En quasi plein emploi, la Bretagne avance sur la voie des transitions pour gagner en souveraineté

Les acteurs économiques régionaux ont effectué leur rentrée au Forum économique breton à Saint-Malo, dans la foulée d’une saison touristique au beau fixe. Entre actions concrètes et expérimentations futures, cette troisième édition s’est interrogée sur les enjeux des entreprises et la manière de construire plus d’indépendance dans des domaines souverains tels que l’énergie, l’agriculture, le numérique ou la cybersécurité. La question de l'emploi et les difficultés de recrutement ont aussi été au centre des débats.
(Crédits : La Tribune)

A Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), l'été ensoleillé se poursuit et, en cette rentrée scolaire, les touristes sont encore nombreux à déambuler dans la Cité corsaire. C'est dans ce contexte de saison touristique exceptionnelle en Bretagne, marquée par une augmentation de 6% du nombre de nuitées, que s'est déroulée, mercredi et jeudi, la troisième édition du Forum économique breton (FEB 2022). Pour cette rentrée des acteurs régionaux, tous les indicateurs sont au vert. La Bretagne qui affiche toujours le taux de chômage le plus bas (5,8%) de France, est en quasi-plein emploi : sur un an, 40.000 emplois y ont été créés (+3,2%), entraînant une baisse de la demande d'emploi de 18%, a indiqué le président de la Région Bretagne en ouverture du forum.

« La Bretagne se porte globalement bien » s'est félicité Loïg Chesnais-Girard.

Pour autant, cette situation favorable à tous les grands secteurs, dont les services,  n'exclut pas la persistance de problèmes et d'enjeux, dans un contexte global de tensions, de changement climatique et de flambée des prix.

« Il faut continuer d'anticiper pour ne pas souffrir, pour ne pas subir. La Bretagne est une solution pour la France, pour l'Europe. La tradition d'innovation et la forte cohésion sociale du territoire permettent d'expérimenter et d'avancer », a déclaré le président de la Région.

Placé sous le thème « Construire nos indépendances », le FEB 2022 a exploré, durant deux jours, les actions concrètes engagées sur le territoire breton et les pistes permettant de lever les contraintes, qu'elles soient économiques, industrielles, agricoles, alimentaires, numériques ou énergétiques.

Imaginer de nouveaux leviers pour l'emploi

« L'objectif de ce forum est surtout de réfléchir ensemble aux enjeux auxquels sont confrontés les entreprises » observe Hervé Kermarrec, président du Medef Bretagne. « Le coût de la transition écologique représente par exemple un vrai effort financier, l'objectif zéro émission nette de CO2 d'ici à 2050 va contraindre le développement. En Bretagne, avec 5,8% de chômage, s'ajoute un vrai problème de main d'œuvre. »

Le marché de l'emploi se trouve même en plein basculement. Le recrutement est compliqué dans tous les secteurs et la Bretagne recense encore 25.000 personnes au chômage de plus de deux ans.

A l'heure de la transition écologique, le secteur, en plein boum, de la rénovation énergétique doit par exemple organiser sa filière.

« 20% des artisans ont plus de 51 ans. 220.000 personnes travaillent dans le secteur, il en faudra 500.000 dans 10 ans, avec des compétences élargies » explique Sébastien Le Goascoz, président du groupe Izimmo, filiale immobilière du Crédit Mutuel Arkéa. « Il y a un enjeu d'attractivité des métiers liés à la transition énergétique et au changement climatique. »

Cette année, Enedis Bretagne a pour sa part recruté 450 personnes, y compris en reconversion.

« Il faut développer de nouveaux leviers pour assimiler les parcours professionnels, l'emploi seul ne suffit plus, il faut imaginer aussi un accompagnement sur le logement et le périmètre de vie, culturel, sportif... » anticipe Loïg Chesnais-Girard. « Les employeurs doivent se poser la question de leurs exigences et adapter les postes, notamment pour les 25.000 chômeurs de longue durée. »

L'adéquation des formations au marché est une des réponses. En post-bac, le groupe privé Omnes Éducation annonce l'ouverture en septembre 2023 d'un campus multidisciplinaire pour 2.000 étudiants à Rennes (ingénierie, management, communication, sciences politiques). Avec une capacité de formation en alternance, les cursus pédagogiques visent à être « innovants sur le placement » et faire le lien avec les entreprises locales.

Mix énergétique et réduction de la dépendance

Un autre enjeu de la rentrée est bien sûr l'impact de l'énergie sur la rentabilité des entreprises. En Bretagne, la sécurisation des approvisionnements passe par la transition énergétique. La feuille de route est écrite et doit valoriser le potentiel des énergies marines renouvelables (EMR), mais aussi le développement de l'éolien terrestre et du photovoltaïque ainsi que de la filière bois énergie. Lentement mais progressivement, la région réduit sa dépendance à l'électricité. Sur les 20% de l'électricité produite localement, la moitié provient du barrage de la Rance, le reste des énergies renouvelables dont l'éolien terrestre.

Mise en service en mars dernier, la centrale à gaz naturel de Landivisiau devrait produire 1,5 TWh tandis que le parc éolien offshore de Saint-Brieuc, opérationnel fin 2023 contribuera à hauteur de 1,7 TWh.

« Dans le mix énergétique visé, l'éolien en mer devra représenter 20% de la production électrique, soit 40 Gwh. Il va donc falloir trouver entre 5 et 10 Gwh de projets dans chacune des 8 régions côtières dont la Bretagne » souligne Mark Kirt, directeur général du pionnier de l'éolien flottant Ocean Winds France. L'entreprise prévoit de répondre à l'appel d'offres du projet de Bretagne Sud.

Au-delà des aspects de production et de consommation, la Bretagne soigne aussi ses réseaux. « Le réseau électrique est prêt pour accueillir cette mutation et la sortie des énergies fossiles grâce aux réseaux intelligents et au projet smart grid, Smile » précise Jean-Philippe Lamarcade, directeur régional Bretagne chez Enedis, qui a accru de 15% ses investissements dans la transition. L'accès à la donnée est essentiel. En Bretagne, 94% des foyers privés et des entreprises sont équipés d'un compteur Linky, avec un prévisionnel à 98% à fin 2024.

L'innovation au coeur des problématiques

Pour accélérer les transitions, l'innovation est un levier puissant, qu'il s'agisse d'innovation sociale et RSE, d'innovation agricole, maritime ou numérique (cybersécurité). Selon une étude de Sodero Gestion et de l'accélérateur de startups Novapuls, filiale de la Caisse d'Épargne Bretagne Pays de Loire, 150 acteurs du territoire ont défini leur entreprise comme innovante, lui attribuant une note de 5 sur 6. Dans trois registres principaux : innovation technique et transformation des usages, RSE et transition écologique.

Face aux attentes d'accompagnement des dirigeants, la Région Bretagne répond qu'elle souhaite faciliter les expérimentations. Dans cette période de sécheresse, le dispositif de préservation de l'eau, Ecod'O, expérimenté avec la CCI du Morbihan, pourrait ainsi s'étendre aux autres départements. Testé auprès de 10 entreprises, il a permis une économie équivalente à 10.000 habitants.

Une autre expérimentation sera menée sur les relocalisations et la politique d'achat des entreprises. Pilotée par Bretagne Développement Innovation, elle prévoit de mobiliser dix entreprises des secteurs mer, agri-agro, électronique et tourisme, représentant chacun 15% du PIB breton. Il s'agira, d'ici à décembre 2022, de mieux connaître les facteurs déclenchant d'un achat lointain.

Emaillé par les interventions de Jean-Yves le Drian sur la souveraineté européenne de la défense, de Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef et de François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France sur l'économie française, le Forum économique breton a aussi mis en lumière le rôle des femmes dans l'entreprise et des femmes dirigeantes, nouvelles entrepreneuses via le réseau Femmes de Bretagne ou à la tête de PME et d'ETI.

A travers ses premiers Grands Prix, il a aussi valorisé les entrepreneurs « engagés dans des initiatives porteuses de sens et inspirantes ». 
Le Grand Prix Spécial a ainsi été attribué au groupe Lacroix, pour son projet de traitement dynamique de la pression d'eau par la 5G, le Smart Water Network. Développé avec l'IRT bcom et Lannion-Tregor Communauté, il vise à limiter les fuites sur le réseau d'eau potable.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Revivez la 1ère journée du Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 08/09/2022 à 17:02
Signaler
Que compte faire la Bretagne pour être indépendante en énergie ? Car depuis le PLOF de PLOGOFF c'est la seule région de france qui ne produit rien et surement pas ce qu'il lui faudrtait pour être indépendante notamment de la Loire-Atlantique ? Les Mo...

à écrit le 06/09/2022 à 19:59
Signaler
Plein emploi peut être mais aussi "mal emploi" payé au SMIC dans l'agroalimentaire

le 18/09/2022 à 12:54
Signaler
Sûrement vrai. Mais le manque de qualification d'une partie ne permet pas de pouvoir des postes bien mieux rémunérées . Il ne faut pas oublier que rémunération et valeur ajoutée sont indissociable. La vie n'est pas juste et ne le sera jamais, sauf da...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.