Route du Rhum 2014 : grosses retombées pour Saint-Malo

Passionnés de course au large ou simples curieux venus prendre un bol d’air pendant les vacances : ils sont déjà nombreux à fouler les quais de Saint-Malo pour découvrir les bateaux de la Route du Rhum 2014. Avec un événement de cette ampleur, Saint-Malo soigne son image de marque et son économie.

4 mn

Près de 2 millions de visiteurs sont attendus dans la cité corsaire: à terre, autour du village de la course (8.000 m2, 150 exposants et sponsors), ou sur la côte, dimanche prochain, pour assister au départ de la course entre le cap Fréhel et la pointe du Grouin.
Près de 2 millions de visiteurs sont attendus dans la cité corsaire: à terre, autour du village de la course (8.000 m2, 150 exposants et sponsors), ou sur la côte, dimanche prochain, pour assister au départ de la course entre le cap Fréhel et la pointe du Grouin. (Crédits : Reuters)

20.000 personnes ont assisté, samedi 26 octobre à Saint-Malo, à la présentation des 91 skippers de monocoques et de multicoques, stars ou amateurs engagés dans la Route du Rhum 2014, course transatlantique en solitaire à destination de la Guadeloupe.

Durant cette semaine festive ponctuée d'animations nautiques, de baptêmes de bateaux, d'invitations à découvrir l'archipel antillais, près de 2 millions de visiteurs sont attendus dans la cité corsaire: à terre, autour du village de la course (8.000 m2, 150 exposants et sponsors), ou sur la côte, dimanche prochain, pour assister au départ entre le cap Fréhel et la pointe du Grouin.

Entre Quai des bulles, son festival de bande dessinée en octobre, et  Etonnants voyageurs, son salon du livre en mai, Saint-Malo, 50.000 habitants, vit toute l'année au rythme d'événements à portée nationale. Pour autant, la Route du Rhum, qui s'y est établie en 1978, est un moment à part. Organisée par la Société Pen Duick, cette 10e édition est même annoncée comme un crû d'exception.

Visibilité et partenariats médias

Pour l'image de Saint-Malo, la portée médiatique (TV, radio, presse écrite) est incomparable. Partenaires de la course,  les groupes France Télévisions et Radio France déploient un important dispositif via leurs antennes France 3, France Ô, France Info, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel.

Avec les directs des chaînes locales  TVRennes 35, Tébéo et TébéSud, mais aussi, pour le week-end du départ, ceux de BFM TV, I Télé, Canal+, TF1, LCI, L'Equipe 21 ou M6, on avoisine les 60 heures de télévision pour environ 1,8 million de téléspectateurs potentiels.

La Route du Rhum-Destination Guadeloupe, c'est aussi un site internet, une application mobile, des comptes Twitter, Facebook, Instagram, et une chaîne DailyMotion : une vitrine numérique qui est loin d'être négligeable.

« Saint-Malo va être le centre du monde pendant plus d'une semaine. C'est une édition qui démarre très fort, se réjouit par avance Claude Renoult, le maire de Saint-Malo. Les Guadeloupéens ont été les premiers à financer la Route du Rhum avec la ville de Saint-Malo. Nous sommes très impliqués avec nos 300 bénévoles et notre club de voile, la SNBSM. »


Des retombées économiques directes

Au-delà de l'effet carte postale, le Rhum, dont le budget global s'élève à 6 millions d'euros, c'est aussi un business : pour les partenaires qui s'associent à son image et l'utilisent dans leurs relations client, pour les collectivités également. Pas question pour Saint-Malo de céder sa place.

Suite au retrait de la Banque Postale comme sponsor principal, remplacé par la Guadeloupe, la ville n'a pas hésité à monter sa participation à 1,4 million d'euros (organisation, logistique, stands et animations), dont 240.000 euros financés par l'agglomération.

En termes de retombées économiques directes, le retour sur investissement est immédiat : l'activité sur ces 10 jours est presque comparable à celle du mois d'août .

« Grâce à 30 000 nuitées supplémentaires par rapport à une période normale, le chiffre d'affaires pour les hôtels et restaurants de la ville oscille entre 3 et 4 millions d'euros, comptabilise Claude Renoult. L'effet se ressent aussi dans les localités proches et sur la rive gauche de la côte. »

Avec la CCI de Saint-Malo, Rennes Métropole et la technopole Rennes Atalante, l'agglomération profite aussi de cette semaine pour communiquer autour de l'activité de ses entreprises : économie numérique, start-up et réseau Saint Malo Entreprises.

Aux côtés de marques malouines comme Cache Cache, Bonobo, Thermes Marins de Saint-Malo, Laiterie Malo, cette association de TPE et PME, qui réunit une soixantaine de sociétés, veut gagner en visibilité. Elle est Sponsor Privilège de l'écurie BG Race, qui lance trois bateaux dans la course : le 60 pieds Transports Guisnel, skippé par Bob Escoffier, celui de Louis Burton (Bureau Valley) et le Class40 de leur poulain Valentin Lemarchand.


Vers une filière nautique durable ?

A la fois chantier naval de pointe et écurie de course au large, BG Race illustre les ambitions malouines dans le développement d'une filière nautique.

« 12 jeunes malouins sont engagés dans cette édition, c'est un signe de notre capacité à conduire des projets. La Route du Rhum fait travailler la filière nautique pendant 10 jours, mais paradoxalement jusqu'à présent, cela n'avait pas eu d'effet durable, confirme Claude Renoult. Cette filière existe aujourd'hui via BG Race notamment, il faut qu'elle puisse continuer de se développer. »

Plus globalement, la Région Bretagne qui investit environ 300.000 dont 232.000 euros pour Pen Duick, anime un stand sur le village avec une exposition sur sa filière nautique régionale intitulée « Mer en vue ».

4 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.