Manuel Valls, superstar pour combien de temps ?

 |   |  561  mots
(Crédits : DR)
par Jean Christophe Gallien, professeur associé à l’Université de Paris 1 la Sorbonne^

Manuel Valls choisis par François Hollande pour diriger son « Gouvernement de combat » est vraiment un homme pressé. Une photo de type présidentiel affichée à la une du portail internet du Gouvernement et l'effacement de toute trace de son pauvre prédécesseur quelques secondes à peine après l'annonce lundi soir de sa nomination par le Président de la République et avant même l'organisation de la passation de pouvoir ! Un vrai « putsch digital » !

Le pouvoir en liberté

Manuel Valls aime le pouvoir en liberté. Il veut sans cesse montrer qu'il décide, agit et n'hésite jamais à dire sa propre vérité. Qu'elle plaise ou non. Tout en revendiquant une totale et fidèle appartenance au PS et au gouvernement. Celui-là même où il piocha ces derniers mois ses meilleurs « ennemis ». Christine Taubira, Cécile Duflot symboles féminins de l'ouverture aux autres familles de la gauche. Une vraie guérilla qui fabrique des points de repères politiques et surtout produit une valorisation médiatique : la base de sa stratégie.

Il aime l'exposition. Il fait régulièrement grimper sa part d'audience politique et médiatique personnelle qu'il tente, inlassablement, de traduire en popularité. Une cote qui, au delà de l'affaire Dieudonné, s'est maintenue dans le haut malgré des résultats, notamment en matière de délinquance, qui tardent encore à s'affirmer, Il parvient même jusqu'à présent mobiliser ce qui manque à l'Elysée : de la confiance.

 Une capacité à s'emparer de tous les problèmes

Comme d'autres, je pense à Arnaud Montebourg, plus encore même, Manuel Valls sait aussi profiter de la pratique présidentielle de François Hollande : autorité discrète, polyphonie assumée et volonté de ne déplaire à personne. Ses prises de positions sur les grands enjeux qui croisent les compétences régaliennes de nombreux ministères, rejoignaient les expressions de l'opinion d'une majorité de nos concitoyens et voulaient démontrer une capacité holistique à s'emparer de tous les problèmes du pays.

Ces interventions annonçaient surtout une ambition dépassant le strict cadre de sa mission. En cela, il sait provoquer l'agacement de nombreux de ses pairs et concurrents du paysage politique et notamment de celles et ceux qui pensent, comme lui, à la Présidence. On retrouve là certains traits de parcours et de stratégie de l'un de ses prédécesseurs Place Beauvau, Nicolas Sarkozy lequel n'est pourtant jamais allé à Matignon !

Question: combien de temps pourra-t-il résister ?

Il était protégé à Beauvau. Comme tous les Ministres de l'Intérieur, Manuel Valls ne se trouvait pas en responsabilité ni des chiffres du chômage, ni des taux de la fiscalité, encore moins de l'évolution du pouvoir d'achat, il n'envoyait personne faire la guerre, … autant de secteurs d'une géographie gouvernementale qui disqualifient le plus souvent leurs ministres, même les plus ambitieux.

Il sera désormais directement dans le vent brûlant d'une société française qui boue de désespoir. Pire il sera coincé entre ce peuple qui crie de moins en moins en silence, qui l'apprécie mais ne le connaît finalement pas vraiment et le tacticien mitterrandien désormais un peu en mode panique : François Hollande. 48 % de popularité à ce jour, combien dans 6 mois ?

 

*Président de j c g a

Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2014 à 22:52 :
Manuel VALLS, superstar. Tout le monde n'a pas les mêmes stars, moi c'est plutôt mes éboueurs, les boulangers, les gens qui bossent, les gens dans les assoc. non communautaristes et non subventionnées et d'autres. Superstar, vous voulez dire, cité dans les médias ? Ce n'est pas superstar alors, c'est CITE DANS LES MEDIAS. Point. On ne parle plus de Ayrault, ce CITE JADIS DANS LES MEDIAS. A-t-il été une superstar ? Non, JAMAIS.
a écrit le 03/04/2014 à 5:38 :
La question est pas "combien dans 6 mois" mais plutôt: "combien en moins chaque fois qu'il ouvrira la bouche?"
a écrit le 02/04/2014 à 17:49 :
Qu'il profite bien de ses 48 % ça va fondre comme neige au soleil .
Et Ségolène qui parle déjà de création d'emplois grâce à la transition énergétique !
On n'a pas fini de rire .
Réponse de le 02/04/2014 à 18:25 :
bah! pour les ministres débarqués" , ce ne sera pas trop mauvais, ils toucheront 9600 eur/mois pendant les 6 mois qui suivront leur "licenciement" en guise de dédommagement ! 57 600 eur par tête de pipe, on en a pas autant, nous....
Réponse de le 02/04/2014 à 19:42 :
Bof, le moindre notaire, pharmacie, dentiste, spécialiste, huissier...de votre ville gagne plus qu'eux...pour globalement bien plus de sécurité d'emploi et bien moins d'heure de travail...
Je ne les envie pas.
Réponse de le 02/04/2014 à 20:19 :
lorsque nous sommes licenciés après des années, combien pouvons nous toucher par rapport à ces incapables? vous pensez que c'est comparable?
a écrit le 02/04/2014 à 16:57 :
La société française boue-t-elle? ou bout-elle? bouteille, peut-être...?
a écrit le 02/04/2014 à 16:26 :
...surement pas pour longtemps ...
a écrit le 02/04/2014 à 16:19 :
Il ne pourra survivre qu'avec l'appui de la droite, il doit mettre en route la TVA sociale d'un seul bloc pour avoir la contribution de la finance internationale et ainsi, mettre "a genoux" la commission de Bruxelles qui ne cesse de dévaloriser la France!
a écrit le 02/04/2014 à 15:58 :
Valskozy, c'est cuit avant même de commencer !
Réponse de le 02/04/2014 à 16:49 :
Par contre Le Pen doit se marrer... Elle est de nouveau dans la course comme tout les petits parties.
a écrit le 02/04/2014 à 15:42 :
Encore une fois,un gouvernement non pas composé par les femmes et hommes les plus capables dans leurs domaines compétences ,mai une vrai cuisine politique ,genre MERCATO au foot. On garde le même entraineur, le même système de jeu, aussi et je doute fort que Valls soit un Zidane capable de tout faire à lui tout seul. A voir la composition ,il a du déjà avaler des couloeuvres et ces bêtes là ne sont pas très digestes........
Réponse de le 02/04/2014 à 18:18 :
Peut_être, sûrement, mais les rémunérations, elles seront très digestes...!
a écrit le 02/04/2014 à 15:29 :
Ce gouvernement n'a aucune chance.De toutes façons ce qui compte c'est la politique voulue par Hollande et ses conseillers.Ceux ci ne comprennent pas se qui se passe.Il,sera intéressant de savoir si Hollande arrive a contenir la révolte d'une parties des députés socialistes ou pas.Je pense qu'il sera mis en minorité sous peu.Mon pronostic:le Ps n'arrivera pas a tenir encore trois ans au pouvoir,meme si Hollande reste président

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :