Argent gratuit, flambée de la dette publique : notre responsabilité historique

La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, notre responsabilité historique face à l'argent gratuit et la flambée de la dette publique.

4 mn

(Crédits : DR)

VIDEO

Si l'est un domaine où la doxa a été prise à contre-pied, c'est bien celui de l'endettement public. Rappelons-nous du cri d'alarme lancé par Michel Pébereau en 2005. La France flirtait alors avec les 65% de dette publique rapporté à son PIB. Elle frôlait alors la faillite de l'avis des experts. Quant au contexte de décrue des taux d'intérêt à long terme, dont bénéficiaient les États, ce dernier ne constituait qu'une aubaine transitoire, liée à la montée des classes d'âge préparant leurs retraites. Mais dès que ces dernières basculeraient en inactivité, puisant sur leurs encaisses financières, cela sonnerait le glas de l'épisode d'abondance de l'épargne et de détente des taux.

Les marchés ne bronchent pas

Moins de 15 ans plus tard, qu'en est-il ? Les engagements bruts des États de l'OCDE ont franchi la barre des 100% du PIB en 2012, continuant à progresser depuis pour avoisiner 110% en 2019. Et face à cette dérive, qui aurait dû semer la panique sur les marchés, les taux longs continuent leur décrue inexorable, touchant maintenant des minima historiques. Le Japon, figure de proue du vieillissement et du syndrome de la stagnation séculaire, est devenu emblématique de ce paradoxe. Le pays explore les hauteurs en matière de dette publique, franchissant le palier des 100% dès 1997, puis de 200% dès 2011, et en fin de 225% en 2019, sans que cela interrompe le mouvement de décrue des taux sur les obligations d'État. Résultat, le pays a aujourd'hui une charge d'intérêt attenante à sa dette (que ce soit en brut ou en net) inférieure aux niveaux qui prévalaient en 1976, quand sa dette dépassait à peine 25% du PIB.

Et c'est au tour maintenant au tour des États-Unis d'être attirés par l'ivresse des sommets. Le déficit public dépasse 6,5% du PIB en phase de croissance dans ce pays. Il est promis à se creuser bien davantage en cas de décélération de l'activité, ce qui devrait propulser le ratio d'endettement public américain encore plus haut. Mais les marchés ne bronchent pas. Les taux longs avoisinent 2%. Les bons du trésor américains sont le support incontournable de détention du dollar. Et face aux besoins du reste du monde, les États-Unis couvrent en toute impunité leur besoin de financement.

La doxa évolue

La doxa, évolue donc. On redécouvre que les situations favorables à l'endettement public, où les taux longs demeurent inférieurs au taux de croissance, ne sont pas une anomalie historique. Et que c'est plutôt celle que l'on nous promettait comme un retour à la norme, celle où les taux longs sont supérieurs au taux de croissance, qui fait figure d'exception.

On redécouvre aussi que cette fameuse sentence, assénée comme une évidence depuis des années, selon laquelle les entreprises investissement mieux que les États, relève d'un réflexe pavlovien non étayé. Tout dépend de quel investissement l'on parle. Quand il s'agit d'investissement utiles à l'ensemble du système productif, ou au bien-être de la collectivité, qui d'autre que l'État peut tenir compte des externalités ?

Des opportunités à saisir pour les Etats

Il y a là une opportunité historique à saisir. Les États ne vivent plus sous la tutelle des marchés. La pression pour réduire la surface des dépenses publiques et réserver l'accès au marché à la sphère privée ne joue plus. Or, sans investissement infrastructurel, la capacité d'expansion d'une économie est corsetée. L'investissement infrastructurel reste la matrice de tous les autres investissements. La croissance de l'après-guerre a eu besoin d'infrastructures routières, de réseaux d'énergie, d'une reconfiguration des villes, pour prendre toute sa dimension. L'économie digitalo-verte a besoin de nouvelles grandes reconfigurations pour permettre aux nouveaux usages de se déployer pleinement. Faute de cela, dans un monde encore pensé pour les anciens usages, l'épargne surabondante ne fait que gonfler la demande d'actifs survalorisés et le rachat des entreprises entre elles, au détriment de l'économie réelle.

Face à ce changement de doctrine, l'Allemagne reste campée sur son principe de précaution ordo-libéral. Et le reste de la zone euro, n'ose pas, au nom de l'intérêt des générations futures. Des générations futures auxquelles il faudra expliquer, que c'est dans leur intérêt, que l'Europe n'a investi ni dans la préservation de la planète, ni dans les infrastructures d'avenir, lorsque l'argent était gratuit.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 01/08/2019 à 9:56
Signaler
Pourquoi les marchés ne bronchent pas ? c'est simple , c'est des machines et des algorithmes qui mènent le jeu à plus de 80%. La machine ne bronche pas. d'où ce perpétuelle étonnement des experts qui passent leurs temps à se faire prendre à contre...

à écrit le 31/07/2019 à 17:30
Signaler
Qui peut faire croire aux Francais que s'endetter pour acheter du homard et des bouteilles à 400€ est une bonne chose ,,,,,,,,??

à écrit le 31/07/2019 à 16:47
Signaler
Toujours le même mensonge : S'endetter pour la bon cause ! Absence totale de courage ! Il faut être Français pour croire des âneries pareils!

à écrit le 31/07/2019 à 14:27
Signaler
Oser faire porter la faute, que dis-je l'arnaque, les méfaits et autres malhonnêtetés aux citoyens lambda est outrancier, ce sont bien les hommes politiques et leurs complices banquiers qui sont tout à la fois responsables et coupables de ces vols en...

à écrit le 31/07/2019 à 14:11
Signaler
Votre affirmation: "Les États ne vivent plus sous la tutelle des marchés" est loin d'être vrai puisque les États disparaissent englobé dans un magma sous la tutelle des marchés! Loin des yeux, loin du cœur pourrait on dire!!

à écrit le 31/07/2019 à 12:59
Signaler
En fait la question est de savoir si le système économique qui portait le privé et dont ce que l'on appelle les entrepreneurs, n'investissent quasiment pas, les états finalement se retrouve a faire les investissement, et les entreprises privées les b...

à écrit le 31/07/2019 à 12:07
Signaler
Pas de panique restez zen les petits . Un conseil .Quand vous serez aux commandes, exigez de la BCE d annuler les obligations quelle achète à tour de bras depuis 3 ans .

à écrit le 31/07/2019 à 11:43
Signaler
Mais ça fait deja plus de 40 ans qu'on investit pour preparer l'avenir. Qu'est ce qu'ils vont être gatés les lardons du futur Pedaler toujours plus fort pour avancer toujours moins vite, quelle merveilleuse destinée.

à écrit le 31/07/2019 à 10:38
Signaler
Ne peut on pas comparer cette négation de la dette avec la négation de la nature ? Les paradis fiscaux ont anéanti le pouvoir d'achat et la croissance de ce fait notre oligarchie financière, propriétaire de notre monde, a imposé de remplacer ces ...

à écrit le 31/07/2019 à 9:55
Signaler
Nos amis grecs savent qu'à force de tirer sur la corde de l'endettement elle finit par casser...

à écrit le 31/07/2019 à 9:52
Signaler
Votre affirmation: "Les États ne vivent plus sous la tutelle des marchés" est loin d'être vrai puisque les États disparaissent englobé dans un magma sous la tutelle des marchés! Loin des yeux, loin du cœur pourrait on dire!!

à écrit le 31/07/2019 à 9:45
Signaler
Xerfi est un nom grec?

le 31/07/2019 à 10:30
Signaler
le traducteur ne semble pas d'accord. Xylophène est grec ? (y a tellement de racines grecques dans la langue française)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.