Climat : les erreurs grossières de Schwarzenegger

 |   |  1193  mots
La pollution intérieure tue beaucoup plus que celle de l'atmosphère
La pollution intérieure tue beaucoup plus que celle de l'atmosphère (Crédits : DR)
L'ancien acteur a fait sensation en déclarant que les carburants fossiles tuaient 19.000 personnes chaque jour. Cette affirmation laissant entendre que l'atmosphère est aussi mortifère est totalement erronée. Par Bjorn Lomborg, directeur du Copenhagen Consensus Center et professeur adjoint au Copenhagen Business School. Bjorn Lomborg commente chaque jour l'actualité de la COP21 pour La Tribune

Beaucoup parmi les délégations présentes ici à la conférence Paris Climat 2015 ont dû sauter de joie lorsque l'acteur et ancien gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, a posté cette semaine un message devenu viral sur Facebook, titré : « Je n'en ai rien **** si nous ne sommes pas d'accord sur le climat ».

Les politiciens et les bureaucrates réunis ici - actuellement en marge du sommet - s'appliquent à mesurer leur propos, exprimant rarement ce qu'ils pensent réellement. Par contre, les anciens politiciens se permettent largement plus de liberté.

Arnold Schwarzenegger veut nous faire savoir qu'il ne soucie pas de savoir que l'on ne soit pas d'accord avec ce qu'il pense. Il n'est pas intéressé à participer aux débats scientifiques ou politiques sur le réchauffement climatique.

A certains égards, je comprends ses sentiments. Depuis mon premier livre, j'ai reconnu la réalité du changement climatique et l'implication des activités humaines dans ce phénomène, et j'ai posé des questions sur les politiques à adopter pour aborder efficacement ce problème. Il est très difficile d'échanger avec des gens qui ne veulent pas admettre (ou ne sont pas intéressés par) ce que les scientifiques ou les économistes nous disent clairement.

 Avancer des données sérieuses

Mais cela ne fait que renforcer encore plus l'importance d'avancer des statistiques et des données sérieuses et fiables lorsque nous parlons du réchauffement climatique et des réponses politiques pour y faire face. Il ne suffit pas juste de parader et de dire : « Je pense que j'ai raison et je vais ignorer mes ennemis ».

J'ai été abasourdi par les déclarations d'Arnold Schwarzenegger disant que : « Chaque jour, 19 000 personnes meurent de la pollution due aux carburants fossiles. Acceptez-vous cela ? ».

 La pollution de l'air intérieur...

Il s'agit d'un sujet très sensible, néanmoins il est faux de dire que 19 000 personnes meurent chaque jour à cause des carburants fossiles. Une grande partie de ce chiffre, à savoir 11 000 décès par jour, est due à la combustion d'énergies renouvelables - essentiellement du bois et du fumier de bovins - à l'intérieur des lieux d'habitations. Le nombre décès dus aux énergies fossiles s'élève actuellement 3900 par jour. Voici ce que montrent les statistiques : l'Organisation Mondiale de Santé (OMS) a recensé 7 millions de décès par an dus à la pollution de l'air, dont la grande majorité provient de la pollution de l'air intérieur et dont 85% sont causés par la combustion des énergies renouvelables et des biomasses.

pollutio air intérieur

 ...qui se répand à l'extérieur

Par ailleurs, une grande partie de la pollution atmosphérique extérieure provient des énergies non fossiles. Selon les estimations les plus récentes du Global Burden of Disease, 12% de la pollution de l'air extérieur provient de la pollution de l'air intérieur, causant 373 000 décès prématurés supplémentaires. Selon les estimations de l'étude la plus récente du journal Nature, la pollution domestique intérieure qui se répand à l'extérieur, est à elle seule à l'origine de 760 000 décès dus à la pollution atmosphérique extérieure en Chine et en Inde.

Cette étude montre que parmi les décès dus à la pollution atmosphérique extérieure : 600 000 sont liés à des sources naturelles (principalement aux particules de poussières en suspension dans l'air dans les déserts) ; 660 000 sont dus aux activités agricoles, et notamment à la volatilisation d'ammoniaque, formant du sulfate d'ammonium et du nitrate ; et environ 200 000 sont causés par la combustion massive des biomasses (les incendies de forêts comme celles que l'on a vues récemment en Indonésie).

La production d'électricité, le transport et les activités industrielles - majoritairement alimentés par des énergies fossiles - totalisent 854 000 des décès dus à pollution atmosphérique extérieure. Si l'on y ajoute les 560 000 décès dus à la pollution de l'air intérieur causée par la combustion de charbon, cela se traduit par 3900 décès par jour.

Evaluer vraiment le changement climatique


La pollution de l'air est l'un des problèmes environnementaux les plus meurtriers sur la planète. Mais mettre cela facilement sur le compte du changement climatique pour marquer des points sur Facebook nous mènera tout droit vers la mauvaise direction en ce qui concerne les solutions. Le problème de la pollution atmosphérique se rapporte avant tout à la pauvreté (notamment pour la pollution de l'air intérieure) et au manque de technologies (usines) - et non au réchauffement climatique et au carbone.

 Dans son post sur Facebook, Arnold Schwarzenegger a suggéré un exemple où nous nous trouvons face à « deux pièces hermétiquement closes » : l'une d'elles enfermant une voiture à essence, et l'autre une voiture électrique. Nous devons (pour une raison inconnue, mais tenons-nous en à cela) aller dans une des pièces et respirer les gaz d'échappement du véhicule. Laquelle choisiriez- vous ?

 Le manque d'accès à l'énergie moderne

Cela étant, choisir une voiture est une préoccupation qui interpelle les populations des pays développés. Pour 2.8 milliards de personnes, le vrai problème se situe dans le manque d'accès à l'énergie moderne. Alors, voici un choix pour Schwarzenegger : vous vous trouvez face à deux cuisines hermétiquement closes. La porte n°1 donne sur une cuisine moderne, qui fonctionne avec de l'électricité alimenté par de l'énergie fossile. C'est propre et fiable. La porte n°2 donne sur une cuisine équipée de foyers de cuisson et de chauffage alimentés par des énergies renouvelables comme le bois ou le fumier, et envahie par une fumée épaisse qui, selon l'OMS, est typiquement 10 fois plus polluante que la pollution de l'air extérieur de Bangkok, ou équivalente à deux paquets de cigarettes par jour.

 En attendant qu'Arnold Schwarzenegger choisisse dans quelle cuisine il voudrait entrer, le monde a déjà pris sa décision. Le plus grand sondage mondial effectué par l'ONU sur les choix politiques, basé sur presque 10 millions de réponses, montre que les populations veulent des choses simples comme de la nourriture, de meilleurs soins de santé, et une meilleure éducation. « Les actions engagées contre le changement climatique » font partie de leurs dernières priorités, classée 16e sur 16.

 Pour des énergies renouvelables accessibles

Pour résoudre le changement climatique, il nous faut un avenir basé sur des énergies renouvelables accessibles à tout le monde. C'est pour cela que depuis près de dix ans, je plaide en faveur d'un investissement massif dans la R&D des technologies vertes. Le fond pour l'innovation initié par Bill Gates annoncé ici à Paris est le genre d'initiative, capable de changer la donne, dont nous avons besoin. Dans ce sens, plus de soutien et de fonds seront nécessaires.

 La seule manière pour y arriver serait pour chacun d'entre nous de discuter du changement climatique en nous concentrant sur les faits. Nous disposons d'arguments solides pour investir plus dans la recherche sur les énergies renouvelables. Se placer au-dessus du débat et avancer des statistiques erronées revient à faire un doigt d'honneur au reste de la planète.

Traduit par Ninah Rahobisoa

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2015 à 1:44 :
Magnifique exemple des cuisines : les appareils modernes de la premières ont été fabriqués sans polluer ? Non. Alliages composites et électronique embarquée -> recyclage complexe et à nouveau coûteux en énergie. Sans parler de la différence de durée de vie entre la plaque de cuisson de la seconde cuisine et celle de la cuisine moderne (obsolescence programmée).
a écrit le 12/12/2015 à 18:11 :
Les chiffres de Lomborg sont comme d'habitude faux puisqu'il ne tient pas compte par exemple des guerres et conflits générés par les énergies fossiles, les impacts de leur exploitation, des polluants dérivés etc. Il faut être sérieux et complet pour faire ce type d'étude et ce n'est pas le cas de Lomborg. Le chiffre de 19000 personnes mortes par jour est plus proche de la réalité. Quant à parler de biomasse qui tue, il y a des solutions de prévention et d'actions rapides pour traiter cela, c'est de plus individuel et non imposé ni global a plupart du temps, sans lobbies derrière donc ce n'est pas du tout comparable. Il aurait pu aussi citer les volcans ou les frelons asiatiques. En bref n'importe quoi pour ce lobbyiste pro-énergies fossiles qui joue double jeu depuis longtemps et que la Tribune relaie lamentablement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :