Campeurs français à la rescousse

 |  | 833 mots
Le camping des Saules a réalisé 550 000 euros de recettes en 2019. Son approche écolo et sa taille réduite constituent un atout cet été.
Le camping des Saules a réalisé 550 000 euros de recettes en 2019. Son approche écolo et sa taille réduite constituent un atout cet été. (Crédits : Reuters)
SÉRIE D'ÉTÉ – Centre-Val de Loire (3/4). L’hôtellerie de plein air a pu en partie compenser la perte des touristes étrangers, rebutés par la crise sanitaire grâce à un accroissement sensible des demandes des Français. À condition de savoir réagir rapidement comme le font trois des acteurs phares de la région, le parc de Fierbois et le camping des Saules, en Indre-et-Loire, et les Bois du Bardelet dans le Loiret.

Entre 50 et 70 % de fréquentation en juillet par rapport à une saison normale. Les chiffres ont agréablement surpris Laurent Cherrier et Béatrice Pigeon, respectivement propriétaires du camping des Saules, à Cheverny, et des Bois du Bardelet, à Poilly-lez-Gien. Régis de Lussac, exploitant du parc de Fierbois, situé dans le sud de la Touraine à Sainte-Catherine-de-Fierbois, constate, lui, des réservations inférieures de moitié par rapport à 2019. « Les pouvoirs publics nous avait prédit un report massif des voyages à l'étranger sur la France, or il ne s'est pas produit, regrette le président du Syndicat régional de l'hôtellerie de plein air du Centre-Val de Loire (SRHPA). Les campings de taille importante comme le nôtre souffrent le plus, même s'ils ne présentent aucun risque supplémentaire du fait du large espace réservé à chacun des 400 emplacements. »

Une déception toute relative puisque la Fédération nationale anticipait une baisse moyenne de 50 %. Ce sont les touristes anglais,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :