Les Régions, pierre angulaire d'une transformation positive

OPINION. La crise sanitaire a démontré la capacité des régions à agir efficacement sur le terrain. Elles seront demain les entités qui permettront de développer des actions qui articuleront au mieux le social, l'écologie et la démocratie. (*) Par Audrey Tcherkoff, présidente exécutive de l'Institut de l'économie positive et directrice générale du Women's Forum.

3 mn

Audrey Tcherkoff.
Audrey Tcherkoff. (Crédits : DR)

Transition écologique, justice sociale, big bang démocratique... Ces mots reviennent inlassablement comme des injonctions pressantes des citoyens et citoyennes. Après de longs mois de pause nécessaires pour faire face aux urgences sanitaires, sociales et économiques, nous devons aujourd'hui nous mobiliser pour la construction d'un monde d'après durable à la fois socialement, écologiquement et démocratiquement. Véritables véhicules de ces transformations positives, les Régions ont un rôle de premier plan à jouer pour y parvenir. Les élections des 20 et 27 juin prochains s'annoncent ainsi capitales pour amorcer une évolution qui ne peut plus être repoussée.

Le terreau de nouvelles pratiques salutaires

Nous sortons peu à peu de longs mois difficiles qui auront vu notre pays particulièrement touché par la Covid et nos modes de vie profondément évoluer. Si les conséquences économiques et sociales de la crise nécessitaient une action forte et centralisée, la période a également constitué le terreau de nouvelles pratiques salutaires. Avec la territorialisation des mesures sanitaires, notre pays, pourtant fortement jacobin, a fait face plus efficacement qu'ailleurs à la deuxième et troisième vague de la pandémie.

Au pied du mur, face à une situation exceptionnelle, les collectivités territoriales ont su inventer, innover et adapter leurs pratiques pour soutenir les acteurs locaux, participer et mettre sur pied la résistance face au virus et garantir la protection de la population. Nous avons désormais besoin d'amplifier ces énergies pour faire de la sortie de crise un véritable moteur de réponse à l'urgence climatique et sociale.

Il y a urgence car les défis de la transition positive des territoires sont nombreux. Au premier rang de ceux-ci, il nous faut repenser l'organisation des soins et le lien entre médecine de ville, campagne et l'hôpital public. L'enjeu n'est pas seulement local, il est également national, la réduction des inégalités sociales ne pouvant avoir lieu sans une diminution des disparités entre les territoires, qu'il s'agisse de l'accès au soin, aux transports ou même à l'éducation. Pour cela, le temps nous est compté. Au-delà des plus précaires, la crise touche également de nouveaux publics, en témoigne l'augmentation de 8,7% du recours au RSA entre septembre 2019 et septembre 2020.

A l'instar du mouvement des gilets jaunes, la crise de la Covid-19 est un rappel de l'impératif de lier la question climatique à celle de la justice sociale. La relance de l'activité économique doit être un moteur pour la réorientation des investissements vers la transition écologique, la création de nouveaux emplois et la soutenabilité de nos territoires. Alors que le développement économique est une compétence majeure des Régions, celles-ci ont un rôle fondamental à jouer. Elles doivent pour cela associer l'ensemble des acteurs des territoires, associations et entreprises, communes et intercommunalités, pour mener les transformations et agir au plus près des citoyens et des réalités locales.

Les élections des prochains jours seront décisives pour donner un élan et renforcer l'action publique en ce sens. Les réformes de 2015, la loi relative à la délimitation des régions, et la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) renforcent les compétences des régions ainsi que leur taille, démultipliant de fait le poids et l'impact qu'elles peuvent avoir au niveau national. A titre d'exemple, la Nouvelle-Aquitaine a une superficie supérieure à celle de la République Tchèque.

Des outils importants de mise en œuvre d'une politique régionale ambitieuse

L'instauration du schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires représente un des outils importants de mise en œuvre d'une politique régionale ambitieuse. Il est cependant impérieux, pour une efficacité renforcée, qu'ils s'accompagnent d'outils de mesure et de pilotage à 360° permettant d'identifier les angles morts, les succès et les axes d'amélioration.

A un an de l'élection présidentielle, ces échéances régionales constituent pour beaucoup de candidates, de candidats et de partis politiques un tour de chauffe et d'observation des forces et dynamiques en présence. Il ne faudrait cependant pas perdre de vue, sur l'autel de l'élection suprême, le rôle essentiel des régions pour la transformation positive de notre pays que nous appelons de nos vœux.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 10/06/2021 à 9:36
Signaler
Même si Madame Tcherkoff est brillante , au nom de qui parle-t-elle ? Elle représente qui ? Elle est à la tête d'un pseudo institut, un genre de comité "théodule" , plutôt une coquille vide , aux airs de "Think Thank" , Il faudrait peut être inter...

à écrit le 09/06/2021 à 16:29
Signaler
Pas bête... de diviser l’État en région pour transposer la dette!

à écrit le 09/06/2021 à 15:35
Signaler
Je mets un 10/10. Présidente du Women’s Forum en plus. J’aimerais posséder une telle maîtrise en Langue de Bois sans basculer du côté obscur si je puis dire. Comment je peux faire ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.