En Côte d'Or, les commerces de proximité espèrent une réouverture prochaine

 |  | 748 mots
Lecture 4 min.
Selon une étude récente réalisée par la CCI 21, moins de 4% des TPE du département ont un site de vente en ligne et seules 44% ont une visibilité sur Internet. « L'entreprise de commerce déconnectée souffre plus que les autres et elle s'en sortira moins bien. La transformation numérique prend tout son sens en cette période », note Michel Caradot, directeur marketing et communication des CCI 71 et 21.
Selon une étude récente réalisée par la CCI 21, moins de 4% des TPE du département ont un site de vente en ligne et seules 44% ont une visibilité sur Internet. « L'entreprise de commerce déconnectée souffre plus que les autres et elle s'en sortira moins bien. La transformation numérique prend tout son sens en cette période », note Michel Caradot, directeur marketing et communication des CCI 71 et 21. (Crédits : DR)
L’ensemble des représentants du monde patronal de la Côte-d’Or réunis au sein de l’UNPACT 21 lance un appel d’urgence pour sauver les commerces de proximité. Ils espèrent une réouverture des commerces dits « non essentiels » par le gouvernement, le 13 novembre prochain. En attendant, des solutions sont mises en place pour qu’ils continuent à travailler.

« Les commerces de proximité souffrent depuis plus d'un an. Après les Gilets jaunes, les grèves, les manifestations des retraites, le premier confinement et maintenant un deuxième, nous allons vers des situations catastrophiques sur le plan économique, social et moral pour les chefs d'entreprise », alerte Xavier Mirepoix, président de la CCI de Côte-d'Or. Les représentants des entrepreneurs redoutent que ce deuxième confinement, dont la durée finale reste incertaine, assène le coup de grâce aux établissements déjà fragilisés, et ce, malgré un assouplissement par rapport au confinement du printemps. « Ces mesures viennent à l'encontre d'une politique de revitalisation des centres villes », souligne Christophe Desmedt, président de l'Union des entreprises de proximité (U2P).

Alors que les commerçants ont mis en place toutes les précautions pour respecter les gestes barrières, ils se retrouvent de nouveau avec l'interdiction de travailler. Cette fermeture est vécue comme incompréhensible, injuste et lourde de conséquence. D'autant qu'aucun cluster issu de l'entreprise de proximité - ou autre - n'est aujourd'hui connu. Les seuls déclarés proviennent des cercles privés (mariage, anniversaire, enterrement...). « Nous sommes en train de perdre les trois moteurs nécessaires à la vie des entreprises : confiance, activité et visibilité. Il est urgent d'établir une stratégie alliant les impératifs sanitaires et économique et de s'y tenir durablement. Sans cela nous aurons une troisième, puis un quatrième vague, et nous assisterons à l'agonie de pans entiers de notre économie », s'insurge Christophe Desmedt.

Quelles solutions pour continuer à commercialiser ?

« Le quatrième trimestre est le plus important pour beaucoup de commerçants. C'est lors de cette période que nous rentrons de la trésorerie pour l'année à suivre », s'inquiète un commerçant du centre-ville de Dijon. Afin de ne pas manquer cette période clé de l'année, les commerces de proximité n'auront guère d'autre choix que d'aller sur la toile, pour ceux qui n'y sont pas encore. Selon une étude récente réalisée par la CCI 21, moins de 4% des TPE du département ont un site de vente en ligne et seules 44% ont une visibilité sur Internet. « L'entreprise de commerce déconnectée souffre plus que les autres et elle s'en sortira moins bien. La transformation numérique prend tout son sens en cette période », note Michel Caradot, directeur marketing et communication des CCI 71 et 21.

Lors du premier confinement, la CCI Côte-d'Or Dijon Métropole et la CCI de Saône-et-Loire avaient mis en place une plateforme www.mon-commerce-ouvert.fr afin de soutenir les commerces de proximité et la consommation locale. Une initiative qui avait plutôt bien fonctionné avec 720 points de vente inscrits et plus de 30.000 visites enregistrées sur la durée du premier confinement. Ce site Internet vient de rouvrir il y a deux jours (déjà une centaine d'établissements inscrits) en élargissant son offre à l'ensemble de la région Bourgogne-Franche-Comté. Grâce à cet outil, les commerçants ont la possibilité de valoriser leur activité et les services proposés, en même temps que le consommateur peut mieux identifier les points de vente en activité près de chez lui, soit qu'ils sont effectivement ouverts, soit qu'ils proposent des services de livraison ou de drive sur rendez-vous. Les commerçants, prestataires de service ou artisans peuvent donc se référencer gratuitement, et les citoyens, grâce au moteur de recherche multicritères et à la carte interactive, continuer à consommer localement.

Créer un site vitrine

Autre solution développée au niveau national pour les commerçants : le portail AchatVille, décliné au niveau des départements : achat-cote-d-or.com et achat saone-et-loire.com. Ce portail permet - sans dépenser des fortunes car ce sont des plateformes mutualisées - de créer un site vitrine ou catalogue, de booster sa visibilité, de bénéficier de page annuaire, de services de vente en ligne ou click and collect... « Il a été créé hors crise sanitaire mais peut être utilisé en ce moment pour accentuer la transformation numérique des entreprises », précise Michel Caradot. « Le numérique est une réponse à la difficulté que les gens ont pour se déplacer pendant le confinement et pour les établissements fermés, de valoriser leur offre en utilisant tous les outils qui existent », poursuit-il.

L'occasion de maintenir autant que possible une activité économique de proximité si importante pendant cette période de crise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :