Fipronil et œufs contaminés : quels scandales ?

 |  | 626 mots
Lecture 4 min.
Pr Claude Huriet, Sénateur honoraire et Membre honoris causa de l’Académie de médecine
Pr Claude Huriet, Sénateur honoraire et Membre honoris causa de l’Académie de médecine (Crédits : DR)
On doit, certes, déplorer et sanctionner l'ajout frauduleux de fipronil dans un antiparasitaire utilisé pour lutter contre le pou rouge dans un élevage de poules, et le signalement tardif de la présence de fipronil dans les œufs par les autorités des Pays-Bas. Mais si scandale il y a, le scandale est ailleurs ! Par le Pr Claude Huriet, Sénateur honoraire et Membre honoris causa de l’Académie de médecine

De cette histoire, on retiendra qu'il s'agit d'un double scandale : celui de l'abattage de millions de poules, faute de débouchés pour les œufs, la destruction de dizaines de millions d'œufs, de retraits du marché de produits courants, de pâtes, de pâtisserie, de biscuits...

Plus grave encore, l'instrumentalisation de l'opinion par des informations tendancieuses et incomplètes crée l'inquiétude et l'angoisse. Or, s'il est toxique pour les insectes et certains poissons, le fipronil est inoffensif chez les autres vertébrés, donc chez l'homme. La toxicité pour l'homme, fut-ce par ingestion directe accidentelle n'est pas démontrée. Le rapport publié récemment par l'ANSES n'a pas fait la UNE des journaux. C'est dommage ! On peut y lire : « Le risque d'apparition d'effets sanitaires apparaît très faible », ce que confirme l'OMS. Plus loin « la consommation d'œufs contaminés pouvant être consommés chaque jour sans s'exposer à un risque aigu est de moins de deux pour un enfant de moins de trois ans, et de plus de dix, équivalent à 500 g, chez l'adulte »

Des conséquences économiques
et psychologiques disproportionnées

Une fois encore la dramatisation d'une situation que rien, à ce jour, ne saurait justifier, entraîne des conséquences économiques disproportionnées, qui se répandent à travers le monde, et des conséquences psychologiques d'une médiatisation bâtie sur l'idéologie et non sur des faits avérés.

Un « accident sanitaire » peut entraîner des conséquences dramatiques. Mais tous ces drames ne sont pas des scandales, consécutifs à des fraudes ou au non-respect des lois et règlements.

« Le dossier » du fipronil et des œufs contaminés revêtant désormais une dimension planétaire, risque de créer un climat de défiance et de crainte des conséquences pour la santé. Le préjudice d'angoisse n'est pas loin, dont le consommateur est susceptible de demander au juge l'indemnisation ! Ce serait un comble...

Une situation cocasse, qui prêterait à rire
si les conséquences n'en étaient pas aussi graves

La situation est cocasse ! Le commerçant doit retirer ses produits de la vente, le client sachant par ailleurs qu'il pourrait le consommer « sans risque »

Il eût été plus efficace et plus cohérent, de sanctionner les auteurs de la fraude initiale, de revoir les normes actuelles très contraignantes (qui auraient été définies en référence au kilo... et non à l'œuf !)

On doit s'interroger sur les conditions dans lesquelles est géré « le dossier fipronil », et la liste de retraits des produits, à périodicité variable, par le ministère de l'Agriculture, et non par le ministère en charge de la santé. S'agit-il de prévenir toute mise en cause des pouvoirs publics en appliquant, fut-ce tardivement, le principe de précaution ? Ce serait une erreur grave et une faute. Par sa définition même, l'application de ce principe, fondée sur une analyse des risques et des bénéfices, n'a d'intérêt que pour une application préventive.

Les interrogations sur la cohérence des décisions administratives et les doutes sur leur efficacité trouvent réponse dans une déclaration récente de la DGAL (direction générale de l'alimentation) selon laquelle :

La substance (le fipronil) « est interdite parce qu'elle n'est pas autorisée.
Elle n'est pas interdite parce qu'elle est dangereuse
»

 Ceux qui ont bravé l'interdiction s'en tirent bien pour l'instant.

 Ceux  qui « paient cher les pots cassés », éleveurs, filière volaille, commerçants, sont d'autant plus gravement pénalisés qu'à ce jour, personne ne peut savoir dans quel délai et sur quels critères la liste de retrait du marché,  actualisée par le ministère de l'agriculture sera close.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2017 à 22:17 :
Totalement d'accord. Cette tribune est hallucinante : bon alors puisqu'il faut manger x oeufs pour que ça pose souci donc ça n'est pas gênant.
Non économiquement et pénalement, c'est une gigantesque falsifcation ou tromperie dont la dangerosité est «juste» un facteur aggravant!
a écrit le 03/09/2017 à 17:43 :
Découvert par la compagnie française Rhône Poulenc, le fipronil est utilisé depuis 1993 pour tuer les insectes en bloquant leur cerveau. Inoffensif pour les rats et toxique pour les lapins avec des effets passagers, les effets sur les deux mammifères référents principaux en matière de pharmacie humaine posent question. Mais il n'y avait aucun intérêt à étudier l'impact sur l'homme, et encore moins en interdisant sa présence dans la nourriture humaine. Une réglementation fondée sur l'ignorance qui protège l'ignorance. Une telle réglementation est injustifiable et résulte du laxisme des autorités sanitaires. Le principe de précaution voudrait que les risques pour la santé de ce produit utilisé pour tuer les puces de maison par exemple soient parfaitement connus. Alors des décisions fondées sur des règlements ignares cesseraient de coûter des centaines de millions à la collectivité.
Le parlement ferait bien de supprimer toutes les réglementations fondées sur l'ignorance et d'évaluer leur coût probable. Il est est ainsi de l'autorisation d'incorporer des antioxydants à l'alimentation comme les sulfites sans égard aux vaisseaux sanguins, ou d'incorporer des bosses de ralentissement aux routes sans égard aux vertèbres cervicales des passagers.
a écrit le 02/09/2017 à 19:54 :
Pourquoi n'en ingère t- Il pas pour nous démontrer que ce produit est en fait pour l'homme pas plus toxique que de la poudre de perlimpinpin ? 😁
a écrit le 02/09/2017 à 19:18 :
Il est payé par qui ce monsieur? Sont considérés comme dangereux les produits qui tuent instantanément,cyanure, mais pas ceux qui vous envoient ad patres par accumulation sur le long terme!!!
a écrit le 02/09/2017 à 15:36 :
Tribune courageuse et nécessaire.

Mais:

La substance (le fipronil) « est interdite parce qu'elle n'est pas autorisée.
Elle n'est pas interdite parce qu'elle est dangereuse » ?

Non, ça se rapportait à l'amitraze.
Réponse de le 02/09/2017 à 18:19 :
"Tribune courageuse et nécessaire"

Effectivement car à la TV , il y a belle lurette que ce sujet a disparu .
a écrit le 02/09/2017 à 13:08 :
Science ou obscurantisme ?

Il me semble qu’il y a une réglementation à respecter.

Finalement ce sénateur est en train de nous expliquer que chacun peut faire abstraction des garde fous et interpréter les lois à sa guise ou pire, ne pas les respecter.

Il est évident que si chacun estime individuellement ses propres normes et réglementations, cela devrait rapidement nous amener au chaos et à l’anarchie.

On est bien loin de la science, quand à la conscience il semblerait que certains en soient totalement dépourvus.
a écrit le 02/09/2017 à 12:24 :
Le soutien de l'agro industrie a encore frappé !!! Certes, peut être que le Fipronil n'est pas beaucoup toxique pour l'homme, mais quand, dans votre salade aux oeufs durs, vous y ajoutez des tomates espagnoles gavées de Round up et autres pesticides et insecticides, personne n'est en mesure de dire que l'accumulation de tous ces produits n'est pas toxique pour l'homme. Or on constate bien des cancers et autres maladies neurologiques, mais on ne peut pas en prouver les causes. Ce n'est pas pour autant qu'ils ne sont pas toxiques !!! Il faut revenir a une agriculture raisonnée qui fera vivre décemment nos paysans !! 1 industriel de l'agroalimentaire = 50 paysans !!! Cherchez l'erreur !!!
Réponse de le 02/09/2017 à 15:40 :
Il serait étonnant que les tomates -- espagnoles ou non -- soient gavées de Roundup, lequel aurait eu pour effet, s'il était appliqué sur le plant de tomate de le... tuer.
Réponse de le 02/09/2017 à 17:33 :
Effectivement, l'ignorant affirme.
Réponse de le 02/09/2017 à 19:10 :
Pas de de round up dans les tomates mais dans les pommes de terre si: c'est un produit utilisé pour faire disparaitre la plante et faire grossir les tubercules!!
a écrit le 02/09/2017 à 10:56 :
Le puissant lobby de l'agro-industrie parle aux français.

On vous voit vous savez...

Arrêtez donc de nous dire que la vérité est ailleurs que dans les sales pratiques de l'agro-industrie, ce que vous faites là c'est indécent.

"Ces normes pensées pour l’élevage industriel et qui détruisent le monde paysan"https://www.bastamag.net/Ces-normes-pensees-pour-l-elevage-industriel-et-qui-detruisent-le-monde-paysan

Bref les actionnaires milliardaires de l'agro industrie ne veulent rien changer de leur système qui nous empoisonne. Voilà ce que l'on retiendra de cet "article".
Réponse de le 02/09/2017 à 11:46 :
Je vois bien que vos capacités intellectuelles vous empechent de comprendre ce que le Prof. Huriet a écrit....Mais inutile de vous emprter, gardez votre calme et surtout vos propos pour vous!...Vous serez plus constructif, ... comme certains politiciens.
Réponse de le 02/09/2017 à 11:54 :
"Je vois bien que vos capacités intellectuelles vous empechent de comprendre ce que le Prof. Huriet a écrit..."

Et il est franchement dommage que vous ne soyez pas capable de me l'expliquer non plus donc...

Mais bon merci de prouver ce que je dis concernant l'obscurantisme flagrant du lobby agro-industriel. Par contre bien entendu votre commentaire étant seulement là pour insulter je l'ai signalé, c'est bien que tout le monde voit ce dont vous êtes le nom. Merci.
a écrit le 02/09/2017 à 10:24 :
Ben voilà. Ces œufs n'auraient jamais dû être commercialisés point barre. Si ce Sénateur veut s'en gaver il le peut. Ces produits trafiqués sont inoffensifs nous dit il. Qu'il les gobe, et nous nous prenne pas pour des cruches. Encore un politique qui cautionne des choses qu'il n'a pas à cautionner. Sanctionnons à l'avenir par nos votes ce genre de choses.
Réponse de le 04/09/2017 à 7:27 :
Le professeur Parlait d’idéologie.
Voila une preuve.
Le produit est interdit en raison de son impact chez les abeilles. Et cancérigène en grande quantités.
Mais vu que c'est interdit tout le monde monte au créneau et fait liquider les stocks à n'importe quel prix.
On ne peux mieux résummer le tord que cause l'ignorance de notre population travaillé au cerveau par les écologistes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :