Le Crédit Agricole étendra sa Filière Mer à plusieurs caisses en 2018

 |   |  987  mots
(Crédits : Reuters)
Pour le Crédit Agricole, le secteur maritime fait figure de nouveau relais de croissance. La Filière Mer lancée en 2014 par la caisse régionale du Finistère sera étendue courant 2018 à d'autres caisses du groupe. Les 1ères Rencontres nationales de la Filière Mer, organisées à Brest début novembre, ont déjà contribué à sensibiliser les startups, les grandes entreprises mais aussi les filiales du groupe à cette stratégie d'accompagnement de l'innovation dans l'économie bleue. La démarche sera renforcée fin 2018 avec l'ouverture d'un fablab nautique près du pôle course au large de Port-la-Forêt.

Personne se s'en étonnera, lorsqu'on parle de banque associée au financement de secteurs comme la construction navale, la pêche, les énergies marines ou encore les biotechs, on ne pense pas naturellement au Crédit Agricole. La part de marché de l'établissement bancaire tourne plutôt autour de 70 % chez les agriculteurs. Sous l'impulsion de la caisse régionale du Finistère, le ratio pourrait bien changer. Le Crédit Agricole se cherche de nouveaux relais de croissance et sa stratégie d'innovation passe désormais par l'accompagnement de l'économie bleue et le soutien au développement des activités maritimes. En 2018, le groupe, qui recense 39 caisses en France, compte étendre à une vingtaine de ses établissements l'initiative Filière Mer lancée en 2014 en Finistère par le directeur général Nicolas Venard. Parti d'une feuille blanche et soutenu par le Pôle Mer Bretagne Atlantique, l'établissement breton compte désormais dans le paysage maritime.

35 M d'euros d'encours de crédits

En trois ans, le Crédit Agricole du Finistère a doublé sa part de marché sur la cible et ouvert 135 comptes clients auprès de professionnels et d'entreprises de la pêche, du nautisme, de la construction navale. A fin 2017, il affiche 35 M€ d'encours de crédits sur cette clientèle et son fonds d'investissement, Force 29, a pris 12 participations au capital (4 M €) dont 8 dans les domaines des EMR, des biotechs ou de l'ingénierie maritime. La Filière Mer a participé au lancement de la Fondation CA Finistère, qui octroie, entre autres, des subventions à des projets maritimes. Enfin, elle s'est impliquée dans la création d'un « Village by CA » sur le plateau des Capucins à Brest. 10 startups spécialisées sur trois domaines d'excellence y sont hébergées, telles  Eodyn (trafic maritime), Splashelec (assistance en navigation), Tek Diving (algorithmes de décompression), et Foil & Co (technologie des foils). En termes de communication, le Finistère a innové en créant un mode de contact des clients potentiels sur les réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn, Twitter). Cette  communauté BtoB compte aujourd'hui 5.000 membres.

« Depuis trois ans, nous allons à la rencontre des clients potentiels et développons une offre commerciale pour ce secteur. Avant 2014, les nombreuses entreprises liées au maritime sur notre littoral étaient fort peu représentées dans notre portefeuille clients. La part de marché du Crédit Agricole du Finistère sur les entreprises de biotechs marines atteint aujourd'hui 80 % se félicite Jean-Yves Fontaine. Le directeur du pôle Internet breton, du développement sur la mer et des nouvelles technologies est, avec le responsable Philippe Coquil, un des artisans de la Filière Mer dont le fonctionnement s'apparente à celui d'une jeune entreprise.

Les entreprises ont besoin de plus que d'une simple aide au financement : d'un accompagnement pour consolider leurs projets, et d'un service global. Le Crédit Agricole offre à la fois une visibilité et un réseau de partenaires. La Filière Mer c'est en quelque sorte un village de  l'innovation spécialisé dans le maritime, une approche nouvelle que nous essayons de mieux faire connaître. »

Garder les entreprises sur le territoire

Afin de sensibiliser les professionnels du secteur, mais aussi les autres caisses et filiales du groupe, la caisse du Finistère a organisé début novembre à Brest les 1ères Rencontres nationales de la Filière Mer. Du groupe (Naval Group) à la PME (Hemarina, Polymaris, Sabella) et à la jeune pousse (Foil & Co, Eodyn), plus d'une centaine d'acteurs du maritime ont répondu présent à cette journée d'échanges sur l'innovation et le développement économique. L'économie maritime est en effet un des vecteurs de croissance de l'économie bretonne, dite « Glaz économie ». Or, le Crédit Agricole du Finistère explique vouloir permettre aux entreprises prometteuses « d'éclore et de se développer sur le territoire,  ne pas rater le train de l'innovation et créer des emplois à haute valeur ajoutée. »

« L'attractivité du territoire arrive bien avant la question des fonds propres et du chiffre d'affaires, estime Jean-Yves Fontaine. Si les entreprises se délocalisent ailleurs, la région en souffrira. »

Jean Le Cam, à la barre du Nautilab

Idem si les jeunes pousses s'exilent. Pour les garder, il faut leur offrir la possibilité d'expérimenter des  innovations voire des prototypes avec des partenaires industriels. Ce sera la fonction du Nautilab, sorte de fablab nautique, qui ouvrira ses portes fin 2018. Cet incubateur d'entreprises situé à Port-la-Forêt près du Pôle Finistère Course au large et des chantiers navals, est porté par la coopérative d'intérêt collectif Finistère Mer & Vent. Celle-ci associe le Crédit Agricole et la Communauté de communes du Pays de fouesnantais avec comme porte-drapeau le navigateur Jean Le Cam. La coopérative, dans laquelle le Crédit Agricole investit 2,25 M€ sur un budget total de 2,5 M€, pourrait accompagner jusqu'à 20 projets dans les prochaines années.

Fédérer autour d'une marque et des métiers du groupe

Les avancées tangibles de la Filière Mer sont aujourd'hui étudiées avec intérêt par le réseau national du Crédit Agricole dans le cadre d'une extension de cette initiative à d'autres caisses, sur le littoral notamment. Et comme l'expliquait à Brest Philippe Coquil, le Crédit Agricole du Finistère, qui a investi 4 M€ dans le Nautilab et le Village by CA de Brest, espère jouer « un rôle de fédérateur bien au-delà du cadre bancaire ». La coopération autour d'une future marque Filière Mer pourrait par exemple permettre aux filiales d'assurances et de capital développement de renforcer leurs offres dans ce secteur en imaginant de nouveaux produits.

Une présentation du projet aux instances dirigeantes du groupe se tiendra au 1er trimestre 2018.

La Filière Mer est l'un des deux relais de croissance stratégique identifiés par le Crédit Agricole : l'autre étant le tourisme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/12/2017 à 18:38 :
Excellente initiative !
a écrit le 22/12/2017 à 21:28 :
après avoir mis à genoux le monde paysan, le CA veut annihiler ceux qui vivent de la mer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :