Veut-on et peut-on électrifier l'économie ?

 |   |  1047  mots
Charles Cuvelliez.
Charles Cuvelliez. (Crédits : DR)
Pour réduire les émissions de CO2 dans la lutte contre le réchauffement climatique, les Etats favorisent le recours à l'électricité. Dans l'Union européenne, le coût peut varier selon les pays en fonction de leur mix énergétique actuel. Par Charles Cuvelliez, Université de Bruxelles.

Les émissions mondiales de carbone se sont donc accrues de 1,6 % en 2017 et de 2 % cette année. Est-ce qu'il n'est pas trop tard ? Juste avant la COP24, le parlement européen a voté l'objectif de 32 %, au lieu de 30 %, la part d'énergie renouvelable en 2030. La Commission vient de proposer de resserrer un autre objectif, celui de la baisse des émissions de CO2, à 40 % en 2030 par rapport à 1990 pour être sûr d'atteindre 60 % en 2050. Rêve-t-elle debout ?

Avec un tel objectif, si on y croit encore, il faut faire feu de tout bois. L'électrification des transports par route et de la consommation domestique d'énergie devrait en faire partie. Le premier secteur représentait 25 % des émissions CO2 en 2014 et la consommation d'énergie à la maison, 10 %, dans l'UE. En France, ces chiffres montent respectivement à 36,7 % et 13,3 %. L'idée sous -jacente pour justifier l'électrification du foyer est que seule une proportion faible de particuliers installera jamais du photovoltaïque et encore moins une mini-éolienne pour améliorer leur bilan CO2. Electrifier le domicile, c'est prendre en charge, à la place du particulier, son empreinte carbone et mutualiser les investissements nécessaires. Cela a du sens.

Qu'entend-on par électrification ? Pour le transport, c'est le remplacement progressif des véhicules à essence et au diesel par leur équivalent électrique. Chez soi, c'est le remplacement par le tout électrique et par des pompes à chaleur, des chauffe-eau, des radiateurs, des gazinières. Le pari est qu'à l'horizon 2050, la proportion de renouvelable dans l'électricité sera suffisante pour qu'on y gagne. On veut y croire avec la course aux énergies renouvelables et au (lent) décollage des véhicules électriques ou hybrides qui vainquent les résistances des particuliers. Il n'y a pas de raison d'être fataliste : 2050, c'est aussi dans plus de 30 ans.

Le mix énergétique, vecteur d'inégalités

Le défi est ailleurs. Si l'Europe fixe les objectifs, c'est aux Etats membres de développer leur propre stratégie pour les atteindre. La diversité des situations dans chaque Etat membre ne permet pas de faire autrement. Le chauffage électrique est prédominant en France, il est limité en Belgique. Les pompes à chaleur sont très répandues en Suède mais nulle part ailleurs. Quant à l'électricité, c'est le gaz qui prédomine aux Pays-Bas pour le produire, le nucléaire en France et l'hydroélectrique en Autriche.

Par leur mix énergétique très variable, certains pays devront en faire plus. Les politiques énergétiques des Etats membres achèvent de compliquer ce tableau: l'Allemagne sort du nucléaire en 2023, la Belgique en 2025. La France vient de décider de ramener progressivement à 50 % la part de nucléaire dans son électricité. Certains Etats membres ont annoncé leur volonté de sortir du combustible fossile pour leur électricité mais d'autres non. La réduction du CO2 via un effort sur le transport et le domestique n'a pas été une priorité politique. A tort. Ce qui est sûr, c'est que l'augmentation de la demande, avec une électrification totale, sera substantielle. Il faudra construire des centrales thermiques en plus : on risque de perdre à gauche ce qu'on a gagné à droite.

D'après une étude du CERRE qui s'est penchée de manière exhaustive sur des scénarios de 5 Etats membres, en France, l'augmentation de la demande en électricité se chiffrera à 62 %. Aux Pays-Bas et en Belgique, on monte même à 83 % et 91 % par rapport aux niveaux de 2016. Lors d'un jour moyen avec du vent et du soleil, il faudra, en 2050, en France, jusqu'à 47 % de production d'électricité via du gaz pour y arriver.

Toute la question est de savoir si, au bilan, la réduction de gaz consommé à la maison est supérieure à la demande de gaz supplémentaire pour produire l'électricité qui doit s'y substituer. Y gagne-t-on ? Oui, car le gaz est une simple variable d'ajustement temporaire. En Belgique, en France et en Allemagne, la demande de gaz va augmenter mais l'électrification des transports et des maisons va tout de même abaisser de 80 % les émissions de CO2. Même en tenant compte qu'il faudra de la production thermique en plus, l'électrification de l'économie française permettra de baisser en brut de 71 % les émissions de CO2 et en net de 48 %...Au-delà de 2050, on peut espérer que brut et net se rejoindront au fur et a mesure de l'installation de plus de renouvelable.

Les coûts indirects

Les conséquences collatérales d'une électrification complète de l'économie ne doivent pas faire reculer. Qui dit augmentation de la demande en gaz (et des centrales thermiques) dit expansion du réseau électrique et gazier. Le CERRE estime qu'en France, le réseau électrique va devoir s'agrandir de 35 % et de 33 % pour le réseau gaz. Pour la France, on évoque une multiplication de la capacité de centrales à gaz de 3 à 4, un chiffre élevé mais dû au caractère intermittent du renouvelable. Pour attirer les investisseurs, il faudra songer à les rémunérer à la capacité installée. Il y a d'autres pistes comme le power-to-gas, un moyen de stocker l'énergie, mais il faudra que la surproduction d'électricité renouvelable soit conséquente. Ce qui ne sera pas le cas selon l'étude avec une telle demande. Electrifier a aussi un coût social d'adapter les maisons, remplacer les systèmes de chauffage et, pour les transports, renouveler les flottes, construire des stations de recharge. De même, utiliser les batteries de voiture comme moyen de stockage de l'électricité, une piste prometteuse, sera de peu d'aide en cas d'électrification à grande échelle.

Au bilan, l'équation reste favorable pour la France, d'après le CERRE : à l'horizon 2050, la France s'en sortirait plutôt bien avec un coût net de 15 milliards d'euros soit 0,5 % du PIB. C'est très faible comparé aux 7 % pour les Pays-Bas et 4 % pour l'Allemagne. Il faut dire que les économies, ne fut-ce qu'en combustibles fossiles, jouent pour beaucoup pour limiter la casse.

Quel est l'intérêt de ces chiffres ? Ils sont impressionnants et montrent que rien n'est perdu. Le plus grand danger est le fatalisme qui pourrait s'installer (à quoi bon, il est trop tard) à cause d'une mauvaise communication alors que les équations économiques et techniques disent l'inverse.

Pour en savoir plus :

Gas and the electrification of heating & transport: scenarios for 2050, CERRE, mai 2018

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2018 à 8:51 :
Non mais surtout, moi qui habite à la campagne depuis quelques années j'ai au moins deux coupures d’électricité par an, du coup c'est vachement agréable de savoir que les clients allemands eux sont fournis sans problème pendant que moi je me pèle chez moi.

ET ils veulent électriser sans rire encore plus ?

Bon ben on va garder les bougies pas loin hein...
a écrit le 06/12/2018 à 23:39 :
Favoriser la localisation des activités serait un plus pour éviter le déplacement inutile. Rendre la responsabilité au population locale dans le recyclage de leur déchet et la création d'une énergie propre est un but a atteindre contrairement a ce que la globalisation veut nous imposer!
a écrit le 06/12/2018 à 23:35 :
Désolé de vous décevoir, mais la voiture électrique n'est malheureusement pas la solution.Pour fabriquer une batterie électrique il faut générer trop de GES, c'est pourquoi on n'est gagnant , si tant est que l'électricité produite l'est à partir de renouvelables ce qui n'est rien moins que sur, qu'une fois que l'on a parcouru de 50000 à 100000 km. Si de plus on augmente la charge( caisse à outil de l'artisan) ou transports divers intercité, l'autonomie s'éffondre.Quand aux habitations ,les français ,mêmes sans gilets jaunes, sont très citoyens et vu le coût de l'énergie ont déjà fait les économies faciles. L'installation de pompes à chaleur paraît séduisante, mais malheureusement le parc immobilier est de 35 millions de logements et peu de logement sont adaptés à l'installation d'une pompe à chaleur. Il faudrait reconstruire une grande partie du parc immobilier, mais on ne construit que 300000 logements par an, l'amélioration de l'efficacité énergétique n'est donc pas pour tout de suite mais peut-être pour 2100.
Réponse de le 07/12/2018 à 7:29 :
Vous vous trompez totalement. Plus aucune étude récente ne dit que le bilan des voitures électriques est négatif. Par ailleurs, c’est d’abord les chaudières au fioul qu’il faut remplacer par des pompes à chaleur (c’est ce qu’ont fait les suédois). Si on avait dépensé l’argent des éoliennes et du solaire (122 milliards tout de même en France soit plus que le programme électro nucléaire) ont aurait pu payer au sens d’offrir 12 millions de pompe à chaleur a 12 millions de menages et notre transition pour la chaleur serait presque faite
a écrit le 06/12/2018 à 22:03 :
Ce que démontre cet article c’est qu’il ne faut surtout pas sortir du nucléaire. Le fait de passer à 50% de nucléaire implique clairement qu’il faudra dépenser de l’agent pour construire des centrâles au gaz du fait du caractère intermittent des renouvelables en plus des dépenses pour les renouvelables.
C’est à pleurer quand on voit les propositions du gouvernement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :