Blockchain : une nouvelle révolution pour la gestion d'actifs

 |   |  744  mots
Luc Baqué, CEO Europe d'Alpha FMC, et Olivia Vinden, experte blockchain au sein du cabinet Alpha FMC à Londres.
Luc Baqué, CEO Europe d'Alpha FMC, et Olivia Vinden, experte blockchain au sein du cabinet Alpha FMC à Londres. (Crédits : DR)
La blockchain s'apprête à révolutionner de nombreux secteurs jusqu'à présent très intermédiés, notamment celui de la gestion d'actifs. L'adoption à grande échelle de cette technologie s'accompagne de nombreuses opportunités, mais aussi de certains défis qui restent à relever. Par Olivia Vinden, experte blockchain au sein du cabinet Alpha FMC à Londres et Luc Baqué, CEO Europe d'Alpha FMC.

La blockchain semble une technologie encore mystérieuse pour le grand public comme pour la plupart des professionnels. Et pour cause : il s'agit d'une invention encore relativement récente, apparue en 2008. Dans le monde de l'entreprise, la découverte de cette technologie est encore plus récente, puisqu'elle n'a commencé à faire parler d'elle que depuis trois à quatre ans.

Une technologie de rupture

Elle reste donc encore mal connue et les experts de ce sujet sont peu nombreux. Sa structure décentralisée, son fonctionnement non-régulé et le stockage de ses données sont autant de sujets suscitant l'excitation de certains et l'interrogation des autres. Pourtant, comprendre en détail le fonctionnement de la blockchain n'est pas nécessaire pour ses utilisateurs. De même qu'il n'est pas utile de comprendre le fonctionnement d'un ordinateur pour pouvoir s'en servir, l'important est surtout de comprendre ce que la blockchain permet de faire pour bénéficier de ses avantages.

La fonction centrale de la blockchain est en réalité très simple : celle-ci permet de se passer d'un tiers de confiance pour authentifier deux intervenants lors d'un échange d'informations ou d'une transaction. Dans le domaine de la finance, très intermédié, la blockchain pourrait donc permettre de révolutionner de nombreux services en assurant de manière plus simple et moins coûteuse des échanges de valeurs entre un agent A et un agent B, tout en bénéficiant d'un meilleur niveau de sécurité que par le passé. La blockchain garantit en effet l'identité des deux intervenants dans cet échange, et une preuve de cet échange est ensuite stockée dans un registre réputé infalsifiable.

Une utilisation de plus en plus répandue

Son utilisation dans les services financiers devrait donc bondir au cours des prochaines années. L'année 2018 pourrait être une année de boom, avec la mise en production d'un certain nombre de projets et de services digitaux fondés sur cette technologie.

La question reste de savoir à quel rythme le secteur de la gestion d'actifs parviendra à s'emparer de cette technologie, et à quel point celle-ci révolutionnera les pratiques actuelles. En permettant de se passer d'un tiers de confiance dans une transaction, la blockchain pourrait notamment permettre de simplifier la distribution de produits financiers. Elle ne permettra pas, toutefois, de remplacer la dimension de conseil financier qui va de pair avec la distribution de ces produits.

Une autre question se pose en ce qui concerne le fait de considérer les cryptomonnaies comme une classe d'actifs à part entière. Cryptomonnaies et blockchain sont en effet indissociables, chaque cryptomonnaie étant fondée sur une blockchain. De nombreux hedge funds proposent déjà à leurs clients un accès à ce marché, ce qui n'est pas le cas des sociétés de gestion traditionnelles. Celles-ci devront sans doute s'adapter à l'avenir, ces nouvelles devises ayant bel et bien toutes les caractéristiques d'une classe d'actifs à part entière. La demande des investisseurs pour les cryptomonnaies devrait par ailleurs être croissante, allant de pair avec une utilisation de plus en plus répandue de la technologie blockchain.

Certains défis restent à relever

Malgré l'enthousiasme que suscite le développement de la blockchain et les enjeux qu'elle permet déjà de relever, cette nouvelle technologie devra parvenir à relever plusieurs défis.

Certaines blockchains sont notamment limitées à l'heure actuelle par le nombre d'échanges qu'elles permettent d'assurer. Le bitcoin, la plus célèbre des cryptomonnaies ne permet en effet de procéder qu'à quatre transactions par seconde dans le monde, un chiffre bien trop faible pour en faire une véritable devise d'échange utilisée par le grand public. À titre de comparaison, le système de carte bancaire VISA permet d'assurer jusqu'à 24.000 transactions par seconde. Ce défi n'est toutefois pas impossible à relever dans l'univers des cryptomonnaies : Ripple, une technologie liée à la blockchain permettant d'assurer des échanges de fonds entre établissements bancaires, assure jusqu'à 1.500 transactions par seconde.

Un autre défi concerne enfin la régulation des cryptomonnaies : certains pays comme la Chine ont interdit les levées de fonds en cryptomonnaies (les « ICO »), la Corée du Sud envisage une taxation des transactions effectuées en devises virtuelles et les États-Unis pourraient également imposer à l'avenir une régulation de cette classe d'actifs. Cette régulation, qui pourrait réduire l'intérêt des cryptomonnaies dans un premier temps, aurait néanmoins l'avantage d'en assurer une meilleure résilience à long terme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2018 à 19:40 :
Le principal souci est pour les états qui ne contrôleront plus et ne pourront contrôler les data qui circulent, ni savoir quels sont les émetteurs et les destinataires. Or les data peuvent représenter des valeurs, comme le font un billet de banque ou un titre mobilier (action ou obligation). Le système financier entièrement numérisé pourra être complètement et objectivement géré et régulé par l'intelligence artificielle. C'est donc aussi la fin de la haute finance et des manipulations monétaires.
a écrit le 31/03/2018 à 14:18 :
En fait si j’ai bien compris c’est un système qui fait passer des transactions de 24000 euros 1500 fois à la seconde ?
Pourquoi faire ?
Qui a besoin d’aussi grands montants de transaction ?
Ce système doit être pour les grandes entreprises qui ont besoin de flux d’argent rapide pour acheter en bourse ?
C’est un système qui fait gagner du temps pour miser vite
Ça reste des «  actions de spéculations « ?
a écrit le 31/03/2018 à 14:18 :
En fait si j’ai bien compris c’est un système qui fait passer des transactions de 24000 euros 1500 fois à la seconde ?
Pourquoi faire ?
Qui a besoin d’aussi grands montants de transaction ?
Ce système doit être pour les grandes entreprises qui ont besoin de flux d’argent rapide pour acheter en bourse ?
C’est un système qui fait gagner du temps pour miser vite
Ça reste des «  actions de spéculations « ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :