"Ne pas traîner pour jouer cette vraie-fausse reprise"

Les actions viennent de reprendre 35 % en trois mois. Faut-il croire à la pérennité de cette hausse ? Oui ! La remontée des actions est adossée à un recul significatif de l’aversion au risque induit par le redressement des indices de confiance et le retour des profits bancaires. De technique, le rally est devenu fondamental le 1er avril avec l’indice des directeurs d’achats (ISM) américain de mars. D’une part, l’indice épousait le profil temporel suivi dans des chocs comparables, susceptible de l’emmener au-dessus de 55 cet été. D’autre part, l’effondrement des stocks masquait l’envolée des commandes, l’indice s’avérant plus prometteur qu’en apparence. Tout cela a été confirmé par les ISM suivants. Le rally est aussi parti le 9 mars du redressement des résultats des banques. La repentification de la courbe des taux rend la transformation à nouveau profitable, légitimant la remontée des valeurs bancaires. Reste à trouver le moteur de la reprise. Quel est votre scénario ? Il est compliqué, car je crois au "double dip", une reprise en W, comme au début des années 1980 aux États-Unis ou en 1994 en Europe. Nous devrions connaître à court terme une reprise technique, liée au simple arrêt du déstockage. Les problèmes viendront après, début 2010. Durablement appauvris, les ménages américains doivent continuer de se désendetter et ne pourront plus compter sur des baisses supplémentaires de l’essence ou des impôts pour alimenter leur épargne. Quels sont les secteurs qui vous paraissent les plus intéressants ? En théorie et provisoirement, les cycliques, sauf que la reprise est déjà largement jouée sur la consommation, où les ratio cours/bénéfices ont grimpé à 25,5 ! En revanche, les cycliques industrielles sont à la traîne, alors qu’elles sont les plus aptes à bénéficier d’une reprise technique. Les banques devraient continuer de surperformer le marché, profitant de leur position toujours très basse dans le cycle. Paradoxalement, je m’intéresse aussi beaucoup aux défensives, car elles sont très bon marché. En outre, elles devraient avoir une seconde chance, car je n’attends pas de vraie reprise dans les économies développées avant 2012 ! Mieux vaut ne pas traîner pour jouer cette vraie-fausse reprise  

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.