Pour l'écologie, faut-il quand même augmenter la taxe carbone ?

 |   |  129  mots
REPLAY 28'. La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, le régime iranien peut-il encore tenir longtemps ?

Les augmentations successives de la taxe carbone ont toujours fait réagir. Le manque de transparence sur l'utilisation des recettes de cette taxe, et la question du pouvoir d'achat ont été les déclencheurs du mouvement des Gilets jaunes. Ils sont parvenus à bloquer son augmentation en janvier dernier. Mais, entre colère sociale et revendications climatiques, 86 parlementaires ont remis sur la table ce sujet brûlant, appelant à une "contribution climat énergie". Au nom de l'urgence climatique, faut-il augmenter à nouveau la taxe carbone ? Peut-on conjuguer justices climatiques, fiscales et sociales ?

Pour en débattre, nous recevons Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes, Armelle Le Comte, chargée des questions climat et énergie à Oxfam-France et Mireille Chiroleu Assouline, professeure d'économie, spécialiste de l'environnement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/02/2019 à 14:35 :
Il faudrait d'abord soit taxer le kérozène soit arrêter de taxer l'essence à la pompe, à savoir donc un minimum de cohérence dans la fiscalité parce que celle-ci étant aussi incompréhensible qu'injuste.
a écrit le 15/02/2019 à 14:20 :
Cela concerne l'énergie et pas seulement le carbone, et cela concerne aussi l'ensemble du travail, le travail des hommes et celui des machines qui consomment de l'énergie. Voir la note n°6 du CAE, page 12. Mais qui peut comprendre?? Il faut utiliser un "double raisonnement" peu accessible aux Français. Le travail et l'énergie correspondent à la même grandeur physique. Il ne faut pas faire une différence en économie. Lisez Mireille Chiroleu Assouline.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :