Mathieu Nebra (OpenClassrooms) : il veut rendre l'éducation accessible à tous

 |   |  920  mots
Mathieu Nebra, fondateur de OpenClassrooms.
Mathieu Nebra, fondateur de OpenClassrooms. (Crédits : Capture d'écran)
Dès ses 13 ans, Mathieu Nebra créait bénévolement des tutoriaux pour maîtriser le Web. Il a ensuite fondé OpenClassrooms, un site qui propose gratuitement des formations pour les métiers en tension.

À 13 ans, Mathieu Nebra veut apprendre à créer un site web. Mais en cette année 1999, l'adolescent ne trouve ni contenu adéquat en ligne, ni manuel pour débutant en librairie. Frustré, il se fait offrir un livre destiné aux professionnels : « Je l'ai trouvé inutilement compliqué et j'ai décidé d'ouvrir un site où j'explique aux autres comment créer un site. » Grâce au bouche-à-oreille, le "Site du zéro" (où on apprend tout à partir de zéro) commence à attirer les curieux, pour atteindre aujourd'hui 3 millions de visiteurs uniques mensuels sous le nom d'OpenClassrooms.

Pendant ses études d'ingénieur, Mathieu Nebra se rend compte qu'il passe plus de la moitié de son temps à améliorer son site :

« J'ai alors dû faire un choix. Soit j'arrêtais et je trouvais un travail normal, soit je m'y consacrais à temps plein. »

Il décide d'y aller à fond et travaille à distance avec Pierre Dubuc, un autre ingénieur et utilisateur du "Site du zéro" devenu son associé. Les deux passionnés du Web montent leur société Simple IT tout en finissant leurs études. Les cours sont gratuits dès le premier jour, et le site se finance avec la publicité. Leur premier client est le directeur de la communication de son école, l'Efrei, qui accueille aussi la boîte postale de Simple IT qui ne possède pas de locaux. Deux ans plus tard, le duo ouvre un bureau de 35 mètres carrés et embauche ses premiers salariés.

Programmation, création numérique, 3D, graphisme : les utilisateurs commencent à alimenter le site en proposant eux-mêmes des cours. Étrangement, la communauté demande aussi à retrouver les contenus du site en version papier. Pour répondre à cette demande, Simple IT trouve un imprimeur qui prend en charge le routage, et devient éditeur de livres.

« Il fallait s'engager à payer 20.000 euros, un pari qui pouvait couler la boîte. On a pris une grande respiration et signé le contrat. On a vendu 3.000 exemplaires en 15 jours, soit l'équivalent d'un an de vente pour un livre sur l'informatique ! » se félicite l'ingénieur.

La PME d'une vingtaine d'employés lève ensuite 1,2 million d'euros pour accélérer son développement.

Priorité à la création d'emplois pérennes

Mais les livres, en particulier ceux qui traitent d'informatique, disparaissent des librairies sous l'influence des cours en ligne, et les formats intrusifs de la pub online, type "pop-up" et "expand" (qui change de taille tout seul), provoquent l'arrivée des ad blockers.

« On s'est dit avec Pierre que ce modèle publicitaire ne nous correspondait pas et nous avons décidé de passer à l'abonnement », raconte le cofondateur d'OpenClassrooms.

C'est l'époque où l'on commence à parler des Moocs, des cours vidéo délivrés par des professeurs d'université. La société prend la vague et propose elle aussi des cours en vidéo, ainsi que des certificats de validation pour 20 euros par mois, mais avec toujours un accès gratuit aux cours.

Puis vient l'ajout de projets professionnalisants et du mentorat en visioconférence privée pour 300 à 500 euros par mois, Mathieu Nebra en étant le premier mentor. En 2015, OpenClassrooms signe un accord avec l'IESA Multimédia. « Ça a été l'explosion, car beaucoup de gens cherchent à obtenir un diplôme reconnu par l'État », analyse le semi-marathonien. Originalité : la durée des formations n'est pas fixe.

« Aucune loi n'oblige à passer un bachelor en trois ans ou un master en cinq. Pour nous, ce qui compte, c'est d'acquérir des compétences », précise le cofondateur d'OpenClassrooms.

Cette méthode « 100% par compétences » sans obligation de suivre des cours révolutionne la pédagogie classique.

Un modèle gagnant qui permet à la PME de réaliser 130% de croissance. En 2016, la société du Xe arrondissement de Paris effectue une deuxième levée de fonds, de 6 millions d'euros, et commence à se présenter comme « entreprise à mission », un statut qui pourrait être bientôt entériné par la future loi Pacte (*). Une mission très claire pour Mathieu Nebra : rendre l'éducation accessible à tous.

L'offre est ensuite élargie aux entreprises, avec des formations pour les métiers en tension, réclamées par les employeurs. « On nous a demandé une formation de développeur de jeux vidéo que nous avons déclinée, car il y a en réalité très peu d'embauches », illustre le guitariste amateur, qui préfère refuser une opportunité et privilégier la création d'emplois pérennes. Il vient ainsi de proposer une garantie d'emploi :

« Nous remboursons chaque étudiant qui n'a pas trouvé de job dans les six mois. C'est de notre part une forme d'engagement moral, qui nous permet de rester alignés sur notre mission. »

Pour ce jeune homme, OpenClassrooms est « le projet d'une vie ».

(*) Plan d'actions pour la croissance et la transformation des entreprises (Pacte), voir La Tribune des 2 février et 15 mars 2018.

___

MINI BIO

Août 1985Naissance à Montpellier (34).
1999 : Crée le "Site du zéro" à 13 ans.
2003 : Bac S.
2003-2008 : Études d'ingénieur à l'Efrei de Villejuif.
Janvier 2007 : Création de sa société Simple IT avec Pierre Dubuc.
2009 : Bureau à Bourg-la-Reine (92) et premiers salariés.
2010 : Édition d'une collection de livres informatiques.
2012 : Première levée de fonds d'1,2 million d'euros auprès du fonds Alven.
2015 : Le site change de nom et devient OpenClassrooms.
2015 : Accord avec l'IESA Multimédia.
Été 2016 : Seconde levée de fonds de 6 millions d'euros avec Alven, Citizen Capital, Bpifrance et Xavier Niel.
2017 : Offre "B to B" sur les métiers en tension.
2018 : Lancement d'une garantie d'emploi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :