Les fonds de performance absolue : la quête de la martingale

Copyright: Laurent Taudin La théorie financière rappelle à l'envi que le rendement d'un investissement est directement lié à la prise de risque concédée par l'investisseur. En d'autres termes, plus la volatilité d'un fonds est élevé, plus ses perspectives de rendement sont importantes sur le long terme. Les fonds dits "à performance absolue", cherchent quant à eux à optimiser ce rapport entre risque et rendement et à délivrer régulièrement des performances positives sans pour autant prendre des risques importants. Pour ce faire, les ingénieurs financiers des grandes banques et quelques virtuoses appartenant à des boutiques de gestion mettent en place des approches techniques plus ou moins sophistiquées. Le plus souvent, ils tirent parti des inefficiences de marché, que ce soit sur les devises, les produits de taux, les matières premières, les actions ou encore la volatilité elle-même. En pratiquant des arbitrages, c'est-à-dire en achetant les actifs sous-évalués et en vendant à découvert ceux qui sont surévalués, ils parviennent à générer des profits réguliers. Ceux-ci sont souvent de petite amplitude mais, cumulés les uns aux autres, ils permettent de dégager, chaque année, un rendement positif, voisin ou supérieur à 5%, pour un niveau de risque 3 à 4 fois inférieur à celui des actions.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.