Le mot de la semaine : multi-compétence

 |   |  651  mots
Visuel du blog Mooc & co. La multi-compétence n'est pas l'apanage que des étudiants fortunés capables de financer deux masters consécutifs. L'apprentissage par les Mooc peut être une solution.
Visuel du blog Mooc & co. La multi-compétence n'est pas l'apanage que des étudiants fortunés capables de financer deux masters consécutifs. L'apprentissage par les Mooc peut être une solution. (Crédits : Latribune)
LE MOT DE LA SEMAINE. Recherchée donc chère, la multi-compétence n'est accessible qu'aux grandes entreprises. Sauf si celui qui en est pourvu monte sa PME ou si le salarié l'acquiert en formation continue, voire avec des Mooc.

Une école d'ingénieurs ou un master 2 en sciences, voire en droit, un autre master en management, une école de commerce ou un MBA. Épicez le tout de solides compétences linguistiques. Secouez, votre multi-compétence deviendra le Graal des profils à haut potentiel. Pour certains, la multi-compétence relève surtout de la volonté de s'adapter aux missions et tâches les plus diverses de l'entreprise. Pour d'autres, c'est avant tout le moyen le plus sûr d'être « bankable », de bétonner son employabilité.

« Le salarié gagne d'emblée un à trois ans d'avancement, explique Grégory Bodin, directeur associé au cabinet de recrutement Aquantis Consulting. Il se protège également de l'instabilité du marché de l'emploi tout en faisant plus facilement son trou dans une entreprise. » Ainsi sont très recherchés les profils de directeur financiers, sortis d'une une grande école de commerce et ayant obtenu un diplôme d'expertise comptable ainsi que certifications techniques sur des outils informatiques (SAP, Oracle...). Sans oublier la maîtrise au moins de l'anglais. Également fort prisés, les profils de master en marketing d'écoles de commerce de rang A, complémenté d'un master « vertical », par...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2019 à 12:04 :
Sachant que pour être vraiment productif il faut être spécialisé.
On met trop en avant dans ce pays la capacité d'abstraction qui peut également être une déficience, une façon de simplifier à l'excès les problématiques laissant à d'autres le soin de résoudre les détails où le diable se cache : exemple des EPR et leurs soudures...

L'abstraction s'est diviser pour mieux comprendre et organiser comme le génie logiciel anglo saxon nous l'enseigne via les langages polymorphes. Mais attention il faut favoriser la composition vis à vis de l'héritage... Il faut opérer une division de classes afin d'avoir un couplage lâche ou faible comme on dit par ici... Mais celà peut conduire à une inversion du contrôle donc du pouvoir, inversion de contrôle par délégation... ou prestation de service...
C'est ainsi que les zélites francaises ont cédées la France au monde anglo saxon grand générateur des concepts technologiques qui sont le levier de la domination.
a écrit le 13/10/2019 à 10:34 :
c'est tres recherche par les HR !
' cherche bac, bac-2, maitrisant catia R et python, le langageC, avec un doctorat en maths, et un en gestion, qui a moins de 25 ans et 15 ans d'experience, dont 5 aux etats unis, parlant couramment anglais et poldomoldave ( oui, ca peut servir), et disponible immediatement pour un travail au smic intermittent a temps partiel a paris'
c'est une vision assez commune de la polyvalence multitache........
a écrit le 13/10/2019 à 10:12 :
"Financier, école de commerce, expert, outil informatique"

Heu... elle est où la "multi compétences" là svp ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :