Fibre optique : la Bretagne vraiment couverte à 100 % en 2026 ?

La Bretagne est en retard sur l’Internet à très haut débit. Selon le dernier baromètre du site ZoneADSL, un tiers du territoire est pour le moment éligible à la fibre. Or, le Conseil régional maintient sa prévision de couverture de 100 % en 2026. Quant à la 4G, la région affiche un bon déploiement mais un débit inférieur à la moyenne nationale.
La Bretagne possède un taux de couverture fibre régional de 33 %, et affiche l'une des plus faibles évolutions du taux de couverture par an.
La Bretagne possède un taux de couverture fibre régional de 33 %, et affiche l'une des plus faibles évolutions du taux de couverture par an. (Crédits : ZoneADSL)

Le gouvernement espère amoindrir la fracture territoriale grâce au déploiement de l'Internet à très haut débit et de la 4G, demain de la 5G. Outre le taux de couverture du territoire, la qualité de la prestation offerte par les opérateurs est aussi à prendre en compte. Dans les domaines de la fibre et de la 4G, la Bretagne semble pour le moment loin du compte.

Selon le dernier baromètre du site de comparaison d'offres numériques ZoneADSL sur l'état des lieux de la couverture 4G et du déploiement de la fibre, la Bretagne se classe 12e, soit avant-dernière devant la Bourgogne-Franche-Comté, au classement de la fibre et 6e au classement 4G des régions. A l'heure du télétravail, l'accès à un Internet à très haut débit n'est plus une option.

Le Finistère couvert à 34 %, l'Ille-et-Vilaine à 42 %

« En 2020, les 3,3 millions d'habitants sont encore loin de profiter d'un bon accès Internet sur le fixe, s'étonne ZoneADSL, la région possède un taux de couverture fibre régional de 33 %, et affiche l'une des plus faibles évolutions du taux de couverture par an, + 4 % contre +8 % en moyenne pour les régions. Seulement 52 % des logements fibrés ont accès aux quatre opérateurs. » Si le taux de couverture s'élève à 42 % en Ille-et-Vilaine en raison de la présence de Rennes, il s'établit à 34 % en Finistère, 30 % en Morbihan et 20 % en Côtes d'Armor, où se situe Lannion, pourtant berceau des Télécoms.

« La Bretagne n'est ni une région rurale ni une région montagneuse, donc les raisons de ce retard ne sont pas imputables à la géographie ou à des difficultés d'ordre technique », relève Benjamin Gervais, président de ZoneADSL. « 10 % des zones fibrées proviennent des interventions privées des opérateurs dans les zones les plus denses donc rentables, ce qui est logique. Le retard à l'allumage, notamment dans les zones plus rurales, est à chercher du côté des collectivités. Les financements publics prennent plus de temps » avance-t-il.

Deux ans de retard et 8 millions d'euros supplémentaires

La Bretagne accuse en effet un retard de deux ans de la première phase démarrée en 2016 (seulement 100.000 prises installées en 2019, 10.000 (!) en 2020 pour cause de crise sanitaire). Voté en 2013, le projet Bretagne THD vise à raccorder 90 % du territoire breton (hors zones AMII gérées par les opérateurs) à la fibre optique via la construction d'un réseau public. Piloté par le syndicat mixte Mégalis Bretagne, qui réunit les collectivités dont la Région Bretagne, le chantier est ambitieux mais actuellement, seuls 78.000 foyers Mégalis sont éligibles et 38 % abonnés. Mégalis Bretagne maintient toutefois son objectif : à l'horizon 2026, l'ensemble de la population bretonne devra être couverte. Prévu à l'origine pour 2030, le calendrier a même été accéléré. Sera-t-il tenu ? Le montant de l'opération s'élève à 945 millions d'euros, et la Région a voté en octobre un supplément de 8 millions d'euros pour rattraper le retard dû au Covid-19.

400.000 prises entre 2020 et 2023, 600.000 entre 2023 et 2026

D'ici à 2026, Bouygues Energies & Services et la société Axione se sont engagés à raccorder 1.100.000 foyers bretons à la fibre optique, en déployant 400.000 prises entre 2020 et 2023 et 600.000 entre 2023 et 2026.

« Les grandes agglomérations, qui ont géré leur propre déploiement, sont dans les clous », reconnaît Loïg Chesnais-Girard, président de la Région Bretagne, interrogé par La Tribune. « En revanche, dans les secteurs ruraux et dans les petites communes desservies par Mégalis, le retard est dû à notre erreur d'avoir privilégié un déploiement par découpage opéré par plusieurs opérateurs et PME. Cela n'a pas marché et l'on a cumulé les problèmes. En mai 2019, nous avons changé les règles en faveur d'un grand marché unique. »

Mégalis Bretagne a désigné les deux entreprises comme nouveaux partenaires industriels pour la conception et le déploiement des phases 2 et 3 du projet Bretagne Très Haut Débit. Orange, qui revendiquait en parallèle 1 million de foyers raccordables sur son réseau privé, avait été jugé trop cher. « C'est le plus grand chantier de travaux publics en France », revendiquait Bouygues Télécoms à la signature du contrat. Et pour cause : cela signifie que le rythme annuel de prises installées devra passer à 150.000 courant 2021. Loïg Chesnais-Girard reste confiant sur l'objectif de 2026. « Tous les moyens sont mis pour que ça bouge. Bouygues nous garantit sa capacité à respecter les délais et prévoit l'installation de 170 000 prises d'ici à mai prochain. 200 chantiers sont en cours », affirme-t-il.

ZoneADSL juge très optimiste les hypothèses de croissance pour 2026. « 80-85 % de couverture sembleraient plus raisonnables », évalue Benjamin Gervais.

32Mbit/seconde, plus faible débit 4G des régions

Sur le front de la 4G, alors que la France est désormais couverte à 96 % comme annoncé par le gouvernement, la Bretagne est dans les clous et affiche avec 97 % « un excellent taux de couverture » souligne le site.

Le bât blesse en revanche sur le débit moyen. Avec 32Mbit/seconde (streaming, navigation, download, upload), c'est le plus faible résultat des régions, partagé aussi par Bourgogne-Franche-Comté. Créditée d'un débit de 41Mbit/s, l'Ille-et-Vilaine dépasse légèrement la moyenne de 40 Mbit/s établie pour les treize régions. Le Finistère affiche 40 Mbit/s, le Morbihan 31 Mbit/s et les Côtes d'Armor 25 Mbit/s. « Même si Orange et Bouygues Télécom offrent le meilleur réseau 4G en Bretagne, le problème de débit vient des opérateurs. En dehors de Rennes, la Bretagne ne possède pas de très grandes villes et la population est répartie sur le territoire de manière plus homogène que dans d'autres régions. Les opérateurs réagissent en fonction de la répartition de la densité de population », estime Benjamin Gervais.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 16/11/2020 à 22:21
Signaler
Chez -moi en Sarthe région, communes départements ont financé le plus lourd, les NRA, et la fibre qui l'anime, je suis en attente de 150m de fibre depuis même 10 ans (free avait raccordé l'ancien repartiteur du coup pas de degroupement. Donc c'est t...

à écrit le 16/11/2020 à 16:53
Signaler
Pendant ce temps : En Chine, on ne perd pas de temps quand il s’agit de technologie. L’Empire du milieu a annoncé, vendredi 6 novembre via son ambassade aux États-Unis, avoir procédé au lancement d’un satellite de test pour la 6G. Au total, le pay...

à écrit le 16/11/2020 à 12:39
Signaler
2026 … après 2022 … après 2021 … après 2018 … après 2015 … La longue histoire des promesses non tenues … On s'en souviendra quand Macron reviendra avec de nouvelles promesses. Mais il pourra toujours vendre le retard français en prétendant que la 4...

à écrit le 16/11/2020 à 10:25
Signaler
La Bretagne n'a rien à craindre : elle est déjà couverte d'algues vertes.

à écrit le 16/11/2020 à 10:01
Signaler
Voila ce qui se passe quand un état confie aux régions le développement d'une infrastructure nationale et que l'ancien opérateur public vend ses équipements en France pour investir à l'étranger.

à écrit le 16/11/2020 à 4:17
Signaler
L'internet en France, c'est comme Flamanville, reporte aux calendes romaines, ou grecques, c'est selon: 6ieme puissance, avez-vous dit ?

à écrit le 15/11/2020 à 17:01
Signaler
La Bretagne était dans le dernier quart des régions en matière de raccordement fibre & 4G, mais elle a réussi à perdre encore 4 places en 5 ans. Un peu de patience et elle sera la dernière. De toute façon, la Bretagne ne peut pas être en tête dans t...

à écrit le 15/11/2020 à 14:02
Signaler
La 5G va mettre un terme a cette planification bien que la population ne soit pas a destination nomade!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.