Logiciels : la réalité augmentée projette Artefacto à New York

 |   |  408  mots
Si 50 % de l'activité d'Artefacto est orientée vers l'urbanisme et l'immobilier, la société s'est aussi tournée vers l'événementiel, la muséographie et le tourisme. © Artefacto
Si 50 % de l'activité d'Artefacto est orientée vers l'urbanisme et l'immobilier, la société s'est aussi tournée vers l'événementiel, la muséographie et le tourisme. © Artefacto (Crédits : Artefacto)
Spécialisée dans la simulation 3D et l'animation virtuelle, Artefacto innove avec une solution logicielle de réalité augmentée. Sur le marché de l'immobilier, Urbasee doit lui permettre de passer le cap de l'international. Première étape : New York.

Présenter un futur immeuble ou un élément de mobilier en réalité augmentée en superposant sa maquette 3D en temps réel au flux vidéo d'un smartphone et d'une tablette : voilà la promesse d'Urbasee, une solution logicielle innovante qui permet d'expérimenter un projet immobilier en mobilité. Cette solution propriétaire d'aide à la conception et à la vente de projets immobiliers et d'urbanisme a été développée par Artefacto.
Spécialiste de la simulation 3D et de l'animation virtuelle, la société rennaise co-fondée en 1998 par les architectes Valérie Cottereau (PDG) et Erwan Mahé (directeur R&D), compte sur cet outil pour se développer à l'international. Avec un objectif de chiffre d'affaires de 3 millions d'euros en 2014 (2,2 millions d'euros en 2012), Artefacto (40 personnes) vient d'ouvrir un bureau à New York.

Mobilité et partage à distance

« Cette technologie permet la mobilité et le partage à distance. On peut visiter et tourner autour du futur bâtiment, meubler une pièce, explique Valérie Cottereau. Outre les promoteurs immobiliers, des structures plus petites comme des cabinets d'architecture et des designers s'y intéressent. Aux Etats-Unis notamment. » Une première version enrichie d'Urbasee sera lancée en septembre, avant l'arrivée de nouvelles fonctionnalités, comme l'information sur la déperdition énergétique.
Si 50 % de l'activité d'Artefacto est orientée vers l'urbanisme et l'immobilier, la société s'est aussi tournée vers l'événementiel, la muséographie et le tourisme. Le logiciel Urbasee est ainsi décliné au profit d'opérations interactives renvoyées sur grand écran. Tout l'été, Artefacto et son partenaire Spectaculaires, spécialiste de la projection grand format, animeront la façade du Parlement de Bretagne à Rennes. La réalité augmentée immersive permettra aux utilisateurs de manipuler des éléments virtuels, et de se faire prendre en photo avec Anne de Bretagne.

Jeu de l'oie grandeur nature

Au château de Montfort (Écomusée du Pays de Brocéliande), la réalité augmentée propose aussi de redécouvrir l'histoire médiévale : des chevaliers en 3D tentent de reconquérir le château pris par Richard C?ur de Lion à travers un jeu de l'oie grandeur nature. Ils sont intégrés au décor et combattent sur le plateau de jeu par le biais d'une tablette numérique.
Et demain ? Artefacto pourra numériser une personne réelle pour ensuite l'intégrer dans des reconstitutions interactives de scènes d'époque.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :