plus tard. En Espagne, le chômage est resté stable en août, à 26,2%, tout près de son niveau record.

Le niveau du chômage des jeunes reste alarmant

Dans ces pays lourdement frappés par la crise, le chômage des jeunes fait craindre l'émergence d'une génération perdue : il touche ainsi 61,5% des moins de 25 ans en Grèce et 56% en Espagne, soit largement plus d'un jeune sur deux. Ce constat a même poussé Bruxelles à mettre sur pied, en juin dernier, un Fonds européen pour l'emploi des jeunes.

Dans le même temps, des pays comme l'Autriche (4,9%), l'Allemagne (5,2%) et le Luxembourg (5,8%) affichent des taux de chômage très bas, signe des disparités criantes au sein de la zone euro.

Dans tous les cas, plusieurs indicateurs laissent à penser que la situation reste plus que fragile : l'indice (PMI) mesurant l'activité dans le secteur manufacturier de la zone euro a mis en évidence "la faiblesse du marché du travail" dans ce secteur, en septembre.

Lire aussi :

>> Encore un taux de chômage record en zone euro

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2013 à 7:15 :
Et dire que c'est uniquement dû a la faute de SFR, qui engendre un mauvais comptage...
a écrit le 02/10/2013 à 3:58 :
Je lis dans la tribune " Le chiffre du jour: 40,1% des jeunes actifs italiens pointent au chômage"
Je lis dans la tribune: " Zone euro : premier recul du taux de chômage depuis plus de deux ans"
Nous ne sommes pas aux États-Unis où l'on parle partout la même langue et où on se sent partout chez soi et où la main d'oeuvre circule librement.
Des statistiques de chômage pour une Zone économique aussi hétérogène qu'est la Zone Euro est un non sens. La loi du plus fort règne dans la Zone Euro et c'est du chacun contre chacun. On n'hésite même pas à discréditer les produits venant des autres pays de cette Zone Euro, surtout en Allemagne, championne du chauvinisme. Alors ne me parlez plus de la Zone Euro s.v.p.
Réponse de le 02/10/2013 à 7:32 :
et pourtant elle existe, du moins sur le papier!
a écrit le 01/10/2013 à 21:15 :
c'est probablement du à la politique volontariste de Hollande!
a écrit le 01/10/2013 à 17:40 :
Manipulation des chiffres, peut etre encore un bug ? faire baisser artificiellement les chiffres avant les elections mais ca ne marchera pas :euro monnaie d'escroc!
a écrit le 01/10/2013 à 17:31 :
Le chômage des jeunes - dans l'union européenne - une génération perdue mais surtout sacrifiée. Et le chômage des jeunes (y.c les étudiants endettés pour leurs études) - aux USA - l'émergence d'une génération perdue, sacrifiée et endettée, puis on y rajoutera: l'émergence du '' Subprime Student Loan '' (http://www.zerohedge.com/news/2013-10-01/next-subprime-crisis-expands-student-loan-defaults-hit-146-billion-highest-default-r) '' Neoliberalism Dream ''
a écrit le 01/10/2013 à 17:04 :
Manipulation de chiffre, c'est tellement facile de leur faire dire ce que l'on veut!
personne ne les croit plus de toute façon je sais pas pourquoi ils font des statistiques, pour s'auto-persuader ?
a écrit le 01/10/2013 à 16:50 :
Vaste fumisterie que cette affirmation.
Il n'y a vraiment que les eurocrates pour y croire...
a écrit le 01/10/2013 à 16:37 :

quand vous avez un défaut sur votre ligne téléphonique vous vous adressez à votre opérateur qui va y remédier . Pôle Emploi ne regarde pas si sa ligne ( plateforme ) Email a la tonalité . Pourquoi parce que pendant les vacances las "employés" sont tous au soleil les pieds dans l' eau ... Le comptage des chômeurs peut attendre .
Conclusion : pour faire baisser le chômage il suffit de fermer pôle emploi .
Réponse de le 01/10/2013 à 21:16 :
ben tiens...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :