Un "mini Google" français qui trie pour vous les offres d'emploi

 |  | 633 mots
Lecture 3 min.
Le site se rémunère grâce au trafic redirigé vers les grands sites de recherche d'emplois : Career Builder, Monster, Job In Tree, etc. Chaque candidat qui clique sur l'une de leurs offres vaut entre 5 et 20 centimes d'euros. En Europe, Jobi Joba revendique 2 millions de visiteurs uniques, dont 1 million en France. © dr
Le site se rémunère grâce au trafic redirigé vers les grands sites de recherche d'emplois : Career Builder, Monster, Job In Tree, etc. Chaque candidat qui clique sur l'une de leurs offres vaut entre 5 et 20 centimes d'euros. En Europe, Jobi Joba revendique 2 millions de visiteurs uniques, dont 1 million en France. © dr (Crédits : DR)
Jobi Joba rassemble pour l'internaute plus de 400 000 annonces provenant de 350 sites d'emploi généralistes ou spécialisés en France et à l'étranger. Un concept en plein essor, à l'heure où le taux de chômage en France dépasse les 10 % de la population active en France.

En 2009, soit deux ans à peine après sa création à Pessac dans l'agglomération bordelaise, Jobi Joba (www.jobijoba.com/fr) était déjà considérée comme l'une des « 10 start-up européennes les plus prometteuses » dans le cadre du programme Innovate Europ, organisé par le GuideWire Group et Innovate Ventures. Thomas Allaire, son fondateur et PDG, un trentenaire, est parti d'un constat très simple : « il fallait parcourir des dizaines de sites d'emploi pour être sûr de trouver un job ». Sans compter, que les salaires, le lieu ne sont pas toujours indiqués et que les doublons sont nombreux. Bref, la recherche est fastidieuse.

Un moteur de recherche qui "comprend"

Ingénieur en informatique et statistiques, il a donc eu l'idée de créer un « mini Google de l'emploi ». Thomas Allaire a conçu un moteur de recherche sémantique qui analyse le sens des offres d'emploi et lui permet de comprendre précisément la nature des postes, les compétences requises, le lieu. En prime, Jobi Joba identifie les doublons et indique, par exemple, « Publié sur Monster et sur un autre site ». Aujourd'hui, il propose plus de 400 000 offres d'emploi émanant de 350 sites différents. Des annonces, réactualisées toutes les quatre heures.
A cela, Thomas Allaire a ajouté des fonctionnalités lui permettant de se démarquer des concurrents : la recherche d'offres par salaires et par recruteur, la géolocalisation qui permet aux candidats d'identifier les opportunités d'emploi, près de chez eux et dans les localités voisines. En outre, les candidats n'ont à saisir qu'une seule fois leur CV sur Jobi Joba et il sera diffusé automatiquement sur les autres sites d'emploi. A chaque offre correspondant à sa recherche, il recevra une alerte par e-mail. Un gain de temps inestimable pour le demandeur d'emploi.

Deux millions de visiteurs uniques

Mieux, dans sa recherche, le candidat n'est pas perturbé par la pub sur Jobi Joba. Il n'y en a pas ! Le site se rémunère grâce au trafic redirigé vers les grands sites de recherche d'emplois : Career Builder, Monster, Job In Tree, etc. Chaque candidat qui clique sur l'une de leurs offres vaut entre 5 et 20 centimes d'euros. En Europe, Jobi Joba revendique 2 millions de visiteurs uniques, dont 1 million en France.
Présent dans six pays (France, Allemagne, Espagne, Belgique, Royaume-Uni, Australie), le site ne cesse de tisser sa toile. En mars 2010, la start-up a levé un million d'euros avec le fonds Newsfund. « Depuis la semaine dernière, nous sommes aussi présents au Mexique et en Italie. Au mois de février, nous serons également en Russie », annonce Thomas Allaire. Depuis l'an dernier, Jobi Joba a également une version sur Facebook et une application mobile.
Sur Facebook, vous pouvez regarder, grâce à son moteur de recherche, si l'un de vos amis travaille dans une entreprise dans laquelle vous souhaitez postuler. Un ami, qui pourrait vous délivrer de précieux conseils.

Forte croissance

Si Thomas Allaire ne souhaite pas dévoiler son chiffre d'affaires, sa société a connu une croissance de 25 % en 2011-2012. « Cette année, je table sur 50% de croissance. Là, déjà en janvier, notre audience a doublé par rapport à l'an dernier », précise-t-il. Avec la crise économique, il y a bien évidemment de plus en plus de demandeurs d'emploi...
D'ailleurs, Jobi Joba, qui compte actuellement 16 salariés, recrutera cette année au minimum 2 informaticiens et 3 « country managers ». Ces derniers doivent bien connaître un pays étranger et sont chargés de rédiger les contenus éditoriaux et de faire le lien avec les partenaires et clients. Le site envisage de poursuivre son développement au Brésil et peut-être au Canada. « L'objectif est d'être dans les cinq premiers sites d'emploi de tous les pays ciblés », avance Thomas Allaire.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2013 à 19:55 :
Respect à cet entrepreneur.
a écrit le 29/01/2013 à 11:28 :
Je garde un oeil sur indeed.fr (ou .ch ou .de), ça a l'air de marcher pareil avec des offres assez détaillées d'un seul coup d'oeil et mises à jour avec possibilité de recevoir des alertes. Mais je vais essayer celui-ci aussi!
a écrit le 29/01/2013 à 10:07 :
Un futur partenaire de ce site : www.emploi-it.net
a écrit le 29/01/2013 à 8:06 :
Je vais le conseiller à mes relations.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :