Tests de dépistage : ABO+ et Inovalys veulent tenir la cadence

 |   |  337  mots
les techniciens vétérinaires d'Inovalys mis à contribution pour le dépistage accru des seniors, séjournant notamment dans les Ephad.
les techniciens vétérinaires d'Inovalys mis à contribution pour le dépistage accru des seniors, séjournant notamment dans les Ephad. (Crédits : DR)
TOURS (37). En perspective de la montée en puissance du dépistage du Covid 19 à partir du 11 mai, les deux groupements de laboratoires de biologie humaine ABO + et animale Inovalys conjuguent leurs forces.

Un millier de tests naso-pharyngés (PCR) quotidiens et la capacité de tripler ce chiffre le cas échéant. ABO +, qui regroupe 27 laboratoires en région Centre-Val de Loire (pour 323 salariés et 41 millions d'euros de chiffre d'affaires réalisé en 2019), a dû sensiblement redimensionner sa plateforme de production pour répondre à la demande future. Ces tests de dépistage du Covid 19 via un écouvillon placé dans le nez étaient réservés jusqu'ici aux cas symptomatiques marqués. L'annonce le 18 avril par Édouard Philippe d'un passage à 500 000 prélèvements hebdomadaires dès le déconfinement, avait été anticipée par le groupement, lui-même partie prenante de l'ensemble Laborizon (98 sites en Bretagne, Pays de Loire et Centre-Val de Loire).

À la clé, des commandes de matière première nécessaire à la réalisation des tests (réactif de détection) effectuées suffisamment en amont en Chine et aux USA. « Nous avons des consommables nous permettant de produire un million de tests virologiques et sérologiques », assure Christian Chillou, président d'ABO +. La généralisation de cette seconde catégorie de tests a posteriori, dont la fiabilité reste sujette à caution, n'est pas actée.

Laboratoires vétérinaires en complément

La sélection par l'Autorité Régionale de Santé (ARS) de quelques rares laboratoires dans le Centre-Val de Loire afin de réaliser les tests de dépistage du Covid 19 a également poussé ABO + à passer une convention avec Inovalys. Ce groupement de laboratoires vétérinaires, présent à Nantes, à Angers, au Mans et à Parcay-Meslay près de Tours, est l'un des leaders dans le grand Ouest sur ce segment. Il emploie 435 salariés et a réalisé 30 millions d'euros de recettes en 2019.

Comme les autres structures de biologie animale, Inovalys a été autorisé par un décret du 5 avril à intervenir en deuxième rideau, uniquement sur l'analyse des prélèvements. Cette perspective est largement envisagée chez ABO+ comme au sein d'Inovalys, tant le trop-plein de tests à effectuer est attendu d'ici quelques semaines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :