Metz trace son avenir dans le sillon du Luxembourg

 |   |  813  mots
La municipalité sortante a créé Bliiida, un tiers-lieu qui pourrait accueillir les filières naissantes de l'économie messine.
La municipalité sortante a créé Bliiida, un tiers-lieu qui pourrait accueillir les filières naissantes de l'économie messine. (Crédits : Olivier Mirguet)
MUNICIPALES 2020. Le développement économique de l'agglomération messine dépendra de la qualité des relations tissées avec le Luxembourg, puissant voisin qui concentre l'essentiel des créations d'emplois au nord de la Lorraine.

"Les emplois créés au Luxembourg ont remplacé les 100 000 emplois perdus depuis une génération et demie dans nos industries. Sans eux, nous serions sinistrés". François Grosdidier, député (LR) de la Moselle et candidat à la mairie de Metz, prend le contrepied du maire sortant : au pouvoir depuis 2008, le socialiste Dominique Gros ne cachait plus son animosité vis-à-vis du Luxembourg et de son peu d'entrain à participer aux investissements des collectivités françaises.

Difficile de parler d'économie à Metz sans évoquer le Grand-Duché, dont la frontière n'est distante que de 38 kilomètres à vol d'oiseau. L'agglomération messine compte entre 7 000 et 8 000 travailleurs frontaliers, soit plus de 10 % de sa population active. "Le pouvoir d'achat prélevé au Luxembourg et dépensé à Metz a fait le succès de nos commerçants", constate François Grosdidier. L'écologiste Xavier Bouvet, son principal opposant, est tout aussi disert quand il évoque le puissant voisin, "métropole européenne qui a...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2020 à 10:24 :
Un copain qui travaillait depuis dix ans dans les coins pour intermarché, bien obéissant, efficace et productif, respectueux de ses employeurs a quand même jeté l'éponge pour sa onzième année sans augmentation de salaire décidant d'aller s'installer proche de la frontière afin d'aller travailler en Suisse, au luxembourg voir en allemagne tout en vivant vers Strasbourg, afin de se faire enfin correctement rémunérer. Avec les GAFA une des dernières façons de gagner sa vie en travaillant et non la perdre pour un français.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :