Tout sur le prix du mariage

3 mn

"Quand on aime, on ne compte pas". Appliqué à l'organisation d'un mariage, cet adage trouve ses limites lorsque l'on fait l'addition des dépenses et il conduit certaines familles à s'endetter pour en faire un jour d'exception. Il n'existe aucune étude sur la question, mais il suffit de consulter les nombreux sites de mariages sur Internet pour s'en rendre compte : difficile de dépenser moins de 100 € par personne pour célébrer une union. Pour un mariage de 100 invités, ce qui est un cas courant, vous devez donc vous préparer à débourser 10.000 €. Cependant, l'âge auquel on se marie étant de plus en plus tardif, les fiancés sont le plus souvent déjà dans la vie active et veulent rester maîtres de leur cérémonie. Conséquence : "les parents contribuent de moins en moins au financement", constate Sophie Alexandre, directrice du portail 1001mariages.com. Selon elle, "dans un contexte économique compliqué, le mariage constitue un outil de réassurance. C'est aussi un vecteur pour se positionner socialement, montrer ses valeurs... D'où l'importance d'y consacrer les moyens". D'après les éléments recueillis auprès des prestataires du site, le plus gros poste de la cérémonie est constitué par le service de traiteur, avec 3000 à 4000 €, suivi de la location de la salle : 1500 à 2000 € pour 100 personnes. Au total, il faut compter environ 60 % du budget pour les seuls frais de réception. Et les "plans" économiques ne sont pas toujours ceux qu'on croit. Ainsi, si vous pensez réduire les dépenses en organisant votre mariage dans la maison de famille, en louant une tente et un parquet, sachez qu'avec la location du mobilier, de la vaisselle et l'ajout d'un éclairage adapté, vous atteindrez très vite les 4000 € pour 100 personnes quand un manoir ou un petit château vous en coûtera parfois seulement 2000. Quant au service de traiteur, difficile également de faire baisser ses prix. Certains couples choisissent de s'approvisionner eux-même en vins et champagne auprès de viticulteurs qu'ils connaissent et dont ils apprécient la production et les prix. Il faut savoir que dans ce cas, le propriétaire de la salle est en droit de leur facturer un droit de bouchon, réduisant ainsi l'économie réalisée. Reste plusieurs petits postes, qui, pris séparément, sont moins onéreux, mais qui finissent par constituer les 40 % restants du budget. Citons les faire-parts, les frais de photographe, de décoration, les fleurs, les petits cadeaux aux invités, les dragées, l'animation musicale... Il semble que ce soit plutôt là que vienne se loger les économies possibles. Virginie Souliard, chargée de la communication du Grand salon du mariage, constate : "Nous n'avons pas ressenti de recherche d'économies de la part des futurs mariés. Pour le plus beau jour de sa vie, on se dit prêt à casser sa tirelire. Ainsi, si une jeune femme doit aller une fois dans sa vie dans un institut de beauté, ce sera ce jour-là. En revanche, on entend beaucoup plus parler de faire soi-même... peut-être est-ce une façon plus élégante de ne pas avouer que son budget est serré ? En tout cas, il est clair que les prestataires sont mis en concurrence par les fiancés en quête du meilleur prix". Pas de signes de restriction non plus sur la robe de mariée, dépense symbolique du mariage, dont le coût moyen s'échelonne le plus souvent entre 700 et 2500 € selon 1001mariages.com. Tati mariage le confirme : "le mariage reste un des événements majeurs de la vie et les clients sont prêts à dépenser des sommes importantes même s'ils recherchent pour beaucoup les meilleurs prix". Ainsi, malgré une baisse sensible de ses premiers prix (ils sont passés de 59,90 € en 2005 à 39 € en 2008!), ce distributeur constate que les sommes dépensées par ses clientes sont plus élevées : 234 € en 2008 contre 200 € en 2005, les modèles "tendance" réalisant les meilleurs scores. En ces temps de crise, il reste encore des valeurs sûres !  

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.