Mettre fin à la préférence pour les seniors

 |   |  1238  mots
Harold James.
Harold James. (Crédits : Reuters)
Pour des raisons de basse politique, les personnes âgées sont actuellement privilégiées, au détriment des jeunes, et des futures générations. Quand sortira-t-on de cette situation infernale? Par Harold James, Princeton

Aux quatre coins du monde industrialisé, les gouvernements se précipitent pour distribuer de l'argent aux personnes âgées. Le gouvernement de l'Allemagne a non seulement fait volte-face sur une augmentation de l'âge de la retraite qui était prévue pour rendre les pensions plus abordables ; il a également annoncé récemment une augmentation de 5% des allocations, ce qui représente la plus grande hausse depuis 1993 (quand, contrairement à aujourd'hui, l'Allemagne était effectivement confrontée à l'inflation). Quant au gouvernement formé par le parti Droit et Justice en Pologne, l'une des toutes premières mesures qu'il a prises après être arrivé au pouvoir l'an dernier fut de diminuer l'âge de la retraite et d'augmenter les paiements.

À une époque où les budgets publics sont contraints, cette tendance peut sembler contre-intuitive. Et, en fait, le gouvernement du Royaume-Uni a pris le chemin inverse, réduisant les prestations d'invalidité (bien qu'un ministre ait démissionné en signe de protestation). Ceci étant, la tendance globale à l'augmentation des prestations en faveur des personnes âgées a une explication simple: la politique.

Une guerre de générations

Alors que les populations en Europe et au Japon vieillissent, la pyramide démographique est en train de s'inverser rapidement - et une guerre des générations se dessine, remplaçant celle des classes. La guerre est menée principalement sur le champs des urnes électorales - les personnes âgées gagnent les élections, pendant que les jeunes restent à la maison - et les butins se retrouvent dans le budget national, dans l'équilibre entre éducation, pensions, soins de santé et régimes fiscaux. Avec cet affrontement, le pacte intergénérationnel qui sous-tend la stabilité sociale et politique a été rompu.

Comme il est bien connu, le philosophe conservateur Edmund Burke considérait la société comme un contrat non seulement entre « ceux qui vivent », mais aussi entre « ceux qui sont morts » et « ceux qui doivent encore naître ». Burke se méfiait des politiques populistes qui favoriseraient la génération actuelle par rapport aux générations futures. Le père de l'économie du bien-être, Arthur Pigou, pensait que l'Etat servait en quelque sorte à protéger les partenaires absents du contrat social, mais ce point de vue était désespérément idéaliste. Quel motif pourrait avoir le gouvernement de représenter des personnes inconnues au détriment des électeurs réels et actuels ?

 Les jeunes votent avec leurs pieds

L'accent mis sur le présent a des conséquences considérables. L'impact est particulièrement grave dans un contexte de mobilité de la main-d'œuvre, où les perdants des urnes électorales - les jeunes - exercent une autre arme : leurs pieds. Dans les pays dominés par la politique gérontocratique, les jeunes essaient généralement d'émigrer le plus rapidement possible. Ce faisant, parce que les jeunes reçoivent d'importantes subventions sous la forme de l'éducation, quand ils partent, ils emportent avec eux des ressources qui auraient pu être utilisées pour payer la retraite des autres. Autrement dit, ils laissent derrière eux un fardeau de la dette qui sera beaucoup plus difficile de réduire sans eux.

Cette tendance est alimentée par des opportunités économiques inadéquates à l'intérieur des frontières nationales. Au milieu du XXe siècle, la croissance économique rapide impliquait que chaque génération aurait un avenir meilleur que la précédente. Aujourd'hui, en revanche, un malaise généralisé et des prévisions de stagnation séculaire font sembler malhonnête toute promesse d'un avenir meilleur.

Quand l'éducation diminue...

Dans de nombreux pays - en particulier en Méditerranée, mais aussi ailleurs en Europe, ainsi qu'en Afrique du Nord -, le chômage des jeunes a atteint des niveaux record, en raison d'une combinaison de politiques macroéconomiques problématiques et de mauvaises politiques du marché du travail. Quand les jeunes semblent de plus en plus prêts à quitter le pays, les dépenses d'éducation apparaissent de plus en plus comme un gaspillage de ressources. Quand l'éducation diminue, le montant des investissements en capital humain que les migrants emportent avec eux diminue - mais c'est aussi le cas de la quantité de capital humain qui reste au pays.

Une meilleure approche consisterait à inverser l'exode des jeunes grâce à de meilleures politiques, comme l'a fait l'Irlande à la fin du XXe siècle, générant une croissance économique rapide qui a conduit un grand nombre de travailleurs qualifiés qui avaient quitté le pays dans les années 1980 à revenir - stimulant ainsi une croissance encore plus rapide. Pour qu'un tel renversement ait lieu, cependant, les pays d'origine des jeunes doivent devenir plus ouverts et plus innovants - ce qui n'est pas un mince exploit, surtout quand les personnes âgées contrôlent la politique. En bref, il existe beaucoup de boucles de rétroaction qui font que la gérontocratie s'auto-renforce.

Le jeune génération oubliée, tout comme les suivantes

Les dégâts causés par la préférence pour les personnes âgées au détriment des jeunes vont au-delà des économies nationales. Les dommages environnementaux à l'échelle mondiale fournissent peut-être l'illustration la plus frappante de la façon dont la population d'âge moyen d'aujourd'hui prend des décisions sans tenir compte de la jeune génération - ni de celle qui suivra.

En effet, le réchauffement climatique, par exemple, est souvent considéré comme imposant un lourd fardeau pour les générations futures. Bien que l'ampleur de cette charge n'ait pas été calculée de manière non ambigüe, il est clair qu'elle pourrait être considérablement réduite en investissant des montants relativement faibles aujourd'hui sur une base mondiale. Pourtant, les pays continuent à refuser de faire de tels investissements. Au moment où les ajustements nécessaires seront enfin mis en œuvre, ils seront devenus le problème de la prochaine génération - et beaucoup plus chers.

 Une taxe sur les successeurs

En ce sens, les générations actuelles sont en train d'imposer une sorte de taxe sur leurs successeurs, qui sont déjà privés des opportunités de la vie. Certains commentateurs décrivent le fardeau en termes encore plus brutaux, en disant que la génération actuelle est essentiellement en train de coloniser l'avenir, tout comme de nombreux colonisateurs européens dans le passé ont dépouillé le monde de ses richesses et laissé des terres en friche pour les populations locales.

On pourrait dire qu'il est désespérément naïf de s'attendre à ce que la génération actuelle soit altruiste. En effet, dans la culture auto-centrée d'aujourd'hui, il est difficile d'espérer que les gens mettent les intérêts des générations futures en premier. Pour l'instant, la soupape de sécurité fournie par la mobilité de la main-d'œuvre peut empêcher une révolte de la jeunesse contre l'égoïsme et la complaisance des personnes âgées. La question est de savoir ce qui se passera lorsque les opportunités à l'étranger auront cessé d'être préférables aux conditions domestiques.

Traduit de l'anglais par Timothée Demont

Harold James professeur d'histoire et d'affaires internationales à l'Université de Princeton et senior fellow au Center for International Governance Innovation.

© Project Syndicate 1995-2016

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2016 à 17:05 :
Belle analyse qui montre la réalité entre les générations avec des jeunes souvent sacrifiés, moins aisés que leurs parents voir grands-parents aux mêmes âgées. En 2012, une étude québécois indiquait le conflit de génération latent. En France, les générations ne semblent pas vouloir se confronter mais en interviewant les membres de chaque génération les critiques sont émises.
Frédéric Serrière
www.fredericserriere.com
a écrit le 18/04/2016 à 15:16 :
Avec les taux zéro voire négatifs, le rabotage des retraites, les impôts qui s'accumulent, l'aide juste qu'à trente ans et au delà des enfants, celle aux grands-parents dépendants, ce professeur devrait un peu réfléchir.
a écrit le 18/04/2016 à 10:43 :
A part ceux qui sont nés en France entre 45 ( voir 42 pour certains historiens ) et 55 et qui s'en sortent très bien, pour les autres nés ensuite c'est déja trop tard.La génération la plus au chômage en ce moment ce sont les années de naissance 60/70.
a écrit le 17/04/2016 à 14:02 :
En bref, nous constatons moins de démocratie et donc, il s'agit de ne plus privilégier ceux qui votent et ceux qui ont construit! mais simplement ceux qui consomment! Revenez sur terre...!
a écrit le 17/04/2016 à 12:36 :
EXELENT ARTICLE?MAIS IL NE FAUT OPPOSEZ LES PERSONES AGES QUI ONT CONSTRUIT LA FRANCE EN TRAVAILLANT 45HEURES PARS SEMAINE APRES LA DERNIERE GUERRE? ILS ONT MERITE QUE L ON SOCCUPE D EUX EN CONSTRUISANT DES HOPITAUX SPECIALISES EN GENIATRIE MOINS CHERE QU AUJOURDHUI? ET ILS FAUT AUSSI S OCCUPEZ DE NOS JEUNES? LE GROS PROBLEME C EST QUE NOS HOMMES POLITIQUE SE FELICITENT QUAND DES GRAND GROUPES DU CAT 40 INVESTISENT A L ETRANGER. ALORS MEME QUE L ETAT ET ACTIONNAIRE??IL Y A BEAUCOUP D INCOERANCE DANS LIDEOLOGIE DE NOS ELUS DEPUIS 30ANS?FAUT DIRE QUE C EST LES MEMES QUI ONT LES POSTES DE SES GRAND GROUPES L ORSQUE QU ILS NE FONT PLUS DE POLITIQUE? DEPUIS 30ANS NOUS AVONS UNE CASTE DE DOMINENT QUI SONT RESPONSBLES DE LA FAIBLESSE DE LA FRANCE D AUJOURDHUI???
a écrit le 17/04/2016 à 12:34 :
Il n'a pas l'air de bien connaître la situation ce monsieur. Les exonérations de charge pour les moins de 25 ans, le RSA et les contrats jeunes notamment s'adressent plutôt aux jeunes qu'aux anciens. Bien entendu, cette politique n'est pas innocente, car si on ne donnait pas un os à ronger, il y a bien longtemps que nous aurions vu se dresser des barricades dans les rues. Cela dit, beaucoup de jeunes bénéficient de l'appui de leurs parents (ce qui est tout à fait normal), et ces mêmes parents vont leur laisser leurs biens (quand ils en ont). Chaque génération rencontre ses propres défis, mais dans le contexte d'une bande d'incapables à gérer une situation sur 3 mois, on se demande bien qu'elle est leur crédibilité sur 1 génération :-)
a écrit le 17/04/2016 à 11:12 :
Ce monsieur ne comprend pourquoi le Monde dans lequel il macère ne fonctionne plus, alors il s'échine à trouver des explications. Aujourd'hui, c'est dans le conflit inter -générationnel. Ce Monsieur est un néo-libéral et ce qui l'inquiète surtout c'est que son Monde est en croissance quasi nulle, ce qui pourrait provoquer un effondrement de son Monde. Toutes les explications même les plus vaseuses sont avancées tant qu'on ne remet pas en cause le système capitalistico/financier dont il pense qu'il est le seul possible. Le Monde de demain est à inventer, la marche du temps et les jeunes en sont les acteurs, l'Histoire n'est pas écrite.
a écrit le 17/04/2016 à 10:22 :
Même le réchauffement climatique intervient .. Fascinant.

Mais qui donc leur a changé leur couche? Élevé péniblement, subit leur adolescence, payé leurs études, la voiture, le mariage..

Tout ça pour ça ?
a écrit le 17/04/2016 à 9:42 :
et la france est specialiste du domaine
elle se vote un systeme social ' paye par personne' ou on regale la galerie avec des avantages sociaux, des salaires, des fonctionnaires, etc...
et y a quoi comme actif en face des dettes au bilan? rien
ils auront un bilan vide, avec de la dette, pas d'emploi, et de l'inflation
ca s'appelle theorie des choix publics, overlapping, generations, etc...et ca rejouit les ultra keynesiens, toujours prets a depenser ce qui n'est pas a eux ( donc qui n'est a personne)
a écrit le 17/04/2016 à 9:17 :
Il est bien tard pour s'en rendre compte....
a écrit le 17/04/2016 à 8:11 :
Encore un génie qui oublie le role de l'énergie. L'énergie remplace le travail. L'énergie doit participer au financement des charges sociales au même titre que le travail.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :