En Bretagne, « nos entrepreneurs sont attachés à leur territoire »

 |   |  624  mots
Loïg Chesnais-Girard, vice-président de la Région chargé de l’économie et de l’innovation.
Loïg Chesnais-Girard, vice-président de la Région chargé de l’économie et de l’innovation. (Crédits : DR)
Interview de Loïg Chesnais-Girard, vice-président de la Région chargé de l’économie et de l’innovation.

LA TRIBUNE - Peut-on parler d'un modèle d'ETI breton ?

LOÏC CHESNAIS-GIRARD - Il n'y a pas de modèle breton, mais la structure économique du territoire s'appuie sur une épine dorsale d'ETI au périmètre familial, et une volonté de garder les centres de décision en Bretagne. Il y a aujourd'hui une génération de dirigeants - Gilles Falch'hun chez Sill, Christian Roulleau chez Samsic, Louis Le Duff... - qui développent leur activité dans le monde entier tout en restant très attachés à leur territoire.

L'association Produit en Bretagne, qui fédère PME et grands groupes, est une parfaite illustration de cette volonté de donner à la région la capacité de se développer, d'innover et de créer de l'emploi. Les ETI et PME installées en Bretagne bénéficient par ailleurs d'un écosystème structuré et du bon niveau de qualification des salariés.

Pour relever les défis économiques, une relation de confiance s'est instaurée entre les entreprises et les institutions régionales.

LT - Quels sont les enjeux spécifiques du territoire ? Ses atouts ?

LCG - Certains modèles économiques dans le secteur agroalimentaire et plus précisément sur le premier niveau de production agricole (porc, volaille), ou encore dans l'automobile, sont en cours de restructuration. Malgré la crise, ces secteurs restent des filières stratégiques pour l'économie.

En parallèle, on assiste au renouveau et à l'émergence de filières fortes, liées à la transformation agroalimentaire, au numérique ou au maritime. Il s'agit donc de créer des acteurs importants en Europe dans le domaine des biotechnologies, des énergies renouvelables ou de la cybersécurité. La présence de grandes entreprises comme Orange ou Technicolor, offre à la région une position historique dans le domaine des TIC et des nouvelles technologies. Cette filière s'enrichit de l'arrivée de nouvelles PME qui profitent d'un vivier d'ingénieurs et de techniciens. Cet écosystème permet aussi une fertilisation croisée entre les filières.

LT - Comment la Région intervient-elle dans le développement économique ?

LCG - En matière de recherche et d'innovation, nous disposons de centres techniques et de laboratoires ainsi que de quatre pôles de compétitivité. Issue de la fusion de Bretagne International et CCI International Bretagne, Bretagne Commerce International facilite pour Wsa part l'accès aux marchés extérieurs. Cette ressource mutualisée est utilisée par plus de 400 entreprises.

Côté financement, nous intervenons dans les phases d'amorçage, de développement, de transmission ainsi que dans les problématiques de haut de bilan - investissements courants, trésorerie. Et nous enrichissons encore cet écosystème : en améliorant nos équipements, en offrant un maximum d'outils aux entreprises.

En 2017, la future LGV mettra Brest à trois heures de Paris et Rennes à une heure et demie. D'ici à 2030, la fibre couvrira l'ensemble du territoire breton. Les premiers appels d'offres ont été lancés pour un démarrage prochain de la première tranche de travaux (2014-2018).

Le budget économique global de la Bretagne s'élève à 110 millions d'euros cette année. Nous prévoyons de réallouer certains moyens, en faveur des laboratoires et des centres de recherche, afin de mieux organiser l'écosystème de l'innovation. De même, il faut aboutir à plus de cohérence et de synergie entre les collectivités.

LT - À quels freins les PME bretonnes en capacité de devenir des ETI se heurtent-elles ?

LCG - Plus que les questions d'embauches, c'est sur l'accès au marché et la problématique du financement que portent les points de blocage. Il nous faut travailler avec BPI et les banques privées afin d'améliorer cette situation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :