Rénovation énergétique des logements : un cours en ligne pour former les syndics

 |   |  487  mots
Composée d'un cours de tronc commun et de trois spécialités au choix - fondations d'un projet de rénovation, échafaudage d'un projet de rénovation, travaux -, la formation comporte aussi des vidéos, des graphiques, des interviews, des exercices et des quiz.
Composée d'un cours de tronc commun et de trois spécialités au choix - "fondations d'un projet de rénovation", "échafaudage d'un projet de rénovation", "travaux" -, la formation comporte aussi des vidéos, des graphiques, des interviews, des exercices et des quiz. (Crédits : Mike Fouque)
Pour accélérer la rénovation des copropriétés, le syndicat d'économie mixte IDF Energies et deux associations aurhalpines lancent une formation dématérialisée visant à décomplexer les syndics et conseils syndicaux.

Dans un monde idéal, tout le monde parle de rénovation énergétique en copropriété, des copropriétaires eux-mêmes aux syndics qui administrent leurs parties communes. En réalité, dans les assemblées générales, il faut à la fois convaincre les plus jeunes acquéreurs de dépenser plusieurs milliers d'euros en plus des charges de copropriété, et les résidents les plus âgés qui s'interrogent sur leur retour sur investissement écologique et économique.

Décomplexer les syndics et les conseils syndicaux

Partant de ce constat, le syndicat d'économie mixte Île-de-France Energies, l'Agence locale de l'énergie et du climat (ALEC) de la métropole de Lyon et l'association savoyarde pour les énergies renouvelables (ASDER) lancent, ce 4 février, un cours en ligne intitulé "Réno-copro". Objectif: décomplexer aussi bien les syndics que les conseils syndicaux, ces propriétaires désignés par les autres pour être les interlocuteurs des syndics au quotidien.

"Les copropriétaires sont souvent perdus dans le rôle qu'ils doivent jouer", explique à La Tribune Raphael Claustre, directeur général d'IDF Energies. "On demande à des non-professionnels (les conseils syndicaux, Ndlr) de jouer le rôle de maître d'ouvrage, alors que c'est difficile et qu'ils font cela à titre bénévole."

Composée d'un cours de tronc commun et de trois spécialités au choix - "fondations d'un projet de rénovation", "échafaudage d'un projet de rénovation", "travaux" -, la formation comporte aussi des vidéos, des graphiques, des interviews, des exercices et des quiz. "Chacun peut la suivre à son rythme, seul ou à plusieurs, en discuter ou pas à l'issue de la session, et se lancer", précise le DG d'Île-de-France Energies.

Faciliter la transition des copropriétés ayant besoin de travaux

Pour démocratiser ce cours en ligne auprès du plus grand nombre, IDF Energies, l'ALEC lyonnaise et l'ASDER déclarent travailler avec l'ARC, l'association des responsables de copropriétés, ainsi qu'avec l'UNIS, l'union des syndicats de l'immobilier, qui fédère gérants, agents immobiliers, syndics et marchands de bien.

Cela n'explique pas pour autant pourquoi l'Île-de-France, qui connaît les mêmes problématiques environnementales que les autres régions a décidé de travailler avec deux acteurs d'Auvergne-Rhône-Alpes. "L'ASDER est une association spécialisée dans la formation aux questions de transition énergétique et réalise de très beaux cours en ligne", répond Raphael Claustre. "L'ALEC lyonnaise a une autre expérience que la nôtre, mais grâce à sa mission de service public avec laquelle elle accompagne la demande, cela fait échelle."

Quoiqu'il en soit, IDF Energies, l'ALEC et l'ASDER poursuivent le même objectif: "faciliter la transition énergétique des 3 millions de logements en copropriétés ayant besoin de travaux en France". Une gageure...

Lire aussi : Prime à la rénovation: le gouvernement fixe l'objectif de 200.000 octrois en 2020

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2020 à 8:56 :
très bien cet article ... mais un lien vers cette formation aurait été encore plus utile !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :