Oui à un éco-organisme du tabac

 |   |  823  mots
(Crédits : Reuters)
En 2012, « Jette pas ton mégot, deviens un héros ! » était le titre de la campagne initiée par le Festival du Vent. Anne Hidalgo, alors première adjointe au maire de Paris l'a grandement soutenue. Avec ce slogan provocateur, nous voulions faire prendre conscience de l'impact environnemental des mégots délaissés dans la nature ou dans nos rues. Par Serge Orru, conseiller environnement auprès de la maire de Paris.

Nous vivons dans une société dans laquelle nous sommes confrontés quotidiennement à des dissonances cognitives. Tout le monde ou presque accède à une pensée écologique mais sait parfaitement faire l'autruche en refusant d'assumer les conséquences de ses gestes. Prenons l'exemple simple et peu glorieux de notre quotidien que nous feignons d'ignorer : jeter son mégot.

Sur près de 54 milliards de cigarettes vendues en France chaque année 30 milliards de mégots sont ainsi jetés négligemment au sol qui devient un gigantesque cendrier à ciel ouvert.

Un déchet toxique

Les 2.500 composants chimiques d'une cigarette ne disparaissent pas dans la combustion et se concentrent sur un terminus toxique, le mégot. Son bout filtre constitué d'acétate et de cellulose met 25 ans à se décomposer. Ajoutons que dans notre climat tempéré, le mégot est une source d'incendie. Sans être correctement éteint, il peut se consumer durant trois heures et provoquer des départs de feu et des dégâts importants que nous connaissons trop souvent en France. Selon les statistiques incendies des Bouches-du-Rhône, 16 % des départs de feu sont dus aux mégots jetés sciemment ou inconsciemment par des automobilistes et 14 % par des promeneurs qui éteignent mal leur cigarette.

Haro sur les lanceurs de mégots

On ne peut plus accepter ce geste devenu banal qui consiste à jeter négligemment son mégot en oubliant de penser qu'un agent municipal va devoir s'acharner à le ramasser. De surcroit, la nature n'arrivera pas à le digérer. Visualisons la difficulté de ramasser les déchets de fumeurs entre les pavés de nos rues et ruelles, entre les voitures, sur les parterres fleuris, ainsi que dans les grilles des arbres ? De négligent et désinvolte, ce geste devient sadique et coûteux pour les services de nos municipalités. On ne doit rien jeter dans la rue ou dans la nature, c'est une règle qui doit s'appliquer en France et qui ne doit pas exister uniquement en Suisse, au Japon et à Singapour.

Près de 10 millions de mégots sont jetés chaque jour dans Paris. Pour exemple, 350 tonnes de mégots sont ramassés chaque année à Paris. Beaucoup d'autres s'en vont naviguer en polluant les 2.400 kilomètres d'égoûts dans la capitale. Sur notre littoral, les mégots délaissés vont se retrouver dans les estomacs des poissons, des oiseaux et des cétacés. Ainsi, sur les plages de nos étés heureux, les mégots abandonnés abondent sous le sable. Nos bambins les déterrent et se pourlèchent les babines...

Haro sur les lanceurs de mégots car les mégots à ramasser représentent une dépense très élevée pour nos collectivités. En France les recettes fiscales du tabac rapportent 13 milliards d'euros pour 14 millions de fumeurs.

Pour information : le coût sanitaire à cause des maladies provoquées par le tabac est estimé à 47,7 milliards d'euros (étude Koop et Fénéglio, 2006).

Vers un éco-organisme du tabac ?

Dès 2014, Anne Hidalgo a proposé aux ministres successifs de la Santé de faire inscrire sur les paquets de cigarettes « Merci de ne pas jeter votre paquet de cigarettes et vos mégots sur la voie publique ». Cela permettra d'accroître la pression sociale sur ce geste à bannir.

Autre proposition importante faite par Anne Hidalgo, celle de créer un éco-organisme associant l'industrie du tabac et les collectivités. Un éco-organisme de ce type permettrait de trouver les solutions à ce fléau urbain. Les cigarettiers, qu'il faudra persuader avec conviction, doivent être responsables de leurs déchets : paquets de cigarettes, films plastique, films aluminium, carton, films de cellophane et tabac.

En plus de travailler activement à faire des emballages plus facilement recyclables (étrangement, un paquet vendu en France est fait à partir de trois matériaux différents et est donc impossible à recycler), cette institution pourrait promouvoir des campagnes nationales dans les médias et réseaux sociaux incitant à ne plus jeter ses mégots dans la rue ou dans la nature. Il pourrait également procéder à l'installation de cendriers dans des endroits opportuns en accord avec les collectivités et procéder à leur collecte.

Aujourd'hui, nous savons qu'il est possible de valoriser les mégots, en les transformant en mélasse, capable d'accroitre le pouvoir calorifique des fours à haute température où sont incinérés les déchets dangereux. Ainsi le mégot classifié produit toxique est valorisé. Bravo à CY-CLOPE et à CHIMIREC qui ont innové avec ce procédé qui fonctionne.

Plusieurs ministres ont été sollicités sur ces propositions utiles d'un éco-organisme du tabac. Brune Poirson, qu'il faut féliciter car très active sur ce sujet, négocie avec les cigarettiers et est favorable à une responsabilité élargie des producteurs. Espérons vivement une suite favorable à la création d'un éco-organisme du tabac. En attendant, merci de ne jamais balancer votre mégot dans l'environnement urbain ou naturel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2018 à 17:44 :
Le «  tabac » tue.
La responsabilité : la lutte contre le tabac dans sa globalité.
Comment : affiche choc des organes qui se trouent et qui deviennent tous noirs ou le sang n’arrive plus à circuler.

Des images chocs pour que les gens prennent conscience qu’ils sont entrain de mourir.

A mon sens il faut interdire la production du tabac dans le monde.

Voilà la solution : elle est radicale.
a écrit le 09/10/2018 à 13:41 :
Quid de ceux qui vident leur cendrier de voiture au sol ? Ça déborde, il faut bien trouver une solution.
Peut-être pour ça que ma voiture n'en a pas, pourtant pratique pour mettre des trucs, clé USB de musique par ex. Y a plus la place ou c'est prévu de ne pas avoir de cendrier ?
Fumer tue les fumeurs, les mégots empoisonnent tout le monde.
En quoi une taxe sur les mégots aidera, à part payer les frais de ramassage (aspirateur ?) ? Au niveau du pays entier, ça fait combien ces frais, donc combien par mégot, par paquet ? Il faudrait que ce soit autosuffisant, pas un complément aux frais des mairies pour le nettoyage.
a écrit le 09/10/2018 à 11:44 :
"Jette pas ton mégot, deviens un héros ! "

"Avec ce slogan provocateur"

Ah oui vachement "provocateur" ! :D

LEs fumeurs ne s'en sont toujours pas remis d'ailleurs ! :D

Cet hygiénisme hystérique déguisé en écologisme est grotesque. Calmez vous et détendez vous svp au lieu de dicter aux gens comment ils doivent vivre, selon votre vérité forcément LA vérité, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :