Comment protéger l'épargne de votre client

 |   |  513  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Alors que la tempête frappe les Bourses, les épargnants ont tout intérêt à chercher refuge dans des produits moins rentables mais plus sûrs.

Cela n'aura échappé à personne, les marchés financiers vont mal. Depuis le début de la période estivale, ils n'ont cessé de chuter, et cela continue aujourd'hui encore, jour après jour. Résultat : une baisse globale du CAC 40 de plus d'un quart de sa valeur en trois mois, rendant l'année 2011 comme l'une des plus compliquées que l'on ait connues sur les marchés financiers. Car, à côté des valeurs financières qui font l'objet d'attaques à répétition, c'est l'ensemble des secteurs économiques qui est visé par la défiance des investisseurs.

De la même manière, les obligations privées ou publiques pâtissent, elles aussi, de cette situation, notamment au vu du poids des dettes souveraines et de la dégradation des indicateurs économiques. Autant dire que l'avenir sur les marchés s'annonce morose.

Et pourtant, c'est dans ce genre de configuration que certains particuliers en profitent pour se lancer sur les marchés financiers et bénéficier d'un potentiel de hausse à long terme. Un pari risqué mais qui demande d'avoir les reins solides et le coeur bien accroché, les séances de yo-yo à répétition étant on ne peut plus difficiles à gérer.

Offres alléchantes

Mais, dans la plupart des cas, les particuliers cherchent plutôt à sécuriser leur épargne en attendant que l'orage passe. Autant dire que trouver un placement sûr dans ces conditions de marché relève presque de l'exploit. Ce qui est certain c'est que l'équation risque/rentabilité, chère à la théorie financière, sera plus que vérifiée.

Ainsi, des offres alléchantes pourraient se multiplier dans les prochains mois. Non seulement parce que, en période de baisse des marchés, les banques et assureurs cherchent à conserver leur base de clientèle mais aussi pour des raisons purement réglementaires.

En effet, la mise en place de nouveaux critères de solvabilité (dits de Bâle III) par les banques devrait entraîner une multitude de promotions sur des produits ne donnant pas un rendement extraordinaire en temps normal. Car les banques, devront désormais disposer de 4,50 euros de réserve pour un prêt de 100 euros. Autant dire qu'elles vont chercher à séduire sur des produits simples afin d'attirer les liquidités.

Parallèlement, face à l'érosion de l'assurance-vie en France, les assureurs vont, eux aussi, passer à l'attaque pour séduire de nouveaux clients en offrant - pourquoi pas -des rémunérations plus importantes que celles annoncées. En effet, depuis l'an dernier, les assureurs sont obligés d'annoncer un taux minimum garanti pour 6 mois.

Or, s'ils distribuent plus qu'annoncé, il est fort à parier que cela attirera des clients.

Autant dire que les offres vont se multiplier sur les produits réputés comme sûrs, l'attention sera donc de mise face à cela. Malgré tout, ces produits - comme l'or ou des produits à capital garanti - restent les produits les plus sûrs qu'il est possible de trouver aujourd'hui dans ce contexte de marchés agités et d'incertitudes sur l'avenir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :