AEC Polymers ambitionne d'être un futur leader international des nouvelles colles industrielles

 |   |  354  mots
Les colles industrielles de nouvelle génération remplacent les soudures, les rivets et sont idéales pour assembler les matériaux composites, sans nécessiter de surface plate pour coller. Les secteurs de l'automobile, du ferroviaire, du nautisme et de l'aéronautique sont particulièrement demandeurs. © AEC Polymers
Les colles industrielles de nouvelle génération remplacent les soudures, les rivets et sont idéales pour assembler les matériaux composites, sans nécessiter de surface plate pour coller. Les secteurs de l'automobile, du ferroviaire, du nautisme et de l'aéronautique sont particulièrement demandeurs. © AEC Polymers (Crédits : © AEC Polymers)
Cette jeune société girondine, installée au Barp (agglomération bordelaise), a breveté une technologie unique au monde : ses colles, aussi élastiques que résistantes, sont parfaitement adaptées aux matériaux composites, en plein essor dans l'industrie des transports. Arkema, le numéro un de la chimie en France, n'a pas hésité longtemps avant d'investir dans l'entreprise pour devenir son actionnaire principal...

« Notre société, qui compte 20 salariés et réalise 2 millions d'euros de chiffre d'affaires, va pouvoir accélérer son développement international en Asie, Amérique du Nord et Amérique du Sud, grâce à la notoriété d'Arkema », se réjouit Christian Bret, président d'AEC Polymers. Depuis quelques jours, le premier chimiste français, présent dans 40 pays, est actionnaire à 60% de sa société. En réalité, c'est l'aboutissement d'un long partenariat. Depuis deux ans, cette PME et Arkema travaillent main dans la main, afin de révolutionner le marché des adhésifs de structure. C'est désormais chose faite. AEC Polymers a mis au point des colles structurales en méthacrylate avec des propriétés mécaniques inégalées.

Des colles plus élastiques et résistantes

Concrètement, elles sont plus souples (jusqu'à 400% d'étirement) que les colles à base d'époxy, et plus résistantes (capable de supporter des écarts thermiques de - 50°C à + 200°C). C'est une nouvelle génération de colles industrielles qui remplacent les soudures, les rivets et sont idéales pour assembler les matériaux composites. Autre avantage, pas besoin de surface plate pour coller.
Les secteurs de l'automobile, du ferroviaire, du nautisme et de l'aéronautique sont particulièrement demandeurs. A l'heure, où l'on cherche par tous les moyens à diminuer la consommation en carburant des véhicules et avions, cette colle permet, par exemple, de gagner 500 kg sur le poids d'un bus.

Un chiffre d'affaires qui devrait passer de 2 à 20 millions d'euros en cinq ans

Avec Arkema, comme actionnaire majoritaire, AEC Polymers - qui va rejoindre l'incubateur nouveaux produits et nouvelles technologies du groupe - rêve de conquérir le monde avec ses colles. Un optimisme partagé par Christian Collette, directeur de la recherche d'Arkema. « Ensemble, nous allons accroître la performance de nos clients dans l'assemblage des matériaux avancés et faire d'Arkema un acteur incontournable de ce secteur », lance-t-il. D'autant que le marché décolle. Cette année nous devrions passer de 2 à 4 millions d'euros de chiffre d'affaires. Et d'ici, 5 ans, notre objectif est d'atteindre les 20 millions », avance Christian Bret.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2013 à 20:33 :
Où est-il écrit que les colles en méthacrylate ont été inventées par AEC Polymers ? Nulle part. Il ne faut pas faire de mauvaise interprétation et lire les phrases jusqu'au bout... "AEC Polymers a mis au point des colles structurales en méthacrylate avec des propriétés mécaniques inégalées". Quand on dépose un brevet, en général, ce n'est pas pour quelque chose qui a déjà été inventé...
a écrit le 10/04/2013 à 18:16 :
Les colles méthacrylates ne sont pas une invention de cette société , bien d'autres les produisent actuellement. Mais bon si cela peut augmenter le cours d'Arkema et redonner du baume au coeur au lecteur ...
a écrit le 10/04/2013 à 15:06 :
Encore un exemple d'une grande entreprise, autrefois en pointe dans les inventions et les innovations, où le développement interne n'est plus qu'un souvenir (fermetures d'usines, plans sociaux ...), va pouvoir grâce à sa participation dans une PME innovante et dynamique, renouer avec son passé de chimiste de pointe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :