L'attractivité exige la confiance

 |   |  1017  mots
(Crédits : DR)
Comment convaincre des chefs d'entreprise d'investir dans un pays déprimé? Pourtant, tout n'est pas perdu pour le site France.. si l'on admet que l'attractivité est l'affaire de tous. Par Jean-Christophe Gallien, professeur associé à Paris 1 Sorbonne

Bienvenue au pays qui veut vendre du bleu blanc rouge au reste du Monde quand ses habitants, déprimés, s'interrogent sur le sens de leur place dans la globalisation, ne croient plus en l'Europe et s'interpellent sur les contours et le contenu de l'identité nationale ! Entre démocratie de l'incertitude et société du risque, Les enquêtes sociétales le déclarent en continu : à tort ou à raison, la confiance a disparu de l'expérience France.

La longue liste des errements français

Nous vivons dans un pays où le chômage frappe désormais, entre parents et enfants, presque toutes les familles. Un pays où les études supérieures ne garantissent plus le premier emploi, encore moins la réussite économique. Un pays dont le système éducatif dégringole dans tous les classements. Un pays où devenir propriétaire d'un bien immobilier devient sinon une chimère, un privilège. Un pays où un commissariat fut pris d'assaut au prétexte qu'un contrôle de police ayant mal tourné.

Un pays où la taxation sous toutes ses formes atteint une dimension telle que l'on a pu imaginer prélever 75% d'un flux. Un pays où malgré ces taux, la solidarité institutionnelle se réduit chaque jour. Un pays où le cumul en tous genres est le plus développé au monde. Cette liste des errements de l'expérience France pourrait être plus longue ! Elle est pourtant malheureusement vécue par les français et elle observée, en direct, par l'opinion publique mondialisée dans le vaste Monde digitalisé et ses écrans permanents.

Comment s'implanter dans un pays sans confiance?

Quelle entreprise sauf suicidaire ou pire négrière pourrait choisir de s'implanter dans un pays sans confiance en soit, parfois même dépressif, encore moins dans un pays où la jeunesse ne croit plus vraiment en son destin.

Au delà d'une fiscalité ajustée, des aides ciblées, de l'accompagnement customisé, des simplifications, du Made In, de la Marque France, … autant d'éléments nécessaires certes mais qui participent d'une recette déjà très, trop classique qui s'inscrit dans toutes les stratégies d'attractivité menées par les territoires à travers la planète, si je choisis la France c'est qu'entreprise ou individu, je dois croire que je vais prospérer, que mes enfants ou ceux de mes collaborateurs seront bien éduqués, que ma famille et que mes intérêts seront en sécurité, que je serai partie prenante d'un territoire ambitieux se situant au cœur des enjeux de la planète, à la puissance à la fois forte et douce, d'un territoire en mouvement hôte des plus grands événements qu'ils soient sportifs, culturels …

Entrer dans la bataille pour l'audience globale

Bref, très au delà des boîtes à outils du marketing territorial, il nous faut entrer plus en force dans la bataille qui fait rage pour l'audience globale. Les populations de ce Monde nouveau doivent être impactés positivement par une narration française qui n'est plus assez audible. Ils doivent entrer dans notre histoire comme happés par le mouvement permanent de nos actions. Une saga France vivante et ambitieuse doit être proposée et nous prendre par la main en temps réel. Quelle est le message de la France aujourd'hui ? Quel est le rôle de la France dans le Monde ? C'est quoi l'expérience France ? Qu'est-ce que la France va changer à votre vie ? … On ne peut plus seulement s'appuyer sur une mémoire, même nostalgique. L'écriture doit se faire dans un présent 2.0 devenu permanent.

Tout n'est pas perdu...

Il nous reste des atouts encore considérables ! Menée par le très sérieux et non moins trendy magazine international MONOCLE, une enquête classe, en 2013, la France, quatrième « puissance douce » ! Non contente de participer à la bataille de la puissance dure, celle de la crainte ou de la contrainte, réjouissons-nous peuple "râleur", "champion du monde du pessimisme » : à l'étranger il semble que le Mythe France est bien vivant.

Profitons-en ! Il faut créer d'abord et raconter ensuite l'histoire d'une France qui fait rêver, qui peut attirer les regards, les envies, les talents et l'argent, qui gagne et qui peut faire gagner ! C'est essentiel, en particulier pour notre conversation avec les jeunes générations de l'opinion publique mondialisée qui ont peu de d'affection, de connaissance, voire même d'intérêt pour notre pays. Ils sont pour certains les enfants des acteurs de l'investissement et de la décision des pays qui peuvent vouloir miser sur la France. Tous ils vont faire le Monde de demain. Ils sont disponibles pour notre propre narration mais ils doivent être impactés par une « smart diplomacy », une stratégie intégrant et scénarisant sport, culture, médias, industrie, éducation, langue, … politique, public et privé.

Un engagement de tous

« Brand France » doit être une démarche holistique et portée par tous. Il faut que les citoyens français y croient, bien sur. Mais pas seuls ! Politiques, entrepreneurs, artistes, universitaires, sportifs doivent s'engager … oui la Marseillaise et les couleurs de notre drapeau font partie de l'attractivité de la France. Regardons ce que font les autres, jeunes pays ou pays historiques de leurs symboles identitaires, et nous en serons convaincus !

Mais comme lorsque l'on veut que les Français achètent français, si l'on veut qu'argent, activités et talents se localisent en France, il faut qu'une équipe de France se constitue au cœur de l'Europe. Une équipe qui fédère les entreprises, les politiques, l'administration et les citoyens autour d'un contrat de confiance où chacun s'engage mais sait qu'il percevra les dividendes de son engagement. Et peut-être alors que nous pourrons croire Walt Whitman en affirmant « que le prodigieux spectacle continue et que tu peux y apporter ta rime ». Et que même la France pourra apporter la sienne !

 

Jean Christophe Gallien

Professeur associé à l'Université de Paris 1 la Sorbonne

Président de j c g a

Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2014 à 10:52 :
Ce mec est fou...ou il nous prend pour des cons...à votre avis ???
a écrit le 22/02/2014 à 10:51 :
se relire...que de clichés , que de poncifs...déjà qu'il y a Ponzi...!!!
a écrit le 22/02/2014 à 9:23 :
grand n'importe quoi
a écrit le 20/02/2014 à 14:41 :
Il nous la sort bonne mais on ne l'avale pas de grâce , tant cela fait des décennies que l'on évolue ainsi, tout en collectionnant les gué-guerres intestines entre clans qui font la même chose. Vous avez dit "confiance", comme c'est étrange ! Vous faites la réclame de l'attractivité ? c'est tellement attractif la réclame, non ? ça manque pas d'oseille.
a écrit le 20/02/2014 à 12:38 :
Tout est dit dans ce texte sur le mal français. et je vous parie que les politiciens trouveront à se justifier. Les grands parleurs ne sont pas les grands faiseurs.
a écrit le 20/02/2014 à 9:49 :
Je disais seulement qu'il y a 15 Ministres aux USA pour 300 Millions d'habitants. Il y a aussi 100 sénateurs aux USA pour 300 Millions d'habitants. Soit dit en passant.
a écrit le 20/02/2014 à 9:33 :
Aux USA il y a 15 ministres pour 300 millions d'habitants. En France nous avons 40 Ministres pour 65 millions d'habitants. Aux USA il y a 100 sénateurs pour 300 Millions d'habitants. En France nous avons 348 sénateurs pour 65 millions d'habitants. C'est cela une République exemplaire ?
Réponse de le 20/02/2014 à 13:21 :
Non. Cela devient une république bananière...
Réponse de le 22/02/2014 à 10:53 :
une république coloniale...c'est les fils des mêmes...
a écrit le 20/02/2014 à 9:29 :
Un pays sans confiance ? Mais c'est le matraquage négatif des élites auto-proclamées et des médias qui forment une représentation collective negative !!! Le dénigrement des Baverez et consorts, aussi peu justifié que stupide, est à la base de cette dichotomie entre le sentiment individuel des français, qui lui est positif, -ils se déclarent généralement heureux-, et le sentiment collectif, donc médiatisé, qui lui est négatif. De plus, il y a effectivement l'importance du chômage, mais cela irait beaucoup mieux si les médias cessaient leur amplification et leur généralisation abusive des aspects négatifs. Soyez simplement objectifs et mesures !!! Je ne cesse pas de relever des erreurs, ignorances et
Incompétences, y compris chez les "professeurs", évidemment sans expérience de responsabilité.
Réponse de le 20/02/2014 à 9:41 :
ce n'est pas du "matraquage des élites" que de constater que pour acheter dans les grandes villes il faut avoir hérité plutôt que travaillé, qu'il est plus dur qu'ailleurs d'être embauché à des postes à responsabilité si l'on n'est pas un homme blanc, que l'éducation nationale n'est de qualité que dans les bons quartiers, qu'il faut avoir des copains à la mairie pour avoir un logement social, que le PIB par habitant baisse chaque année, qu'il y a 5,2 millions de chômeurs, ....je continue?
a écrit le 20/02/2014 à 9:14 :
Quels sont les secteurs compétitifs en France? Le nucléaire, l'agriculture, le tourisme et bien sûr l'Industrie du Luxe: tous ces secteurs devraient être décrêtés patrimoine national en danger, et tous, à commencer par nos gouvernants, nos Ministres écolos bobos, devraient n'avoir que pour seule mission: faciliter la vie à nos entrepreneurs. On en est loin..Par ailleurs, la France sera redevenu attractive lorsque nous aurons quelques succès stories à faire valoir, notamment vis-à-vis de notre jeunesse, et surtout, les meilleurs et les mieux formés d'entre eux. Faciliter la vie de nos jeunes ingénieurs créateurs de startup, les bichonner, les pousser vers le privé (les fonctionnaires ne rendent pas la France plus compétitive, mais complexifient le vie de ceux qui veulent travailler..), les garder en France, voilà ce qui permettra dans vingt ans de faire vivre les suiveurs,..
a écrit le 20/02/2014 à 8:41 :
vous voulez ' prosperer' en france? vous voulez vous faire traiter de ' sale riche' ou quoi? le pb de la france, c'est sa mentalite! ca va prendre au moins une generation a changer!
Réponse de le 20/02/2014 à 10:19 :
J'ai bien peur que les mentalités vont encore évoluer dans le mauvais sens pour les 2 générations qui arrivent ... Pour se relever, la France aura beaucoup de mal de cette environnement "anti-réussite" et "anti-financière".
Réponse de le 20/02/2014 à 10:34 :
C'est bien pour ça que les Français qui ont bien compris votre raisonnement se cassent tant les jeunes diplômés que les retraités, comme moi.
Réponse de le 20/02/2014 à 12:43 :
Profitez bien de votre retraite Ponzi : ça ne va pas durer...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :