Bio3G stimulée par son turbonitrate

 |   |  308  mots
(Crédits : reuters.com)
Concevant des solutions biotechnologiques écologiques destinées au monde de l'agriculture, la future ETI Bio 3G abordera en 2015 le marché européen grâce à un nouveau produit innovant.

Depuis 1997, Bio 3G propose aux agriculteurs et aux professionnels des espaces verts des solutions innovantes pour réduire les intrants polluants.

Au départ formulées en interne mais fabriquées à l'extérieur, avant que l'entreprise n'achète en 2007 son outil industriel situé à Alès, devenant ainsi autonome, ces recettes à base de biotechnologies constituent quatre gammes de produits. Distribués via
un réseau de vente directe, les activateurs de sols, stimulateurs de croissance ou stimulants nutritionnels pour les animaux, ont déjà permis à la PME costarmoricaine fondée par Marc Guillermou, de se développer en France, en Belgique (Wallonie) et en Suisse, auprès de 50.000 clients dont 90% d'agriculteurs.

Mais pour compléter son maillage et s'ouvrir les portes de l'export l'entreprise compte sur une innovation majeure, en cours d'homologation pour un déploiement en 2015 : une gamme de fertilisation azotée appelée « turbonitrate ». Elle permet un rendement de culture identique avec 20 % d'unité polluante en moins.

« Ce programme représente quinze ans de R&D, explique Marc Guillermou, soit 3 M€ d'investissement, y compris dans des recrutements en R&D. Ces trois dernières années, nous avons en parallèle étoffé notre service technico-commercial. »

Bio 3G, qui emploie 295 personnes pour un chiffre d'affaires de plus de 35 M€ en 2014, vise 50% de progression à cinq ans, et plus de 250 technico-commerciaux à son bord. L'entreprise ambitionne aussi d'aborder le marché grand public avec un herbicide, 100% naturel.

Marc Guillermou entend donc négocier au mieux ce passage prévu à une structure de plus  de 400 personnes sans perdre l'état d'esprit « aventurier »  de ses débuts. Actionnaire à 100% d'une entreprise ayant réussi jusqu'ici à autofinancer son développement, il n'envisage pas d'ouvrir son capital. En revanche,
il songe à maîtriser son  approvisionnement en matières premières via une acquisition.

_______

>>> Pour en savoir plus sur la société Bio3G

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :