La Bretagne débloque plus de 100 millions d'euros pour soutenir l'économie

 |   |  661  mots
(Crédits : Richard Revel/Pixabay)
La Région Bretagne a voté lundi plus de 103,8 millions d'euros d'aides exceptionnelles. Les entreprises voient leur accès au crédit facilité et un report des échéances pour préserver leur trésorerie. En parallèle, l'élan du monde économique régional vers les personnels de santé et les secteurs vitaux s'organise.

Réunie en audioconférence lundi en fin d'après-midi, la commission permanente de la Région Bretagne a voté à l'unanimité lundi dans la journée une série de mesures visant à réduire l'impact causé par la pandémie de Covid-19 sur des secteurs-clés de l'activité régionale.

103,8 millions d'euros d'aides exceptionnelles sont ainsi engagées pour « préserver au maximum la vie économique et associative de la région ainsi que les établissements de formation professionnelle et leurs bénéficiaires », a annoncé le Conseil régional. Le soutien à l'activité des entreprises se traduit par une aide de 10,5 millions d'euros pour les TPE, micro-entreprises, artisans et commerçants via le Fonds national de solidarité (1 milliard d'euros) créé par le gouvernement. 5 millions d'euros vont dans la création d'un « prêt rebond » à taux zéro compris entre 10.000 et 200.0000 euros pour les PME de plus d'un an en difficulté conjoncturelle.

Accès élargi au crédit

Le Fonds régional de garantie (Région et Bpifrance) est mobilisé pour permettre un accès élargi au crédit des entreprises en besoin de trésorerie pour un montant évalué à 100 millions d'euros. 50 millions d'euros seront injectés dans le versement anticipé des avances remboursables déjà votées, et jusqu'à 90 % de leur montant. Ce dispositif inclut les associations de l'économie sociale et solidaire (ESS), les organismes d'enseignement supérieur et de recherche, les agriculteurs. Jusqu'à la fin septembre, les remboursements d'avances remboursables accordées aux entreprises et aux associations sont suspendus. Cette facilitation de trésorerie est évaluée à 6,8 millions d'euros.

Enfin, le secteur de la pêche bénéficiera d'une aide de 150.000 euros versée à l'Association des acheteurs de produits de la pêche (ABAPP) afin de cautionner ou garantir 10 millions d'euros à ses adhérents.

700 demandes des entreprises via les CCI

Plusieurs mesures compensatoires, comme le différemment des remboursements dus à la Région sont aussi prévues afin de ne pas fragiliser les trésoreries des entreprises. Selon la CCI Bretagne, depuis le 16 mars, le réseau des antennes régionales a déjà traité plus de 700 demandes d'orientation vers les différents dispositifs des pouvoirs publics (Etat, Région, collectivités locales, BPI) et d'accompagnement dans les dispositions à prendre par chaque entreprise. Ce soutien aux entreprises est aussi relayé par les banques. Le Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine vient ainsi d'annoncer que les nouveaux prêts de trésorerie garantis par l'Etat accessibles à un taux d'intérêt de 0,25 % pour les entreprises ayant un chiffre d'affaires jusqu'à 50 millions d'euros seront proposés jusqu'au 31 décembre 2020.

Task force et appel solidaire aux industriels bretons

« C'est unis que nous sommes utiles à nos concitoyens. Avec les maires qui, tous, sont sur le pont, avec les élus intercommunaux et départementaux qui permettent, grâce à l'engagement de leurs équipes, de faire tourner les services essentiels, nous sommes partenaires », fait valoir Loïg Chesnais-Girard, président de la Région Bretagne dans une lettre diffusée aux Bretons mercredi au travers des quotidiens régionaux.

L'élan de solidarité régionale s'amplifie d'ailleurs cette semaine : outre la commande groupée des collectivités territoriales de deux millions de masques pour les personnels du service public, la Région a annoncé mardi le lancement de la plateforme www.entreprisesunies-covid19.bzh recensant les offres de services et de production des entreprises à destination des acteurs de santé, de l'industrie agroalimentaire et d'autres secteurs vitaux. Cette « task force » agira de manière coordonnée avec l'ARS Bretagne et la Préfecture de région. Un appel solidaire est donc lancé à l'ensemble des industriels bretons pour se connecter et se coordonner.

De manière individuelle, plusieurs entreprises ont déjà pris des devants. Armor Lux s'est lancée dans la production de masques, Yves Rocher dans celle de gels hydroalcooliques. En Finistère, la conserverie de poissons Furic a fermé ses magasins mais poursuit sa fabrication au bénéfice des hôpitaux, Ehpad et de l'armée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :