Libéralisme et concurrence : la leçon de Biden à la France !

OPINION. Pour quelqu'un décrit plutôt à gauche, Joe Biden a frappé fort ces dernières semaines, annonçant dans un décret la levée d'un certain nombre de pratiques anti-concurrentielles. En ligne de mire, l'intérêt du citoyen Américain, et lui seul. Une leçon de libéralisme et de concurrence dont la France ferait bien de s'inspirer. (*) Par Eugène Daronnat, Membre du Comité Exécutif d'Objectif France.

4 mn

(Crédits : EVELYN HOCKSTEIN)

Il avait été décrit comme timide. A 78 ans, beaucoup de commentateurs pensaient que le mandat de Joe Biden allait être un mandat de transition. A peine élu, les scénarios sur la prise de pouvoir de Kamala Harris en cours de Présidence étaient déjà évoqués. Celui que l'on surnommait "sleepy Joe" a pris à contre-courant la plupart des observateurs, marquant une véritable rupture avec la présidence de Donald Trump, et le réveil des Etats-Unis sur la scène internationale, notamment à travers le retour du multilatéralisme.

En première ligne sur la nouvelle fiscalité sur les multinationales, le Président Américain a confirmé que c'était bien grâce aux Etats-Unis, et aux Etats-Unis seulement que ces avancées avaient été rendues possibles, même s'il ne faut pas être dupe sur les intérêts défendus par les Américains dans cette affaire : les Etats-Unis seront en effet le 1er bénéficiaire de cette mesure visant à faire payer l'impôt sur les sociétés dans le pays d'origine des entreprises "délocalisant" leur fiscalité à l'étranger.

Surprenant Joe Biden

Joe Biden s'est trouvé beaucoup de soutiens en France quand il a décidé d'augmenter la fiscalité sur les entreprises, en faisant passer l'impôt sur les sociétés de 21% à 28% (il était de 28% en France en 2020). Augmenter les impôts, le rêve Français devenu réalité outre-Atlantique, quelques semaines après que les Etats-Unis aient réalisé un plan d'investissement de plusieurs centaines de milliards de dollars, avec des chèques de relance directement adressés aux ménages américains.

Les Etats-Unis expérimentent grandeur de nature ce qui nous vivons hors temps de crise en France : une utilisation pléthorique de l'argent public, sans garantie d'efficacité. Des effets d'annonce qui peuvent coûter cher.

Le Président Américain a cependant surpris son monde ces dernières semaines, avec un décret visant à renforcer la concurrence dans l'économie américaine. Inaudible en France où les termes concurrence et libéralisme sont des épouvantails, Joe Biden se place dans la lignée de la tradition américaine, avec une économie ouverte, libérale, mais qui pour autant n'oublie pas sa finalité : servir le consommateur.

Dans ce décret, il est notamment écrit : "La promesse américaine d'une prospérité large et durable découle d'une économie ouverte et compétitive".

Puis ensuite : "Pour les travailleurs, un marché compétitif créé plus d'emplois de qualité, avec la liberté économique de changer de travail ou de négocier un meilleur salaire". Nous sommes loin d'une politique de nivellement par le bas !

Concrètement, ce texte prévoit l'ouverture à la concurrence de secteurs dans lesquels les Américains ont peu de choix. Baisse des prix des médicaments, possibilité d'accéder à un nouveau fournisseur d'accès à internet, plus de transparence dans la présentation de certains services : par des mesures concrètes, Joe Biden souhaite montrer que « le capitalisme sans concurrence, ce n'est plus du capitalisme, c'est de l'exploitation. ». Son administration évalue à plusieurs milliers de dollars par an la perte d'argent pour les ménages, liée à une trop grande concentration de l'économie.

Une inspiration pour la France

Les Etats-Unis vivent plus que nous une situation d'inégalités économique et patrimoniales, avec une scission claire entre les gagnants et les perdants de la mondialisation. Avec ces annonces, Joe Biden prend une orientation assumée : seule la concurrence, l'économie ouverte (en intérieur) permettront à toute une génération d'américains d'accéder à la prospérité.

Loin des caricatures du libéralisme en France, le Président des Etats-Unis nous montre que le (véritable) libéralisme, ce n'est pas la loi du plus fort, c'est l'intérêt du plus faible.

Il s'agit d'une véritable leçon pour la France, alors que notre logiciel de pensée nous pousse à croire que plus de normes, plus de lois, plus de textes contribuent à nous protéger. C'est exactement le contraire.

La seule complexité administrative se fait aujourd'hui clairement au détriment des plus faibles. Ceux qui ont les moyens de comprendre, d'interpréter des procédures, des textes de loi tirent leur épingle du jeu, les autres sont condamnés à échouer. Pour honorer sa promesse d'égalité, la France ferait bien de s'inspirer de Joe Biden, en convoquant une révolution administrative, avec le retour de plus de liberté, de plus de transparence.

Car en France plus qu'ailleurs, le système économique est sclérosé. De manière symétrique, en France plus qu'ailleurs, le système politique est paralysé. Il est temps de réconcilier le consommateur, le citoyen avec un système économique, démocratique qui ne se fasse plus dans l'intérêt de quelques-uns, au détriment de tous. Dans tout cela, le rôle de l'Etat n'est pas d'être omniprésent, mais de créer les conditions pour que chacun puisse s'accomplir, quel que soit son héritage patrimonial, culturel, éducatif.

C'est cela que nous apprend Joe Biden. La prospérité est à la portée de tous.

4 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 29/07/2021 à 21:09
Signaler
La France est géré par des fonctionnaires qui ne font qu'augmenter le poids de l'état ... Ils sont en conflit d'intérêt permanent du fait du pantouflage pour les mieux classés lol... On est plus très loin du communisme en France ... D'ailleurs, les U...

le 30/07/2021 à 12:01
Signaler
Regarder plutôt la réalité : La France est surtout gérée par des incompétents qui ne veulent pas d’état sauf quand il s’agit d’obtenir des subventions. Du temps où la France était gérée par des fonctionnaires qui avaient à cœur l’intérêt des franç...

le 30/07/2021 à 12:01
Signaler
Regarder plutôt la réalité : La France est surtout gérée par des incompétents qui ne veulent pas d’état sauf quand il s’agit d’obtenir des subventions. Du temps où la France était gérée par des fonctionnaires qui avaient à cœur l’intérêt des franç...

le 31/07/2021 à 21:54
Signaler
"Les USa sont probablement l'un des pays les plus égalitaires au monde" LOL 😂🤣😂🤣 elle est bien bonne celle-là !!

à écrit le 29/07/2021 à 19:31
Signaler
C'est sous Trump que les chèques offerts aux ménages ont été décidés, dommage pour cet enfumage anti-Trump et Pro-Biden tandis que le second suit parfaitement la logique du premier à savoir les citoyens américains d'abord. Maintenant j'ai bien peur q...

à écrit le 29/07/2021 à 19:27
Signaler
On a plus de chance de se faire "manipuler" par des informations imposés, issues de médias "traditionnaux" que d'une recherche spécifique sur le web qui demande un esprit critique!

à écrit le 29/07/2021 à 19:21
Signaler
Ok effix, continue comme ça, perd pas la main surtout.

à écrit le 29/07/2021 à 19:20
Signaler
Ok effix, continue comme ça, perd pas la main surtout.

à écrit le 29/07/2021 à 18:43
Signaler
le grand n’importe quoi, cet article. aucune cohérence, zéro intégrité (déformation de la réalité généralisée). comme sa dernière tribune dans l’autre quotidien économique français. il veut nous faire croire que le néolibéralisme US protège plus qu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.