Comment réduire les inégalités de richesse ?

 |   |  159  mots
Square : la couleur du capital. / DR
[Replay] Pour l'économiste Thomas Piketty, "Nous sommes redevenus une société d'héritiers comme il y a un siècle". Son best-seller, "Le Capital au XXIe siècle", raconte l'histoire du capital, du patrimoine et de la répartition des richesses. Débat avec Thomas Piketty et l'ancien Ministre des Finances et Président de la Banque centrale de Pologne, Leszek Balcerowicz.

Selon le rapport Global Wealth Databook 2013, le patrimoine mondial total détenu par les habitants de la planète est estimé à 240.900 milliards de dollars. Les ultra-fortunés qui représentent 0,7% de la population détiennent plus de 41% de ce patrimoine.

A l'opposé, les 50% des individus les moins fortunés détiennent à peine 1% du patrimoine mondial.

Pour l'économiste et spécialiste des inégalités économiques Thomas Piketty :

« Nous sommes redevenus une société d'héritiers comme il y a un siècle ».

Son best-seller, Le Capital au XXIe siècle, vendu à 400.000 exemplaires en langue anglaise et à 100.000 exemplaires en France représente 15 années de recherches. Il raconte l'histoire du capital, du patrimoine et de la répartition des richesses sur plus de deux siècles dans une vingtaine de pays.

Le Capital au XXIe siècle est un projet collectif qui a débuté avec la publication de l'ouvrage les Hauts revenus en France au XXe siècle (2001).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2014 à 9:05 :
A chacun selon son mérite : encourageons ceux qui travaillent au lieu de les taxer pour les décourager
Notre système "soviètique" ne marche pas mais nos élus en profitent, c'est tout.
a écrit le 25/06/2014 à 8:50 :
repartir la richesse c'est de l'utopie mais aussi les ultra riches eux se porteront toujours bien , donc pour eux rien ne changera , pour ces individus ils vivent de la rente , le brevet , la chanson ou le film qui a fait d'eux ce qu'ils sont , parfois ils sont les fils ou filles de celui a inventé ceci ou cela ou a eue une idée qui rapporte , par contre le petit peuple qui hérite de ses parents lui n'aura jamais ses privilèges là , enfin parmis les pauvres si on a hérité d'une famille pauvre il n'y aura jamais rien a partager plus tard , repartir la richesse ? , un reve qui a existé dans le communisme a l'est .. on a vu le bilan désastreux de ces idées là .. 70 ans de marasme économique , désespoir des individus et j'en passe , par contre actuellement les oligarchies elles sont en nette progression comme a la fin du XIXeme siècle ( les chemins de fer ) étonnant ..
a écrit le 24/06/2014 à 21:58 :
c'est pas compliqué, revenez à la méthode 1917 en Russie. Les résultats ont été formidables!!!!
a écrit le 24/06/2014 à 18:47 :
« Nous sommes redevenus une société d'héritiers comme il y a un siècle ».
Il y a toujours eu des héritiers, ni les guerres, ni les révolutions n'ont remis tout le monde sur un même pied d'égalité. Lors de ces "occasions", certains héritiers disparaissent, d'autres sont en devenir. Les périodes d'agitation sont propices à la constitution de fortune et à de futurs héritages. De nos jours ce sont les oligarchies qui tiennent le haut du pavé et n'en doutons pas, leur fortune sera transmise par héritage, d'autant plus facilement que le Monde est totalement ouvert.
Réponse de le 25/06/2014 à 8:52 :
hum ? pour hériter il faut avoir des enfants qui hériteront un jour , si on en a pas , le problème est résolu , sauf que la famille peut hériter mais là attention aux droits de successions , des qu'on atteint l'oncle ou la tante , cela fond , fond au soleil et vive les miettes ..
a écrit le 24/06/2014 à 16:34 :
Loin de moi l'idee de nier le probleme des inegalites de richesse, qui si elles sont trop exacerbees, posent de reels problemes et menacent la stabilite mondiale. Mais il faut aussi faire attention a ce qu'on regarde: la fortune de Mark Zuckerberg par exemple, est evaluee a $29.2 milliards de dollars. En y regardant de plus pres, on constate que 97% de la somme est en realite des actions Facebook (ok, ca lui fait tout de meme un petit matelas confortable a 800 millions et quelque)... Je ne vois pas bien comment on pourrait redistribuer cette somme, ni meme la monetiser (si demain 100% des actions Facebook sont a vendre ca ne se fera certainement pas a ce prix la...). Et enfin, le prix de ces actions peut etre vu comme la valeur actualisee (enfin la perception par les acteurs du marche) de l'ensemble des dividendes a venir, sur lesquels ne l'oublions pas, des tax seront payees! Pas sur que regarder la richesse brut soit toujours pertinent...
a écrit le 24/06/2014 à 15:41 :
Et tous ces héritiers de toute sorte qui croient mériter , alors qu'ils n'ont .... qu'hériter !!!
Réponse de le 24/06/2014 à 15:59 :
Je me corrige : "hérité"
a écrit le 24/06/2014 à 15:38 :
Quelle vérité !!! Si nous n'avons pas la chance d'être héritier à quelque niveau que ce soit ,
malheur à nous , car aucune chance de pouvoir accéder à la richesse , au bien être , à
l'indispensable !!
a écrit le 24/06/2014 à 15:02 :
La richesse se mesure comment ? Ce que l'on possede ? Si j'ai 100 millions d'€ placés en actions ,si mes actions me rapportent 3 % en moyenne comme dividende avec une ponction de 37,5 % ,de l'état je suis riche !Qu'es ce qu'il faut partager le dividende ou les actions ? Les riches ne sont pas des oncles Picsou qui ont des pieces en or dans un immense coffre fort Des dividendes il n'y en a pas toujours quand aux actions on fait quoi !Les vendre pour avoir de l'argent pour le partager !Les vendre à qui ? Et ceux à qui on a vendu les actions ,on en fait quoi ? Il faut donc leur prendre leurs actions qui sont des bouts de papiers et les donner aux pauvres !Ils vont en faire quoi ! Attendre un hypothetique dividende comme le font les riches !Les revendre mais à qui !A d'autres riches à qui il faudra reprendre leurs actions pour les redonner aux pauvres ext ....En 2001 le CAC 40 est monté à 6800 pts ,un an plus tard il est tombé à 2000 pts !Ils ont perdus plus des deux tiers de leurs richesses les riches ,et 13 ans plus tard le CAC 40 est à 4500 pts trés loin de leurs fortunes de 2001 !En France à qui appartiennent les 1600 milliards d'€ en assurance vie fonds en € pour ne parler que de ces milliards ! Plus de 60 % des français sont propriétaires de leur logement et économisent un max !L'épargne salariale ,cet argent issue de la participation et de l'interessement dans les entreprises c'est 100 milliards d'€ et pas que les cadres trés loin de là ,avec des placements en bourse ou mixtes choisis par les salariés !Ce n'est pas parce que l'on a un patrimoine élevé qu'on est riche !L'histoire du paysan sur l'ile de Ré qui gagne moins que le SMIC et qui paie l'impot sur la fortune parce que ses terrains valent chers ,le demontre.La vision de Pikety est biaisée volontairement .Le richesse n'est non pas sur ce que l'on possede, mais sur ce que ça rapporte .Le prix du m² à Paris est à 8500 € en moyenne .Les heureux possesseurs d'un appartement de 100 m² serront heureux d'apprendre qu'ils sont riches de 850000 € ,ce qui est la valeur de leur bien ? La bourse en moyenne glissée rapporte historiquement 7 % par an sur lesquels 37.5 % de prelevements sont pris ,il reste 4.37 % de rendements sans compter les autres frais à coté .Prendre les plus haut de bourse et dire que les gens sont riche est malhonnete .En rendement ce qui est la richesse disponible ,le liquide ,ils n'ont pas plus .Quand à croire que partager la richesse des gens riches avec les pauvres du monde ,il y aura face à ça un éceuil de taille .Dans tous les pays il y a des pauvres et il m'étonnerait beaucoup que les pauvres en France ou ailleurs dans le monde occidental voient d'un bon oeil des milliards leur passer devant le nez pour les pauvres en Afrique .Pikety n'amene rien de nouveau qui n'est deja connu .Sa mascarade aux USA vient du fait que les démocrates ne peuvent rien faire ce sont les republicains qui ont la majorité au Congrés et au Senat ,ils ont donc montés en épingle ce bouquin qu'ils sont loin de partager ,la preuve la plus flagrante c'est que chaque fois qu'ils ont eu le pouvoir législatif ils n'ont rien fait dans ce sens ,bref des hypocrites en lute avec leurs adversaires republicains .De ce point de vu il faudrait voir la réaction des pauvres americains ,qui sont nombreux ,si ils voyaient passer eux aussi des centaines de milliards pour les pauvres du monde sans qu'on obtienne rien avant pour eux,et c'est bien tout ce qu 'ils voudront !Qui peut croire qu'un pauvre est solidaire et veut partager avec un autre pauvre si c'est un étranger à 10000 km de là ........................
a écrit le 24/06/2014 à 13:40 :
Curieux de parler d'héritiers quand on sait qu'aux USA 75% du patrimoine des plus riches est détenu par des entrepreneurs !
a écrit le 24/06/2014 à 12:17 :
Pourquoi vouloir tant réduire les inégalités ? Il y aura toujours de grands et des petits, des gros et des maigres, des bosseurs et des glandeurs, des inventifs et des assistés, des débrouillards et des fantoches, ...Ceux qui ont plus sont souvent ceux qui se sont bougés, même si les héritages existent. Alors il faut vivre dans les réalités et non dans les rêves
Réponse de le 24/06/2014 à 12:24 :
>Bizarre

Effectivement, il y aura toujours des benêts comme bizarre qui croiront pouvoir faire partie par leur travail et leur qualités intellectuelles des 0,001% de riches...
Réponse de le 24/06/2014 à 13:22 :
Vous avez raison. Dans les commentaires aussi il y a toujours ceux qui réfléchissent avant d'écrire et ceux qui balancent des énormités comme les votres pétries de poncifs et de lieux communs.
Réponse de le 24/06/2014 à 13:44 :
@bizarre: tout a fait vrai, tu devrais vivre dans la realite et non dans tes reves :-) la realite, c'est que "selon que tu seras riche ou miserable..." et que "certains sont plus egaux que d'autres" :-)
Réponse de le 24/06/2014 à 16:51 :
@ Bizarre S'il suffisait de vouloir pour être ou, d'être pour ...réussir ... Mettez un génie pieds nus dans la boue - de nos sociétés - et calculez combien de chances il aurait de briller ...
Réponse de le 24/06/2014 à 17:58 :
@ bizarre Grandiose ! En vérité vous n'avez strictement aucune conscience des réalités économiques, politiques ou humaines des choses ! vous raisonnez tout simplement comme une brute !
Réponse de le 24/06/2014 à 18:28 :
@ bizarre " Pourquoi vouloir réduire les inégalités ? " Pour le business, la bonne marche des transactions et des échanges économiques pardi ! Vous avez de l'argent mais vous ne comprenez visiblement pas comment ça marche ...
a écrit le 24/06/2014 à 11:35 :
la pauvreté des uns rassure les autres en leur faisant croire qu4eux seuls sont méritants et qu'ils ne doivent leur fortune qu'à leurs seules compétences.
a écrit le 24/06/2014 à 10:29 :
Le Piketti devrait aprendre ce que disaitle grand Aristote " la pire des inegalites est de vouloir que des choses inegales soient egales "
Réponse de le 24/06/2014 à 10:48 :
Il ne s'agit pas de rendre tout égal (comment d'ailleurs serait-ce possible), il serait plutôt question de réduire ces inégalités indécentes.
Réponse de le 24/06/2014 à 11:02 :
Aristote celui qui légitime la domination des Grecs sur les métèques et les esclaves…quant a sa ségrégation sexuelle : pour définir la "masculinité" et la "féminité". Voici l’explication donnée par Aristote : "Le mâle est chaud et sec, associé au feu et à la valeur positive, le féminin est froid et humide, associé à l’eau et à la valeur négative (...). C’est qu’il s’agit, dit Aristote, d’une différence de nature dans l’aptitude à "cuire" le sang : les règles chez la femme sont la forme inachevée et imparfaite du sperme. Le rapport perfection/imperfection, pureté/impureté, qui est celui du sperme et des menstrues, donc du masculin et du féminin, trouve par conséquent chez Aristote son origine dans une différence fondamentale, biologique". Une inégalité sociale inscrite dans l’organisation sociale de la cité grecque (les femmes ne sont pas citoyennes) est transcrite, en termes de nature, dans la représentation des corps. Pour Aristote, « un rapport est réussi si la semence impose le masculin ». Donc la naissance d’une fille signe l’échec de l’homme. Voilà pourquoi la valorisation de l’homme s’est imposée, voilà pourquoi encore aujourd’hui on observe les infanticides concernant les petites filles.
Réponse de le 24/06/2014 à 18:08 :
@ lemans Il ne s'agit pas d'établir une égalité forcée mais de parvenir à un ordre plus juste, plus équilibré.
Réponse de le 24/06/2014 à 18:33 :
@ lemans Il ne s'agit pas d'établir l'égalité forcée mais de parvenir à un équilibre,à un ordre des choses fondé sur une juste répartition des droits, des chances et des richesses.
a écrit le 24/06/2014 à 9:34 :
Les études et les constats c'est peut être utile pour les grosses têtes ; mais pour beaucoup d "humains" posséder est illusoire quand il faut simplement penser à se nourrir pour ne pas crever. Je serais donc plus "terre à terre" La crise financière de 2007-2008 provoquée par le banditisme bancaire a eu notamment deux conséquences. La première : Les fonds spéculatifs (hedge funds) et les grandes banques ont migré après 2008, délaissant certains segments des marchés financiers pour s’orienter vers les marchés des matières premières, notamment celui des matières premières agricoles. Si l’on regarde les trois aliments de base (le maïs, le riz et le blé), qui couvrent 75 % de la consommation mondiale, leurs prix ont explosé. En 18 mois, le prix du maïs a augmenté de 93 %, la tonne de riz est passée de 105 à 1010 dollars et la tonne de blé meunier a doublé depuis septembre 2010, passant à 271 euros. Cette explosion des prix dégage des profits astronomiques pour les spéculateurs, mais tue dans les bidonvilles des centaines de milliers de femmes, d’hommes et d’enfants. Une deuxième conséquence est la ruée des hedge funds et autres spéculateurs sur les terres arables de l’hémisphère sud. Selon la BM, en 2011, 41 millions d’hectares de terres arables ont été accaparés par des fonds d’investissements et des multinationales uniquement en Afrique. Avec pour résultat, l’expulsion des petits paysans.
a écrit le 24/06/2014 à 9:21 :
M.Picketty s'intéresse aux inégalités de patrimoine, et peut-être sont-elles effectivement de nature à susciter des tensions dans nos sociétés. mais l'important n'est pas là (ces inégalités ne sont qu'une résultante de la mondialisation). L'important est qu'après de sociétés ayant pour moteur de travail (les bras des laboureurs ou des faucheurs), puis le capital (la révolution industrielle), nous en sommes à une société qui a pour moteur l'innovation (Microsoft, google, et autre facebook sont là pour nous le démontrer: le travail n'est plus rien, et le capital n'est pas un facteur limitant. seule l'innovation permettra de maintenir une mode de vie correct pour nos populations.
Réponse de le 24/06/2014 à 9:42 :
Les inégalités de patrimoine ne sont pas uniquement liées à la mondialisation mais à la politique menée en matière d'héritage. Une fiscalité plus confiscatoire permettrait de réduire ces inégalités .
Réponse de le 24/06/2014 à 10:02 :
Que vous importe que M.B Arnault soit riche, puisque propriétaire des actions L.V.M.H. ces actions seront-elles vendues un jour? Si l'état en était propriétaire, en ferait-il meilleur usage, pour construire un futur pour nos jeunes? la réalité, est que M.Picketty se préoccupe plus de la façon dont notre société est constituée, mais n'apporte aucune réponse pour notre futur. cette question ne l'intéresse visiblement pas! La répartition des richesses est un problème secondaire, qui ne peut venir qu'après les avoir constituées et surtout créé les conditions de les maintenir.
Réponse de le 24/06/2014 à 10:04 :
L'héritage doit être conservé si on considère la famille comme l'unité de la société.
Je travaille pour ma famille et pas seulement pour moi-même.
On forme un tout.
L'héritage doit être supprimé si on considère que l'individu est l'unité de la société.
Je travaille pour moi-même en tant qu'individu.
Je dois tout à moi-même et rien à personne.
Réponse de le 24/06/2014 à 10:09 :
Quant à l'innovation, ce n'est pas elle qui réduit les inégalités. Il suffit d'observer la croissance exponentielle des avancées technologiques ces trente dernières années pour constater qu'elle ne s'est pas accompagnée d'une réduction des inégalités.
a écrit le 24/06/2014 à 9:18 :
c'est en quelque sorte une foire d'empoigne, certains se délectent de laisser d'autres sur le carreau, en ayant les yeux , et le désir plus gros que le ventre! les autres crèvent de ne rien avoir, et pourtant ils travaillent.....mais il est sûr aussi que de tous temps ont existé des charognards et ce n'est pas prêt de s'arrêter....
a écrit le 24/06/2014 à 9:08 :
Le rendement du capital r est supérieur à la croissance économique (ce qui le choque profondément).
Que représente r :
un représentant choisi par lui d'une suite de nombres, par exemple : 5 % ; - 4 % ; - 20 % ; + 30 % ; - 10 % (suite de rendements annuels).
Que représente g :
un représentant choisi par lui d'une suite de nombre, par exemple : 1 % ; 2 %; 1,5 % ; 3 % ; 2 % (suite de croissances annuelles).
Quel représentant choisi-t-il ?
Celui qui a 50 % de chances d'être au moins atteint, c'est à dire la moyenne.
Il obtient ainsi une inégalité qui dépend de la période de temps qu'il choisit également.
Mais pourquoi choisit-il comme représentant de la série de nombre celui qui a 50 % de chance d'être au moins atteint ?
Parce que cela l'arrange pour démontrer sa thèse.
En effet, s'il avait choisi comme représentant de la série des nombres celui dont la probabilité d'être au moins atteint est de 84 % (moyenne moins 1 écart type dans le cas simplifié d'une courbe de Gauss) le résultat aurait été totalement inversé.
Il a en effet oublié la volatilité et le fait qu'aucun nombre unique ne représente une série de nombres (ce qui rend impossible les relations d'ordre).
En conséquence, sa loi du capitalisme qui veut comparer 2 séries de nombres qui n'ont pas le même écart-type n'existe pas.
On observera par ailleurs, qu'il refuse les retraites par capitalisation (qui deviendraient une aubaine) car il n'est pas sûr (à juste titre) du résultat final.
Réponse de le 24/06/2014 à 16:46 :
Et oui, au-dela des problemes d'echantillons, il considere le rendement brut et non le risk-adjusted return, gros probleme... Le risque, la volatilite, il ne connait pas... Pourtant n'importe quel entrepreneur se la pose cette question!
a écrit le 24/06/2014 à 9:00 :
Faire en sorte que le peuple ne délègue plus ses pouvoirs et se réapproprie sa souveraineté, ses choix politiques et économiques. Evincer les banquiers et lobbyistes véreux et leurs cohortes de laquais en tout genre comme par exemple les politiques. Je sais c’est utopiste et que ce n’est pas gagné. Mais je ne vois pas d’autres solutions à long terme. Tout autre changement sera à mon avis du court terme.
Réponse de le 24/06/2014 à 15:09 :
@yves remord !Les banquiers vereux et ça ira mieux !Comme en 1981 ou toutes les banques françaises ont éts nationnalisées ,on a vu ce que ça à donné .Pour les particuliers rien du tout ,pour ceux qui paient des impots un trou de 100 milliards d'€ au Credit Lyonnais que le contribuable continue meme à l'heure actuelle à renflouer .......
Réponse de le 24/06/2014 à 15:09 :
@yves remord !Les banquiers vereux et ça ira mieux !Comme en 1981 ou toutes les banques françaises ont éts nationnalisées ,on a vu ce que ça à donné .Pour les particuliers rien du tout ,pour ceux qui paient des impots un trou de 100 milliards d'€ au Credit Lyonnais que le contribuable continue meme à l'heure actuelle à renflouer .......
a écrit le 24/06/2014 à 7:50 :
En virant ces socialo communiste et en récompensant le travail, marre des assistés et des fonctionnaires et députés de tout genre qui ne créent pas l'ombre d'une richesse pour ce pays!!!!
Réponse de le 24/06/2014 à 10:53 :
Soit vous profitez de n'importe quelle occasion pour déverser votre bile sur les socialistes et les fonctionnaires, soit il vous faut apprendre à lire. Dans ce cas votre commentaire est inepte. Le sujet du texte est de faire prendre conscience que 41% des richesses mondiales sont entre les mains d’un tout petit nombre d’ultra riches. Quel rapport avec les socialos et les fonctionnaires ? Et quand bien même vous redonneriez de la valeur au travail, vous ne réduiriez pas pour autant ces inégalités.
Réponse de le 24/06/2014 à 14:00 :
@Realiste : "socialo communiste", "assistés",... eh bien il a pas inventé l'eau chaude celui la...Pour vous le problème c'est les quelques millions "donnés" aux "assistés" ? Pas les milliards détournés par les entreprises ? Il va falloir m'expliquer votre raisonnement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :