Comment financer la voiture électrique sans y laisser des plumes

 |   |  1184  mots
La voiture électrique reste cher, mais les constructeurs et les loueurs longue durée ont trouvé la solution...
La voiture électrique reste cher, mais les constructeurs et les loueurs longue durée ont trouvé la solution... (Crédits : Bizoo_n)
Pour les flottes ou les particuliers, l'équation économique de la voiture électrique est complexe. Le leasing permet toutefois de résoudre une partie du problème en jouant sur tous les leviers du coût global. Mais même dans cette configuration, la subvention publique reste déterminante...

Trop cher la voiture électrique ? Oui et non ! Ce n'est pas une réponse de Normand, car il y a encore peu de temps, la réponse était oui sans équivoque. Il suffisait de regarder le prix d'une Renault Zoé, la voiture électrique la plus vendue en Europe : son prix nominal tournait autour de 24.000 euros contre 13.000 euros pour une Renault Clio. Même en comptant les primes gouvernementales (en France, celle-ci peut aller jusqu'à 10.000 euros et 6.000 euros a minima), la Zoé reste substantiellement plus cher.

Pour atténuer le choc tarifaire, Renault avait dès le lancement de sa citadine électrique décidé de la vendre sans ses batteries et de faire louer ces dernières aux clients. Cette location a baissé au même rythme que celle du coût des batteries. Au lancement, Renault visait un budget qui ne dépassait pas le budget carburant d'un ménage moyen. La location était alors de 79 euros par mois. Celle-ci est passée à moins de 40 euros pour des batteries deux fois plus performantes.

Le nouveau monde du financement

Mais tout ça... C'était l'ancien monde de la voiture électrique. Les constructeurs automobiles ont décidé de refaçonner le modèle tarifaire de ce type de véhicule. Dans la présentation de sa stratégie d'électrification mi-septembre, le groupe PSA a indiqué qu'il concentrerait sa communication autour de la valeur d'usage de la voiture électrifiée, c'est-à-dire en prenant en compte tous les éléments constitutifs du coût global d'une voiture. Cela comprend bien sûr le prix d'achat, mais également celui de la maintenance et du carburant. Dans ces conditions, l'équation économique n'est plus du tout la même.

La voiture électrique signifie la fin de toute une série d'équipements qui sont autant de sources de maintenance et donc de coûts. D'après l'Avere France, dans une voiture électrique la vidange d'huile n'est plus nécessaire. Il faut également oublier la boite de vitesse (le passage de rapport sur les voitures électriques est par nature automatique), l'embrayage, et les plaquettes de frein sont moins sollicitées grâce au système de récupération d'énergie. Sans parler de tous les systèmes de contrôle des émissions de gaz polluants...

Cette équation vertueuse est renforcée par la hausse des prix du carburant contre laquelle la voiture électrique est totalement immunisée. Selon une étude UFC-Que choisir publiée mercredi 10 octobre, le coût en énergie s'élève à 188 euros par an pour une voiture électrique contre 1.181 euros pour un diesel et 1.461 euros pour un essence. Au final, et après prise en compte de tous les coûts, l'association de consommateur a estimé que "le coût total d'un véhicule électrique est plus faible que celui d'un diesel" de 3% et d'une essence de 5% "à partir de quatre ans de possession".

Les loueurs sont les mieux placés

Ce postulat intéresse grandement les loueurs longue durée dont le modèle économique est justement fondé sur ce fameux coût d'usage appelé dans leur jargon "le TCO". En début d'année, le loueur néerlandais LeasePlan avait annoncé qu'en 2030, toutes les mises à la route seraient des voitures zéro émission afin de se positionner sur une expertise dans la mobilité soutenable. Récemment, c'est Public LLD qui s'est lancé dans le défi de la voiture électrique. La filiale d'Arval dédiée aux flottes publiques a mis au point une offre de location longue durée de voitures électriques à prix compétitifs.

"Notre démarche a été d'élaborer un programme de modernisation qui permette d'offrir une flotte électrifiée au même prix que le thermique", explique à La Tribune, Stéphane Spitz, directeur général de Public LLD. Selon lui, le marché des flottes publiques représente un important gisement de croissance pour le marché de la voiture électrique.

"Le parc des acteurs publics représente environ 450.000 voitures au total encore majoritairement diesels et âgés en moyenne entre 7 et 10 ans. Notre premier constat c'est l'obsolescence de ce parc au regard des évolutions technologiques récentes et des enjeux environnementaux. Et paradoxalement, les voitures électrifiées n'ont représenté qu'entre 5% et 7% du renouvellement de ces flottes. C'est très en-dessous des objectifs voulus par le gouvernement alors que tous les signaux sont au vert pour accélérer cette transition énergétique".

Les signaux au vert, c'est bien entendu une offre de plus en plus fournie, que ce soit sur les citadines, les compactes mais également sur les utilitaires légers, qui est proposée. C'est également une amélioration du point de vue de l'autonomie des voitures qui ne cesse de progresser, passant de moins de 200km à plus de 300km. Les loueurs estiment désormais que les voitures électriques ont franchi un seuil qui permet de couvrir jusqu'à 80% des besoins de mobilités quotidiens que ce soit pour les particuliers ou pour les entreprises.

Les prix restent tendus

Toutefois le modèle économique est encore fragile comme le rappelle UFC-Que choisir. Sans le "bonus de 6.000 euros à l'achat", la voiture électrique "ne serait pas rentable", écrit l'association de consommateur. Public LLD a d'ailleurs dû agir sur plusieurs leviers pour que l'équation soit financièrement pertinente. Au-delà des gains sur la structure de coûts de la voiture électrique, le loueur a inscrit cette nouvelle offre dans une démarche de voiture partagée afin de réduire le nombre total de voitures. "Nous avons démontré que la mutualisation permet de réduire de 20% le nombre de voitures", justifie Stéphane Spitz. Chez LeasePlan, on estime que le renversement du paradigme économique va s'accélérer à l'avenir.

"Les modifications apportées aux motorisations thermiques afin de les rendre compatibles avec la norme de pollution Euro 6c vont renchérir les prix des modèles thermiques et provoquer une hausse de leur TCO", explique Jean-Loup Savigny directeur commercial et marketing de LeasePlan France.

En attendant, il est urgent de se positionner. Public LLD estime être "dans une démarche d'accompagnement pour atteindre un seuil vertueux qui permettra à la filière de se structurer et de baisser ses coûts". Autrement dit, le loueur est prêt à prendre sur ses marges pourvu qu'il se positionne sur ce marché. Il estime d'ailleurs qu'un "parc de 100.000 voitures est à portée de main, soit presque dix fois plus pour les seules flottes publiques, que les 15.000 voitures électriques immatriculées au premier semestre sur tout le territoire".

Pour l'instant, la voiture électrique devient compétitive mais elle dépend encore largement des subventions publiques ce qui induit deux contraintes : elle est soumise à une dimension politique et elle est différente entre les pays en fonction des dispositifs mis en place. Dans ces conditions, l'achat en leasing pourrait devenir la solution la plus compétitive et la plus maligne pour ce véhicule. Ce faisant, ce dernier pourrait accélérer une tendance de fond qui consiste intégrer l'usage dans l'équation économique. "C'est inéluctable", tranche Stéphane Spitz de Public LLD.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2018 à 21:37 :
Internaute, as tu compris ce qui est écrit ci-haut ?
a écrit le 26/10/2018 à 16:21 :
Les voitures électriques sont pour ceux qui ont un salaire de ministre .
a écrit le 19/10/2018 à 11:18 :
Est-ce que déjà on pourrait en France arrêter avec les primes d'Etat pour acheter des voitures ? Je n'ai pas de voiture, l'Etat ne me donne pas d'argent pour acheter un vélo ou des chaussures. Il ne m'a pas donné d'argent pour acheter mon nouveau lave-linge, ni mon téléphone. Je ne paie pas autant d'impôts pour que les gens s'achètent une voiture, qu'elle soit électrique ou à vapeur. C'est invraisemblable dans un pays qui soit disant veut réduire la place de la voiture - à raison - mais bizarrement n'a jamais réussi.
Réponse de le 19/10/2018 à 13:12 :
Oui mais l'argent vous finance la Sécurité sociale et la pollution des voitures coûte très cher. De même que les importations d'énergies fossiles. Donc vous êtes forcément concerné même indirectement et mieux vaut passer à l'électrique. Importations d'énergies fossiles en France : 56 milliards d'euros par an !
a écrit le 19/10/2018 à 10:16 :
La voiture électrique n'est pas LA solution... en tout cas, pas la seule solution... Mais, elle devrait s'imposer ( être imposée ?) en 2° véhicule du foyer...

Argument peu avancé : le bonheur absolu de conduire une zoé
Réponse de le 19/10/2018 à 11:04 :
C'est sûr qu'en gagnant le smic on peut se payer une deuxième voiture!!! Soyez réaliste et pensez au niveau de vie moyen en France en 2018!
Réponse de le 19/10/2018 à 17:35 :
Le bonheur de (sur) payer une rente à vie à Renault pour une petite citadine avec un coffre minuscule qui ne peut rien tracter...?

2€ la recharge certes, mais n'oublions pas entre 39€ et 122€ de location mensuelle de batterie + 1200 € pour la wallbox (quasi obligatoire sinon 24h de recharge...)
a écrit le 19/10/2018 à 8:29 :
Quelques erreurs à rectifier. Les voitures électriques ne sont pas automatiques, mais tout simplement dépourvues de boîte de vitesses grâce au couple du moteur électrique, maximum au démarrage. De ce fait il n'y a pas non plus besoin d'embrayage, le moteur électrique étant toujours en prise. Par ailleurs affirmer que la voiture électrique est immunisée contre la hausse des carburants est une douce utopie. Pensez-vous que le gouvernement va renoncer à la manne des taxes sur le carburant? Dès qu'il y aura un certain pourcentage de voitures électriques, l'électricité nécessaire à leur recharge sera aussi lourdement taxée que l'essence où le gazole aujourd'hui, à l'exemple de ce qui se passe actuellement pour le gazole routier par rapport au fioul domestique. C'est d'ailleurs une des fonctionnalités permises par le compteur Linky.
a écrit le 19/10/2018 à 0:14 :
Quid du remplacement des batteries usagées?
Réponse de le 19/10/2018 à 16:58 :
Une batterie de VE c'est beaucoup de grosses piles dont les éléments peuvent très bien être recyclés. Le process est maitrisé pour les piles actuelles.

En fait, une batterie de voiture pose beaucoup moins de problème à recycler que les huiles de vidange, les plaquettes de frein amiantées, les fluides de refroidissement ou de freinage, et comme il est plus que probable que ce genre d'opération (tous les 100 000 km?) ne se fera que chez un professionnel cela facilitera le ramassage.

Pour ce qui est de l'opération de changement elle-même, c'est comme pour les smartphones ou les GPS. Selon le constructeur ça pourra être facile et rapide (donc peu couteux) ou quasi impossible. Tesla a déposé un brevet pour un dispositif permettant de changer la batterie d'un modèle S en moins de 15 mm sur les modèles S et X.
a écrit le 18/10/2018 à 22:01 :
Ben en parlant d'une voiture électrique ou thermique on ne parle pas de la même chose.
l'une est prévue pour 200000 km avec une décote moyenne de 90/95%.
L'autre peut en faire 800000 avec une décote de la même valeur(sous-entendu que le constructeur en a tenu compte dans la fiabilité des pièces et la réparabilité en cas d'accident).
Les crédits ou leasing peuvent évidement être doublés dans le temps, et une Tesla à 50000 € est bien moins chère qu'une Renault de milieu de gamme, le plaisir et le silence en plus
a écrit le 18/10/2018 à 19:54 :
La meilleure voiture électrique : .... le vélo à assistance électrique pour les petits trajets (cad la plus grande partie des trajets). Moi, jusqu'à 50 km aller retour, je fais mes trajets en vae sauf quand il pleut. J'arrive au travail sec, sans transpiration.
La voiture, qu'elle soit électrique ou pas, présente l'énorme défaut de peser 1500 kg pour emmener une ou deux personnes. C'est absurde. Qu'elle soit électrique ou pas, elle pollue énormément, beaucoup trop pour l'urgence climatique actuelle.
Quant à l'autonomie mesurée en "conditions réelles", faites l'essai, pour voir, quand la température baisse. A 0 degré, une batterie peut perdre un bon tiers de son autonomie (expérience mainte fois répétée sur les forums de vae avec des batteries 48V).
Et alimenter une voiture électrique avec des panneaux solaires .... A votre avis, quelle surface de panneaux pour une seule voiture ?....
Réponse de le 19/10/2018 à 0:07 :
@ Nasrudin : des dizaines de véhicules solaires de 2 à 5 places ont parcourus des millions de km sur route par tous climats (y compris Alaska) et ont prouvé des autonomies d'environ 800 km de jour et 400 la nuit avec moins d'énergie solaire consommée que celle reçu par le solaire jusqu'à 70 km/h et seulement 60 kg de batterie (voir eVe Sunswift, Sunswift Violet, Stella Vie, Stella Solar, Stella Solar Lux, ThyssenKrupp Sunriser, Suncruiser et Blue.cruiser entre autres Solaworld GT etc. Vos calculs sont donc inexacts puisque vous partez de véhicules trop lourds, des Cd/Cx et puissance moteur inappropriés. Quant aux batteries elles évoluent. par exemple les batteries structurelles via les fibres de carbone multifonctionnelles qui permettent le stockage (univ. Chalmers en Suède entre autres) avec diminution du poids de plus de 50% et une meilleure résistance. Bref ne restez pas fermé sur les évolutions en cours même si vous avez raison de faire du vélo pour lequel il existe des protections en cas de pluie. Il y a aussi des véhicules entre le vélo et la voiture (voir Mö d'Evovelo, Veemo de Velometro, Elf d'Organic Transit etc)
a écrit le 18/10/2018 à 17:29 :
Un business a créer, le groupe électrogène en coffre de toit pour les parcours hors des sentiers chébrans
Réponse de le 19/10/2018 à 12:16 :
Tant qu'on y est, je préconise le retour au gazogène. Il émet du CO2 mais, alimenté au charbon de bois c'est neutre au niveau bilan.
Réponse de le 19/10/2018 à 15:53 :
Acheter une voiture avec un moteur Flex Fuel====le litre de E85 est 0.65€
ce carburant est de l'éthanol a 85% donc "bio".
les usines de Renault ,Nissan, PSA en fabrique quelques milliers par jour au Brésil a Curitiba.
a écrit le 18/10/2018 à 17:00 :
Voiture électrique: comment faire installer une borne de recharge chez soi? EDF, mais aussi plusieurs groupes concurrents comme Evbox (Engie) ou Zeplug proposent d’ores et déjà des offres de recharge pour les particuliers. Généralement, deux solutions techniques différentes sont soumises à leurs clients.

La prise standard dite « renforcée » (car l’intensité du courant est plus élevée) ou « sécurisée » (par rapport à une prise standard non modifiée qui risque d’endommager le véhicule) permet de disposer d’une solution de recharge individuelle à petit prix : comptez 60 euros hors coût d’installation, et prévoyez 100 euros pour un disjoncteur différentiel adapté. Mais le temps de recharge du véhicule sera relativement long, entre 8 et 10 heures.

La Wallbox est une borne de recharge généralement fixée sur un des murs du garage. Elle permet une recharge plus rapide de son véhicule (entre 3 et 5 heures), et elle offre davantage de sécurité pour le véhicule sur le plan électrique. Ces bornes intelligentes offrent en outre davantage de fonctions, comme la programmation de la recharge en heures creuses.

En revanche, leur coût est supérieur (à partir de 400 euros pour les moins puissantes, hors frais d’installation). Toutefois, de plus en plus de constructeurs de voitures électriques offrent la prise sécurisée ou la Wallbox au moment de l’achat du véhicule.

Dans les deux cas, les aménagements nécessaires pour installer une borne de recharge à domicile ne sont pas très importants, du moment que l’installation électrique de votre domicile est en bon état et répond aux normes en vigueur.
En copropriété, faites valoir le droit à la prise pour votre voiture électrique

En vue de la livraison d’un nouvel immeuble, les promoteurs immobiliers ont désormais l’obligation de réaliser le câblage du parking. Ainsi, les habitants ou les utilisateurs de l’immeuble seront en mesure d’installer facilement une borne de recharge pour leur voiture électrique.

Si vous êtes locataire ou propriétaire dans un immeuble déjà existant, une disposition nommée « droit à la prise » prévoit l’impossibilité de refuser l’installation d’un dispositif de recharge.

Si les frais d’installation sont à la charge du futur utilisateur, il est possible de les partager si plusieurs occupants de l’immeuble sont intéressés par le dispositif. Une borne moderne permettra ensuite de répartir les frais d’électricité en fonction de la consommation réelle de chaque utilisateur.
Plusieurs dispositifs financiers pour développer l’usage de la voiture électrique

Si le dispositif de recharge n’est pas fourni au moment de l’achat d’un véhicule électrique, sachez qu’il existe plusieurs dispositifs permettant d’alléger sa facture.

Un crédit d’impôt sur le revenu permet de récupérer jusqu’à 30% des frais d’installation de votre système de recharge. Cette mesure est valable aussi bien en habitat individuel qu’en habitat collectif.

Pa ailleurs, le programme Advenir vise à subventionner 50% des frais d’installation des bornes de recharge dans les immeubles collectifs, que la borne soit destinée à un usage individuel ou partagé (le montant maximal de la prime variera toutefois en fonction du modèle et de l’usage de la borne).

Enfin, gardez à l’esprit que rouler en voiture électrique vous permettra de faire des économies conséquentes par rapport à un véhicule à moteur thermique. L’alimentation d’une voiture électrique revient à seulement 2 euros pour 100 kilomètres parcourus…
Voir : https://lenergeek.com/2018/10/15/voiture-electrique-installer-borne-recharge/
Réponse de le 19/10/2018 à 10:55 :
Quel ampérage faut il pour une recharge rapide? si il est important, cela nécessite un câblage spécial (taille des conducteurs) et l'abonnement devient très vite coûteux: mais cela on n'en parle jamais. Comment dans un immeuble de copro, peut on tirer des câbles entre un 10 ème étage et un sous sol par exemple? Y aurait il un compteur spécial en sous sol utilisable individuellement? Peu de réponses à ces différents problèmes.
Réponse de le 19/10/2018 à 13:09 :
en principe on ne fait pas de charge rapide dans des immeubles mais charges moyennes ou lentes selon.: 3 heures à 8 heures. Pas besoin de tirer des câbles. Le compteur se charge des parts de chacun. C'est beaucoup plus simple que vous le pensez, on le fait déjà couramment.
a écrit le 18/10/2018 à 16:57 :
Il existe QUE 2 modele electrique hors norme , la jag i pace avec ses 400 500 km autonomie wltp mais hors de prix ou la hyundai kona ev au prix de 40 000 et ses 400 450 km autonomie. Hors bcp de bourses sans parler pbm point de recharge
a écrit le 18/10/2018 à 16:56 :
Il existe QUE 2 modele electrique hors norme , la jag i pace avec ses 400 500 km autonomie wltp mais hors de prix ou la hyundai kona ev au prix de 40 000 et ses 400 450 km autonomie.
a écrit le 18/10/2018 à 16:37 :
Les voitures électriques vont bénéficier avant 2020 des batteries Na-ion (sel) qui ont des performances similaires au lithium mais sont bien plus durables et le sel ne manque pas. Voir Tiamat en France, Faradion (UK), Aquion energy (Chine) etc La batterie étant l'élément le plus cher du véhicule, celles-ci vont donc baisser d'environ 30%. On peut également réduire la taille des batteries par l'intégration de solaire qui se fait de plus en plus et accroît les autonomies jusqu'à 800 km pour les véhicules de moins de 400 kg et permet l'énergie positive jusqu'à 70 km/h (plus d'apport solaire que de consommation). On n'a en effet pas besoin de véhicule de plus d'1 tonne mal profilés. L'avantage est donc à l'électrique qui pollue nettement moins et pas directement et qui va largement s'accroître comme différentes études le démontrent. l'hydrogène est à réserver aux véhicules lourds (camions, trains etc) et très importants kilométrages.
a écrit le 18/10/2018 à 13:13 :
La bagnole électrique - qui ne bénéficie d'une publicité outrancière qu'en france seulement - est une monstrueuse arnaque, magouillée par les constructeurs, le lobby nucléaire et les politiciens à leur solde. La voiture électrique ne pollue pas ? Mensonge ! D'où provient l'électricité si ce n'est, en france, d'une foison de centrales atomiques qui sont des véritables usines à cancers et d'une énergie atomique que personne n'est capable de gérer. pas plus au niveau de la maintenance que des déchets. Sans parler de l'amateurisme criminel qui s'attache à la construction des epr "made in france". Et quid des batteries ? Que va-t-on en faire une fois en fin de vie ? Les balancer dans l'océan ? Les refiler en Inde pour s'en débarrasser à peu de frais et empoisonner sciemment les populations locales. La voiture électrique est une monstrueuse arnaque et, malheureusement, il existe une frange de gogos décérébrés pour foncer dans le panneau. Mais d'autres solutions réalistes existent, notamment l'hydrogène qui, lui, n'est pas polluant et en tout cas moins polluant et criminogène que l'électrique. Ah ui, mais... cela ne fait pas l'affaire du lobby nucléaire et des acteurs du secteur énergétique qui tiennent les politiciens, jusqu'au sommet de l'état, par les ... Enfin, en faisant encore semblant de croire qu'ils en ont...
Réponse de le 18/10/2018 à 16:44 :
Faux ! car un véhicule électrique peut également se recharger au solaire. Comme à l'inverse l'électrolyse de l'hydrogène peut se faire via le nucléaire. De même la batterie Li-ion se recycle intégralement. Pour polluer le moins il faut viser des véhicules légers intégrant le solaire : donc on améliore le bilan et on réduit au maximum les batteries. L'hydrogène à des pertes de conversion d'abord en transformant l'eau en hydrogène et ensuite en retransformant l'hydrogène en énergie (pile à combustible). Résultat la batterie à un meilleur bilan énergétique mais doit être réservée pour les véhicules légers et l'hydrogène (qui est léger) pour les véhicules lourds). le lithium doit être remplacé par le sodium 1000 fois plus courant, ca existe depuis les année 80 mais cà s'est nettement amélioré récemment.
a écrit le 18/10/2018 à 13:13 :
La bagnole électrique - qui ne bénéficie d'une publicité outrancière qu'en france seulement - est une monstrueuse arnaque, magouillée par les constructeurs, le lobby nucléaire et les politiciens à leur solde. La voiture électrique ne pollue pas ? Mensonge ! D'où provient l'électricité si ce n'est, en france, d'une foison de centrales atomiques qui sont des véritables usines à cancers et d'une énergie atomique que personne n'est capable de gérer. pas plus au niveau de la maintenance que des déchets. Sans parler de l'amateurisme criminel qui s'attache à la construction des epr "made in france". Et quid des batteries ? Que va-t-on en faire une fois en fin de vie ? Les balancer dans l'océan ? Les refiler en Inde pour s'en débarrasser à peu de frais et empoisonner sciemment les populations locales. La voiture électrique est une monstrueuse arnaque et, malheureusement, il existe une frange de gogos décérébrés pour foncer dans le panneau. Mais d'autres solutions réalistes existent, notamment l'hydrogène qui, lui, n'est pas polluant et en tout cas moins polluant et criminogène que l'électrique. Ah ui, mais... cela ne fait pas l'affaire du lobby nucléaire et des acteurs du secteur énergétique qui tiennent les politiciens, jusqu'au sommet de l'état, par les ... Enfin, en faisant encore semblant de croire qu'ils en ont...
Réponse de le 18/10/2018 à 16:45 :
Faux ! car un véhicule électrique peut également se recharger au solaire. Comme à l'inverse l'électrolyse de l'hydrogène peut se faire via le nucléaire. De même la batterie Li-ion se recycle intégralement. Pour polluer le moins il faut viser des véhicules légers intégrant le solaire : donc on améliore le bilan et on réduit au maximum les batteries. L'hydrogène à des pertes de conversion d'abord en transformant l'eau en hydrogène et ensuite en retransformant l'hydrogène en énergie (pile à combustible). Résultat la batterie à un meilleur bilan énergétique mais doit être réservée pour les véhicules légers et l'hydrogène (qui est léger) pour les véhicules lourds). le lithium doit être remplacé par le sodium 1000 fois plus courant, ca existe depuis les année 80 mais cà s'est nettement amélioré récemment.
a écrit le 18/10/2018 à 12:42 :
Excusez du peu mais la voiture électrique est une mauvaise solution.On oublie le supplément d’electricité Qu’il faudra produire, un million de voiture électrique c’est l’equivalent De 2 réacteurs nucléaires , en plus combien de métaux rares dont l’extraction à 90 % provient de Chine dans des conditions de production peu écologiques.
La seule solution c’est la voiture à l’hydrogène mais on n’avance pas vite car les industriels n’ont pas la bonne vision stratégique
Réponse de le 18/10/2018 à 13:37 :
Ils connaissent la bonne vision stratégique, mais le lobby atomiste et les constructeurs ont largement corrompu les politiciens jusqu'au sommet de l'état. Du coup, la france joue à fond une carte "voiture électrique" qui est une impasse totale, qui est absolument anti-écologique et 100 % polluante. Oui, l'hydrogène est une bonne solution. Encore faudrait-il que les politiciens soient un peu moins au service de certains lobbies mafieux...
Réponse de le 18/10/2018 à 16:49 :
Il y a moins de matériaux et de pièces dans un véhicule électrique que thermique. le lithium peut être remplacé avec avantage par le sodium (1000 fois plus courant) (voir Tiamat en France, Faradion en UK, Aquion Energy en Chine etc. Et le bilan énergétique des batteries pour les véhicules légers et moyen est bien meilleur que l'hydrogène.On peut de plus recharger chez soi, bureau etc un véhicule électrique alors que l'on peu que très difficilement faire de l'hydrogène chez soi et le réseau hydrogène coûte bcp plus cher.
a écrit le 18/10/2018 à 12:35 :
Le leasing est une bonne solution à condition que vous rouliez peu. En revanche si vous faites plus de 20 000 km par an c'est à oublier, le coût sera beaucoup trop élevé...
a écrit le 18/10/2018 à 12:10 :
C'est une vision par le petit bout de la lorgnette qui fait abstraction du problème de la recharge. À domicile combien peuvent recharger ? En déplacement à l'hôtel combien sont équipées de prise ? en vacances quid des campings avec. 6 ou 10 ampères maximum sur un emplacement. Comment envisager un départ en vacances avec armes et bagages sur un trajet de plus de 300 kms? Les vrais raisons du peu d'engouement pour la voiture électrique sont là.
Réponse de le 18/10/2018 à 16:53 :
Non car les bilans s'améliorent régulièrement et les recharges se multiplient chaque mois en France. on peut recharger en moins de 15 minutes voire 10 minutes grand maxi et quand vous allez en Espagne il est mieux de prendre le train et de louer sur place un véhicule électrique, quel que soit le mode de transport. Tout le monde ne transporte pas 15 personnes et ses meubles ni fait 3000 km en camionnette pour aller en vacances !
Réponse de le 19/10/2018 à 11:01 :
@polytech: partez en vacances à 4 avec une zoé: vous pouvez mettre un coffre sur le toit et une remorque !!! Quant aux frais de train à 4 et une location de voiture en Espagne, mieux vaut garder son vieux break diesel !!!
a écrit le 18/10/2018 à 12:04 :
A messieurs les décideurs
Juste une question,dans le cadre d’une politique réellement écologique, et dans l’objectif d’une électrisation majoritaire du parc automobile français, pourriez-vous nous assurer que, les taxes carbone seront supprimées sur les énergies électriques ?
Réponse de le 18/10/2018 à 16:55 :
il y aura tjrs des taxes pour l'entretien des routes mais c'est moins que les 56 milliards d'importations d'énergies fossiles par an en France en moyenne chaque année. Les énergies renouvelables sont locales.
a écrit le 18/10/2018 à 11:43 :
La France manque d'infrastructures pour le VE. Il y a des dizaines de millions d'urbains qui n'ont pas accès à un parking disposant d'un point de recharge et sont dépendants des bornes publiques. Et c'est ballot, en campagne où les particuliers ont la place pour un parking aménagé, le VE n'est pas attractif.

Pour installer des bornes de recharge, il ne suffit pas de tirer une ligne, il faut adapter le réseau et ça coute cher. Il y a quelques milliers de bornes publiques, il en faudrait une cinquantaine de milliers au minimum étant donné le temps de charge.

Pour terminer, la location est une arnaque. L'offre renault Zoe à 39€ de location de batterie est réservée au petits rouleurs (-5000 km/an). Elle revient encore plus cher que l'essence en usage puisque avec 39e d'essence on fait déjà plus de 5000/12 = 420 km/mois . Et je ne parle pas du prix d'achat démentiel avec un différentiel de 10 000€.

Plus un véhicule coute cher, moins son cout d'entretien est elevé et plus il dure, moins vous avez intérêt à le louer. Et un VE peut durer très très longtemps avec peu d'entretien.
a écrit le 18/10/2018 à 11:34 :
On fait tout pour décourager la voiture en ville. Les véhicules électriques sont encore dans la majorité des citadines:alors pourquoi prendre un véhicule électrique qui ne pourra servir pendant les vacances? Déjà, lorsque l'on roule à ces périodes que voit on? de plus en plus de voitures dotées de coffre sur le toit, car nos fabricants ne conçoivent plus de voitures avec un coffre conséquent pour une simple famille de quatre personnes. A quand la Zoé avec coffre de toit et remorque pour partir en vacances? Et puis 300 km d'autonomie, c'est bien peu pour rejoindre les côtes. En hiver, que deviendra cette autonomie lorsque feux de croisement, chauffage, essuie glaces seront utilisés sur un long trajet?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :