Code_Libellule : un nouveau concept de patrouilleur

Pour répondre à deux projets de développement de flottilles de pêche en Afrique, assorti d'un volet protection, un consortium breton a conçu un nouveau concept de patrouilleur baptisé Code_Libellule.
(Crédits : DR)

Non il ne s'agit pas du titre d'un nouveau film d'espionnage, mais bien le nom d'un bateau. Ou plutôt d'un concept innovant de patrouilleur. Code_Libellule se distingue par son design esthétique et futuriste inspiré de la silhouette de la libellule, mais surtout de celle des trimarans. Sa capacité à « embarquer des drones, des modules de missions ou des bateaux semi-rigides », ainsi que de l'armement léger (2,7 mm) ou lourd (canon 30 mm ) lui confère aussi les caractéristiques d'un navire d'action à vocation militaire.

Long de 29 mètres, ce bateau en composite et matériaux partiellement bio-sourcés, est constitué d'une coque étroite, stabilisée par deux flotteurs placés en arrière, ce qui lui permet de disposer ainsi d'une plate-forme de grande taille pour accueillir des engins de surveillance.

Lutte contre la piraterie

Imaginé par un consortium constitué de la société rennaise Exid Concept & Développement, et du cabinet d'architecture morbihannais Perspective Design, le projet Code_Libellule, auquel participeront plusieurs chantiers navals bretons, est conçu pour la surveillance en haute mer comme dans les zones littorales et les estuaires. Qualifié de rapide et polyvalent, il adresse plusieurs marchés : la protection des installations pétrolières en mer, la lutte contre les trafics illégaux et la piraterie, la recherche et le sauvetage, la police des pêches.

 « Aujourd'hui, la mer est un enjeu crucial : les espaces maritimes sont au cœur de l'économie et de la sécurité publique, et le contexte international rend la nécessité d'action en mer de plus en plus essentielle, explique Régis Coat, président d'Exid Concept et Développement.

Code_Libellule  est un bateau, simple, compact, avec un équipage réduit à 6 personnes et économique. Il est conçu pour frapper vite et pendant longtemps. »

Marines européennes et contacts en Afrique

Exid Concept et Développement l'a déjà présenté à l'Etat-Major de la Marine, mais ses premiers contrats pourraient bien venir d'armateurs privés opérant en Afrique. La jeune entreprise rennaise spécialisée dans le pilotage des projets innovants dans les domaines des transports et de l'énergie, l'a notamment proposé dans le cadre de projets globaux de développement d'une filière de pêche initiés par des investisseurs étrangers et nécessitant une protection en mer.

Des discussions sont en cours avec deux pays, un en Afrique de l'Ouest et l'autre sur la façade du continent donnant sur l'océan Indien. Exid Concept et Développement (4 collaborateurs, CA de 350.000 euros), qui vise aussi les marines européennes, finalise son montage industriel. Hors fabrication, le coût du projet est estimé à 400.000 euros. À partir d'une commande ferme, Exid serait à même de sortir son premier bateau sous 18 mois. D'ici à quatre ans, la jeune pousse espère commercialiser une petite série d'une vingtaine de patrouilleurs.

Enveloppe de 5 millions d'euros

Code_Libellule met en avant une vitesse de 25 nœuds en moyenne dans une mer de force 4 (40 nœuds pour un moteur hybride diesel-électrique avec hydrojets) et une autonomie de 3.000 miles marins (10.000 maximum) soit l'équivalent d'un trajet Toulon-Djibouti sans escale. De quoi pouvoir accompagner une flottille de pêche. Il est proposé aux prospects pour une enveloppe de 5 millions d'euros variable selon l'équipement, et le choix de l'acheteur de bénéficier aussi d'un service s'entretien complet du navire.

Pour Exid, qui a été mise en relation avec le bureau d'architecture naval et les chantiers navals grâce au cluster Bretagne Pôle Naval, le nouveau patrouilleur apporte une « solution innovante et économique » adaptée aux exigences opérationnelles et aux contraintes budgétaires des marines modernes.

 « Le coût d'exploitation est bas et la maintenance est simple, ajoute Régis Coat, qui insiste aussi sur la bonne isolation de ce bateau économe en énergie, et le confort de l'équipage. Code_Libellule est complémentaire des autres solutions existantes. On s'insère bien dans la cartographie du naval de défense. »

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 03/07/2016 à 9:21
Signaler
"ainsi que de l'armement léger (2,7 mm)" 12,7 mm non...

le 03/07/2016 à 14:40
Signaler
C'est une révolution dans l'armement réalisé grâce à la tribune. Pour mémoire la balle de 4mm pour le G36ont été un echec. Mais aujourd'hui on peu etre journaliste et ne pas connaitre le domaine que l' on couvre.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.