Efficacité énergétique des bâtiments : la pratique loin des attentes théoriques

 |   |  1466  mots
(Crédits : Reuters)
OPINION. La Convention Citoyenne pour le Climat installée par le président Macron a placé la rénovation énergétique des bâtiments au cœur du débat sur le plan de relance de l’après-Covid. Cet engouement pour l’isolation thermique, longtemps perçue comme une opportunité rentable en plus d’être climato-compatible, tourne le dos aux résultats obtenus sur le terrain. (*) Par Stefan Ambec et Claude Crampes, professeurs chercheurs à la Toulouse School of Economics.

Quelles sont les technologies qui permettront de réduire les émissions de gaz à effet de serre à moindre coût ? En réponse à cette question, l'entreprise de conseil McKinsey a publié en 2007 un graphique qui représente une estimation pour 2030 du coût de la tonne de CO2 évitée en mettant à exécution diverses stratégies de réduction des émissions.

Estimation pour 2030 du coût de la tonne de CO2 évitée en mettant à exécution diverses stratégies de réduction des émissions.

La technologie qui sort gagnante dans ce classement est l'isolation des bâtiments, avec un coût négatif, c'est à dire un gain supérieur à 150 euros par tonne de CO2 évitée ! Autrement dit, c'est une solution « gagnante-gagnante » qui devrait permettre de réduire les émissions de CO2 tout en étant rentable économiquement : le coût de l'isolation serait largement compensé par les économies futures sur la facture énergétique.

 Lire aussi : 10 solutions pour se débarrasser des passoires thermiques

En cohérence avec ces calculs, dans de nombreux pays les pouvoirs publics ont mis en place des politiques pour favoriser l'isolation des bâtiments anciens. Avec tout de même un paradoxe : si isoler est si avantageux économiquement, il est dans l'intérêt des occupants (ménages, commerçants, industriels) de se lancer dans des travaux de rénovation énergétique sans subvention, à moins qu'ils soient locataires ou que leur banque refuse de leur faire un crédit, auquel cas un prêt garanti par l'Etat devrait lever le verrou financier. Compte tenu des prévisions des experts de McKinsey, la rationalité économique devrait donc suffire à pousser les propriétaires à isoler leur logement, surtout avec ces aides financières qui sont autant d'effets d'aubaines. Ce n'est pas ce qu'on a constaté, notamment aux Etats-Unis.

De la paperasse et de la poussière

Le gouvernement fédéral américain a mis en place un programme d'aides aux plus démunis qui prend en charge entièrement la rénovation énergétique de leur logement. Les ménages pauvres peuvent faire réaliser des travaux d'un montant moyen de 5.000 dollars sans rien débourser de leur poche. Une étude réalisée en 2015 a tenté de comprendre pourquoi un très petit nombre de ménages éligibles participent à ce programme si généreux. Est-ce par manque d'information ? Par aversion aux démarches administratives ? Les chercheurs ont sélectionné de manière aléatoire 30.000 ménages éligibles du Michigan dont la moitié a bénéficié d'une campagne de promotion : courriers et appels téléphoniques pour faire connaître le programme et soutien logistique pour monter un dossier de candidature. Cette campagne relativement coûteuse (450.000 dollars) a augmenté le taux de participation, mais l'augmentation reste faible. Si l'on compare les ménages qui ont bénéficié de la campagne de promotion avec les autres, le taux de candidature au programme passe de 2% à seulement 15%. En fin de compte, 6% de ceux qui ont reçu un soutien pour participer au programme réalisent les travaux contre 1% pour les autres. Le taux de réalisation des travaux conditionnellement à la soumission d'un dossier de candidature n'est pas plus élevé pour ceux qui ont bénéficié du programme de promotion. Les auteurs de cette étude concluent que l'information et les coûts de transaction ne sont pas les principaux freins à la rénovation énergétique. Le faible engouement pour ce type de programme ne peut s'expliquer que par des coûts non-monétaires, comme par exemple le bruit et la poussière provoqués par les travaux de rénovation.

Lire aussi : Rénovation: "L'État pourrait envisager de créer un livret Transition énergétique"

La rénovation énergétique pas toujours rentable

Diverses études ont estimé les économies d'énergies réalisées pour les comparer avec celles prévues dans les programmes de rénovation énergétique. Elles montrent toutes qu'on est loin du compte. La fraction des économies réalisées par rapport à celles qui avaient été annoncées varie de 30% à 58% selon l'étude. Au final, si on compare le coût de la rénovation avec les économies d'énergies, l'investissement ne s'avère pas toujours rentable, contrairement à ce qui était avancé par McKinsey. Dans l'échantillon des 30.000 ménages du Michigan, le taux de rentabilité annuel est estimé à −7.8% ce qui porte le coût de la tonne de CO2 évitée à 200 dollars, et donc rétrograde l'isolation des bâtiments en dernière position des solutions de décarbornation telles que estimées par McKinsey. En France, une étude de The Conversation sur des données d'enquêtes aboutit à la même conclusion de rendement négatif de la rénovation énergétique. Avec 1.000 euros de travaux, on obtient une réduction moyenne de la facture de 8,4 euros par an. Pour récupérer l'investissement initial, il faut donc attendre ... 120 ans !

Lire aussi : Rénovation énergétique des bâtiments : oui... mais pas n'importe comment !

Ce décalage entre les économies prévues et les économies réalisées, connu sous le nom de « energy efficiency gap », s'explique en partie par des hypothèses trop optimistes des modèles de simulation utilisés par les ingénieurs du bâtiment. Mais ce n'est pas la seule raison. En décomposant toutes les mesures d'isolation des murs, plafonds et fenêtres, une étude américaine de 2020 estime que les erreurs de projections expliquent 41% du décalage. Le reste est dû en grande partie à l'hétérogénéité dans la qualité des travaux réalisés : les auteurs estiment que le décalage entre économies d'énergie prévues et réalisées serait réduit de 43% si tous les travaux étaient réalisés par les 5% meilleures entreprises de rénovation.

Asymétries d'information sur le marché de la rénovation

Même si l'isolation thermique est une technologie simple et mature, sa performance est très variable. Elle est dépendante de nombreux facteurs comme le type de bâtiment, les matériaux utilisés, le système de chauffage, les ponts thermiques, le climat, les compétences et l'implication des techniciens en charge du chantier. Toute une panoplie d'isolants et de techniques d'isolation sont disponibles sur le marché. Pas facile de faire son choix lorsqu'on n'est pas expert.

A moins de réaliser les travaux soi-même, l'efficacité énergétique de notre logement est laissée entre les mains d'un ou plusieurs professionnels qui sont censés faire au mieux à moindre coût. Cela crée un problème d'aléa moral mis en lumière dans un article publié en 2018. Le propriétaire n'ayant pas l'expertise pour s'assurer de la qualité des travaux, la tentation est forte pour l'artisan de bâcler le chantier avec des équipements d'entrée de gamme. Peu importe les économies d'énergie réalisées, il sera payé par le propriétaire (et l'Etat via la subvention). S'il s'avère que les économies d'énergie attendues ne se réalisent pas et ne font pas baisser la facture, il sera trop tard pour demander des comptes. Les auteurs documentent l'existence de cet aléa moral. Ils montrent que l'efficacité énergétique est moindre pour des travaux dont la qualité est plus difficilement observable, comme l'isolation des combles et lorsqu'ils sont réalisés le vendredi plutôt que les autres jours de la semaine.

Lire aussi : Un Français sur deux aimerait faire des travaux de rénovation énergétique

Cet aléa moral se double d'un problème d'anti-sélection car il est difficile pour un propriétaire d'évaluer la compétence et l'honnêteté des professionnels de la rénovation. La concurrence en présence d'anti-sélection tire la qualité vers le bas par un mécanisme dit du « market for lemons ». Les clients n'ayant pas les compétences pour distinguer les bons professionnels des mauvais, seuls ceux qui réussissent à baisser les coûts survivent en rognant sur la qualité. Dès lors, la compétence et la performance ne sont pas suffisamment rémunérées. Au final, les propriétaires renoncent à investir, ou bien le font pour des petits travaux en partie subventionnés par les contribuables.

Un secteur qui mérite d'être mieux régulé

La rénovation énergétique des bâtiments est une des options de la décarbonation de l'économie. S'il est vrai qu'elle est socialement désirable, elle n'est pas profitable pour les propriétaires sans subventions tant que l'énergie sera bon marché. Les aides financières ne font pas tout. L'Etat doit aussi mieux réguler le secteur de la rénovation énergétique et les professionnels du secteur doivent mieux se discipliner pour faire en sorte que les promesses d'économies d'énergies se concrétisent.

Lire aussi : En France, la transition énergétique à un tournant ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/06/2020 à 14:23 :
L’isolation thermique est un argument pour ne pas baisser le prix des ventes , l’état gagne aussi à la fin dans toutes ces transactions immobilières, même si l’immobilier est devenu un marché financier , à part entière pour certain qui ont un gros patrimoine , mais ça reste un désavantage pour les populations travailleurs , car toutes les politiques de ces dernières années ont permis à ce secteur de s’enrichir sur les acquis des couples actifs moyens , qui ont permis d’enrichir l’état , les collectivités, les promoteurs , les sous traitants , les HLM ...
Permis aux familles nombreuses , sans apport , d’habiter dignement avec les acquis des gens moyens qui ont travaillé plusieurs générations pour permettre à ceux qui ont parc et patrimoine de s’enrichir encore plus .

Ces mêmes personnes qui ont recours à ces spoliations de droits sont aux gouvernements, à Oxfram....
a écrit le 30/06/2020 à 14:22 :
Bravo pour cet article qui confirme que les propriétaires et les locataires ne sont pas des gaspilleurs forcenés.Juste une petite remarque , la référence aux US doit s'accompagner d'une différence de coût d'énergie extrèmemnt bas aux Etatsd-unis ce qui par ailleurs explique leur taux de croissance. On entend depuis 1974 soit 46 ANS qu'il faut isoler ses combles, chose que j'avais faite en 1975.J'ai beaucoup réfléchi à ce problème et en fait il y a près de 30 millions de logements individuels dans ce pays. Ce qui était facile à faire a bien sur été fait depuis longtemps. Donc si l'on veut progresser il faut reconstruire. Faites les comptes: à raison de 500000 logements neufs par an, il faut 50 ans pour obtenir des résultats significatifs. On n'en construit que 300000 et cela ne suffira pas à résister au déferlement des climatiseurs qui va faire exploser nos rejets CO2.Il faut donc se tourner vers une autre technologie qui ne pourra se mettre en oeuvre que quand on se décidera à interroger les vrais experts.
Réponse de le 01/07/2020 à 0:32 :
Et il faut aussi comptabiliser le coût écologique de la construction qui est énorme, et qui va donc accélérer le réchauffement...
a écrit le 30/06/2020 à 14:04 :
whaou, quelle surprise!
je pense qu'il n'y a pas souvent asymetrie d'information, je pense par contre que chacun veut etre passager clandestin en faisant financer les travaux ' par personne' ( et certains se prennent des portes!)
le phenomene est tres connu dans le batiment
des qu'il y a un avantage fiscal, le batiment va se le mettre dans la poche ( oui, c'est un peu de l'alea moral)
vous prenez un pinel pour defiscaliser, c'est 50% ( ou un investissement domtom, c'etait encore plus flagrant); on vous vend le projet en doublant les prix ce qui apres avantage vous reviendra a la meme chose que sans avantage, mais a prix normal......puis on vous trouve des locataires sur le papier, qui payent des loyers qu'ils ne paieront jamais dans la realite, avec plein de charges oubliees au passage......
la rentabilite est extraordinaire sur le papier, dans la realite c'est une catastrophe, surtout quand les conditions de locations ne sont pas remplies et que le fisc demande le remboursement des sommes indues ( par exemple chez ceux qui ont achete a 50 km d'orleans en pensant louer au tarif parisien)
depenser 50.000 euros pour economiser 500 euros par an, c'est un time to return d'un siecle, hors maintenance et taux d'interet ( cf calcul actuariel)
pas besoin d'avoir fait polytechnique, un papier et un crayon suffisent a comprendre a qui ca remplit les poches
( et au passage ca fait des chomeurs en moins, c'est ca l'objectif non avoue, non? enfin, si, desormais avoue avec le plan ecobobocitoyen, c'est officiel, ca donnera du boulot en local, bien paye a des gens pas qualifies)
a écrit le 30/06/2020 à 13:58 :
Excellent article, bravo et merci. Vous faites exactement ce qu'il faut faire pour informer à savoir prendre des prévisions, datant là de 2007, accompagnées en général d'une forte campagne médiatique et d'une montagne de bavardages de gens se félicitant d’êtres géniaux et après mise en application vous faites un constat et que ce constat soit à peu près identiques ou bien en dehors de ces mêmes prévisions comme dans ce cas précis est de toute façon enrichissant pour la réflexion.

Parfait ! Du moins l'approche de l'information que vous avez choisi, puisqu'il y a plusieurs chemins possibles, la votre est en tout cas parfaite. Un article qui très aisément et rapidement peut devenir référant grâce au fait que non seulement vous exposez que vous comprenez mais en plus maîtrisez ce sujet.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :