Pourquoi les énergies renouvelables sont indispensables à notre système électrique

 |   |  1008  mots
(Crédits : Reuters)
Intermittence, coût exorbitant et destruction des paysages... Face à leur montée en puissance, l'éolien et le solaire font face à des vents contraires et rencontrent une opposition croissante au sein des citoyens français. Par Nicolas Goldberg, Colombus Consulting.

Certains politiques se sont même saisis du sujet, affirmant ouvertement leur volonté de limiter le développement de l'éolien, souvent au profit du nucléaire. Pourtant, même en étant favorable au nucléaire, cette position anti-renouvelable nous mène à une impasse aussi bien purement industrielle que climatique. En effet, le nucléaire seul ne suffira pas à produire suffisamment d'électricité pour couvrir nos besoins à venir : il devra être complété d'autres sources de production. Si nous nous sentons concernés par les enjeux climatiques à venir, nous ne pouvons ignorer que ce complément au nucléaire devra s'appuyer sur le renouvelable, éolien et solaire en tête. Observons les données factuelles qui nous permettent d'aboutir à cette conclusion.

D'ici 2050, plus des trois quarts
de notre parc nucléaire actuel seront fermés

Le débat de la Programmation Pluriannuelle de l'Energie (PPE) et les discussions autour des prolongations du nucléaire ont permis de mettre en lumière un immense risque industriel : notre parc de production nucléaire vieillit et il n'est pas éternel. Dans son hypothèse la plus favorable au nucléaire, EDF prévoit d'exploiter ses réacteurs nucléaires jusqu'à 60 ans. Ainsi, si nous supposons que l'ensemble du parc nucléaire sera exploité jusqu'à avoir 60 ans, nous aurons perdu... plus des trois quarts de notre puissance nucléaire d'ici 2050 ! Notons au passage que cette hypothèse est d'ailleurs très conservatrice, EDF mentionnant bien dans son cahier d'acteur que des fermetures pourront avoir lieu avant les 60 ans pour éviter l'effet falaise.

graph

Rappelons au passage que le nucléaire est de très loin la première source d'électricité en France : en effet, les trois quarts de l'électricité française sont d'origine nucléaire. Avec une perte de puissance de près de 50 GW, ce sont plus des trois quarts de cette production d'électricité qu'il faudra remplacer, que ce soit par de nouveaux EPR ou d'autres moyens de production.

Le nucléaire seul ne suffira pas
à compenser cette perte de puissance électrique

En cas de politique favorable à l'atome, les cahiers d'acteurs publiés par les principaux industriels du nucléaire (EDF et Orano) et la prise de position de la Société Française de l'Energie du Nucléaire (la SFEN, le regroupement des professionnels du nucléaire) nous permettent de projeter ce que pourrait être la situation de notre parc nucléaire d'ici 2050.

La SFEN et EDF ont été claires sur leur volonté de lancer la construction de deux EPR avant la fin du quinquennat pour pouvoir les mettre en service d'ici 2030. L'objectif serait ensuite de lancer un programme de « six à huit EPR ». A partir de 2030, nous aurions ainsi une paire d'EPR en service tous les cinq ans jusqu'en 2050, soit au total en 2050 seulement 18 GW de nouvelle puissance nucléaire. Cette nouvelle puissance sera donc insuffisante pour compenser la perte des 49 GW de notre parc nucléaire historique.

graph

Les faits sont donc là : le nouveau nucléaire ne suffira pas à compenser la fermeture de l'ancien. Même l'hypothèse la plus favorable à l'industrie nucléaire aboutit à cette conclusion. Il serait contraire à la volonté des professionnels du secteur de vouloir faire plus. En prenant ainsi les hypothèses de fermetures et de constructions de nouveaux réacteurs nucléaires, nous pouvons raisonnablement estimer que le parc nucléaire aura fondu au moins de moitié de sa puissance d'ici 2050. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si cette baisse de puissance pourrait conduire à ce que la part du nucléaire dans notre électricité soit autour de 50%. Cette diminution ne serait dès lors pas le fait d'une volonté politique mais bien d'une limitation industrielle : à terme, EDF ne pourra maintenir 63 GW de nucléaire en France, en tout cas pas à horizon 2050. Il faudra bien trouver d'autres solutions pour produire notre électricité.

Quels moyens de production pour notre électricité en 2050 ?

Face à ce déficit de puissance électrique, nous avons plusieurs options industrielles à considérer :

  • Prolonger notre parc nucléaire au-delà de 60 ans ou accélérer la construction de nouveaux réacteurs nucléaires : ces options ne sont pas celles privilégiées par les professionnels du nucléaire, EDF en tête, pour des raisons économiques et industrielles,
  • Consommer moins d'électricité : l'efficacité énergétique, notamment dans le bâtiment, et peut-être la sobriété devraient nous permettre de réaliser de belles économies d'électricité. Toutefois, ces dernières seront insuffisantes pour compenser à elles-seules la perte de production, surtout si nous tenons compte des reports d'usages du fossile vers l'électricité (comme avec le véhicule électrique),
  • Compléter la production nucléaire par des centrales à gaz fossile : si nous nous sentons concernés par les enjeux climatiques, cette option est à écarter, la combustion du gaz renforçant les émissions de gaz à effet de serre (contrairement au nucléaire ou aux énergies renouvelables),
  • Accélérer le déploiement des énergies renouvelables, si besoin en stabilisant leur production par des moyens de stockage ou de la production d'électricité d'origine thermique (fossile ou renouvelable).

Cette dernière option semble inévitable et au vu des deux précédents graphiques, il serait contre-productif de s'y opposer. L'éolien et le solaire sont des énergies variables et ne peuvent suffire : il faudra les compléter de moyens de stockage ou de « back-up » thermiques (essentiellement au gaz et si possible un jour au biogaz) dont l'utilisation sera plus faible grâce aux énergies renouvelables. Le gaz seul engendrerait une hausse trop importante de gaz à effet de serre dans notre électricité : ce sont bien les énergies renouvelables qui permettront de compléter la production d'électricité sans CO2 du nucléaire.

Dès lors, si les chiffres d'EDF et de la SFEN nous indiquent que les énergies renouvelables électriques seront indispensables, pourquoi s'y opposer ? Si l'éolien et le solaire ont leurs défauts, on ne peut toutefois nier, même en étant favorable au nucléaire, que ces énergies seront incontournables pour conserver en France une électricité compétitive et sans CO2.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/09/2018 à 22:01 :
Cet article n’est pas sérieux et approximatif !
La SFEN est une association, spécialisée dans l’événementiel et l’information, et n’a en aucun cas ne pouvoir de « lancer la construction de 2 EPR ». Pour s’essayer à parler au nom de la filière, il vaudrait d’ailleurs mieux désormais citer le GIFEN qui est le nouveau fer de lance de l’énergie nucléaire en France.
Et en aucun cas EDF ou la SFEN ou je ne sais quel autre association ou organisation professionnelle de la filière n’oppose le nucléaire au renouvelable ! C’est tout l’inverse. En revanche, le discours que tous ces professionnels essaient de tenir c’est que le 100% renouvelable n’est pas tenable, ça c’est un vrai mensonge qu’il convient d’éradiquer, à tout prix, car le risque est de mettre en danger notre souveraineté énergétique, notre souveraineté tout court d’ailleurs...
Ce discours « 100% renouvelable », c’est malheureusement celui que tenait encore cette girouette de M. De RUGY il y a quelques mois.
Quand la France va-t-elle devenir un pays pragmatique et arrêter de se laisser dicter sa conduite par des idéologies inapplicables ? Au 17ème siècle, la France avait une aura, un poids sur le monde, qui lui a permis de briller durant ce siècle des lumières et d’inspirer ses voisins occidentaux. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il faut se réveiller !
a écrit le 06/09/2018 à 19:17 :
"D'ici 2050, plus des trois quarts de notre parc nucléaire actuel seront fermés" eh oui, nos chers politiques oublient que "la prévision est surtout difficile lorsqu'elle concerne l'avenir" surtout lorsqu'ils ont longueur de vue qui ne dépasse pas la longueur de leurs godasses. Depuis des lustres ils auraient du penser au renouvellement du parc mais à cause des dogmes et des lobbies on préfère du vent subventionné et des panneaux qui quoi qu'il arrivent, devront aussi être recyclés. Avec les 30 millions de tonnes de béton aux pieds de moulins à vent on en fera quoi ?
a écrit le 06/09/2018 à 18:09 :
La chine a investi en 2017 44 Mia de USD dans les energies vertes. En 2018 ce montant sera plus élévé.
Les français en parlent depuis des années, les autres le font.
Pourquoi ne pas investir le montant d'une centrale nucléaire dans les energies vertes?
a écrit le 06/09/2018 à 16:24 :
On peut aussi investir dans des machines qui ne défigurent pas totalement le paysage et qui produisent en quasi-continu, comme HACE.

https://objectifaquitaine.latribune.fr/innovation/2018-09-03/energie-des-vagues-premiere-mise-a-l-eau-reussie-pour-hace-a-la-rochelle-789107.html
Réponse de le 06/09/2018 à 19:19 :
Bonjour,
Il y avait aussi les hydroliennes mais je suppose que les subventions sont parties ailleurs ? Pourtant là aussi c'était discret, trop sans doute.
a écrit le 06/09/2018 à 14:41 :
Le nouveau nucléaire n'a aucune raison physique, technique, ou économique de ne pas pouvoir faire le même travail que l'ancien.

C'est juste que les chiffres de construction annoncés par l'industrie, qui ne sont absolument pas des maximums de ce qu'elle serait capable de faire, sont basés plus ou moins sur l'objectif purement politique de 50% de nucléaire.

Mais si on veut continuer de faire 75% de nucléaire, il suffit juste de le décider, et de refaire ce qu'on a déjà fait il y a 30 ans.

A l'inverse, les ENR intermittentes comme l'éolien et le solaire sont... intermittentes. Autrement dit, elles se rajoutent aux moyens de production pilotables, elles ne les remplacent pas, car ils restent nécessaires pour assurer la sécurité d'approvisionnement.

Si une technologie de stockage miracle n'apparait pas et n'est pas déployée à grande échelle d'ici 10 ans, alors notre avenir énergétique dépendra entièrement de l'avenir de notre parc nucléaire.

Non seulement on peut remplacer quasi à l'identique notre parc nucléaire, mais en plus on ne peut pas faire autrement si on veut maintenir à ce niveau notre activité économique.

Pourquoi tant de gens font-ils semblant de ne pas comprendre ce point physique et technique relativement simple ?
Réponse de le 06/09/2018 à 19:25 :
"Pourquoi tant de gens font-ils semblant de ne pas comprendre ce point physique et technique relativement simple ? " eh bien parce qu'ils ont un dogme dans la tête et qu'ils sont des oeillères pour voir le problème réel en face. Hulot est ce genre de personne concernant ce sujet en propre, comme beaucoup d'autres écologistes et ONG qui, si elles n'avaient pas de grasses subventions mettraient la clé sous la porte.
a écrit le 06/09/2018 à 13:57 :
Assez de ces pseudo analyses qui ignore jusqu'à rudiments d'arithmétique .....
En effet, calculez donc combien d'éoliennes ou de panneaux solaires faudrait-il pour produire ne serait-ce que 20 GW !!! A raison de 2 MW par éolienne... (10 000)
Puis, imaginez ces éoliennes dans nos paysages....Dans les région ventées suffisamment, bien sûr, qui ne sont pas si nombreuses..
J'attends fermement votre réponse.
Réponse de le 06/09/2018 à 15:38 :
Pour votre information, une éolienne de 2 MW produit environ 4.4 GWh par an, Il faut donc à peine 5 éoliennes pour produire vos "20 GWh". (Attention à ne pas confondre puissance de l'éolienne et énergie produite)
Ce n'est pas si terrible n'est-ce-pas?!

De plus, les éoliennes sont de plus en lus puissantes et on en trouve d'une puissance de 5 MW, qui produisent donc environ 10 GWh par an! DU coup, c'est bien moins d'éoliennes dans nos paysages pour ceux qui les trouvent affreuses.
Laissons-faire, et même poussons la transition énergétique, on en a tous besoin.
Réponse de le 06/09/2018 à 17:37 :
Belle tentative de Energy man pour tenter de noyer le poisson. La France produisant 530 000 GWh/an, il suffirait de 120 000 éoliennes pour faire le job. Ou bien, vos 5 éoliennes contribuent pour 0.004 % au total. Et on ne parle pas bien sûr du côté aléatoire et intermittent de cette énergie "renouvelable" ;-)
Ce n'est vraiment pas si terrible, n'est-ce pas ?!
Réponse de le 07/09/2018 à 11:32 :
Energy man, je pense que vous confondez GW et GWh.

Pour produire l'équivalent de 20GW de capacité thermique, il faut 50 GW d'éolien(facteur de capacité de 40%) et donc 25000 éoliennes de 2MW.

Cela en fait donc un bon paquet...
a écrit le 06/09/2018 à 12:57 :
Tout est une question de 'timing', les projections dans cet article parlent d'une baisse marquée du nucléaire en 2030. Alors pourquoi chercher à le remplacer dès 2018? Cela ne semble pas être judicieux sachant que la durée de vie d'une éolienne est estimée à 30 ans et 25 ans pour les panneaux photovoltaiques (avec 20% de perte de rendement), le renouvelable que l'on installe maintenant ne sera plus opérant en 2050!!! La sagesse voudrait que l'on lance un programme important de renouvelable en 2028, permettant d'éviter des subventions couteuses (baisse du prix d'installation de renouvelable d'ici 10 ans) et de disposer de ces capacités renouvelables en 2050. Mais la sagesse et la patience s'accordent mal avec le temps politique...
a écrit le 06/09/2018 à 12:26 :
Il est vrai qu'en France les énergies fossiles sont largement subventionnées.7 milliards d'euros/an ,d'exemptions de taxes pour le diesel et le kérosène d'avion
Réponse de le 07/09/2018 à 10:26 :
Vous racontez n'importe quoi.
Le Kerosene n'est pas subventionné, il n'est pas taxé cela n'est pas la même chose. C'est triste mais c'est comme cela, car si un pays taxait le kerozene, les compagnies aériennes feraient le plein 'ailleurs" et cela générerait du traffic dans tout les sens, etc...
Le diesel est moins taxé que l'essence, mais cela change - moins taxé ne veut pas dire subventionné.
a écrit le 06/09/2018 à 10:10 :
De toutes façons générer de l’électricité avec une matière première gratuite ne devrait que motiver les actionnaires milliardaires !

Ah ben non justement, massivement subventionnés par les états du monde ils sont bien là à détruire l'humanité.
Réponse de le 07/09/2018 à 0:38 :
Toutes les matières premières sont gratuites. Vous payez des droits à la personne qui habite dessus, vous payez pour sa conversion en quelque chose d’utile, mais vous ne payez jamais pour aucune matière première en soi.
Réponse de le 07/09/2018 à 10:30 :
Transformer une matière premiière en énergie est couteux, le prix de la matière première (ou la rente versée au propriétaire du sol) est un enjeu de second ordre.
L'eau est gratuite, pas le barrage.
Le vent est gratuit, pas l'éolienne.
Le soleil est gratuit, pas le panneau
L'essence est gratuite si vous la trouvez dans votre jardin, mais pas le moteur.
La valeur de l'énergie, c'est dans le capital qu'on met en œuvre pour transformer l'énergie primaire en énergie utile.
a écrit le 06/09/2018 à 10:00 :
En 2050, j'aurais 76 ans et normalement je serai a la retraite depuis 13 ans fin de carriere professionnelle a 62 ans en 2036. L'epr de flamanville devrait fonctionner depuis 30 ans donc on pourra reduire la part du nucleaire a 50% et de developper des solutions nucleaires plus sur, plus propre et generant moins de dechets nucleaires. On peut que des progres importants auront ete fait pour un nucleaire plus sur la securite, l'automisation du controle commande et une gestion cycle de combustible aval plus propre.oui je n'ai jamais cru que la sortie du nucleaire serait une seule volonte ecologique et pouvait revolutionner le monde de l'énergie dans le monde. si le nucleaire est controler du debut a la fin du cycle de la conception en passant par son fonctionnement nominal et puis le demantelement oui le nucleaire peut etre sur et precis. Donc non le nucleaire ne disparaitra pas totalement du paysage francais et en 2050 il y aura toujours un parc nucleaire en france. ce qui a ete dit au cea reste vrai aujoud'hui, l'avenir du nucleaire passe par l'epr et dans le futur par les reacteurs de 4eme generation.oui a un nucleaire sur et un nucleaire propre er precis. Vive l'epr de flamanville
Réponse de le 06/09/2018 à 19:40 :
Effectivement, le nucléaire propre, ce sont les centrales au Thorium, au lieu de l'Uranium. Le Thorium ne produit pas de déchets et il est plus abondant que l'Uranium sur la Terre. Revoyez la proposition de Carlo Rubbia, Prix Nobel de Physique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :