Œnotourisme : en Champagne, une nouvelle approche pour une clientèle retrouvée

 |  | 1061 mots
Visite à vélo électrique des villages du vignoble champenois, ici à Hautvillers. (Marne)
Visite à vélo électrique des villages du vignoble champenois, ici à Hautvillers. (Marne) (Crédits : Olivier Mirguet)
SÉRIE D’ÉTÉ – GRAND EST. (3/4). De l'Alsace à la Champagne, à la recherche d'un nouveau tourisme. La Champagne a perdu sa clientèle américaine haut de gamme, remplacée par des touristes de proximité. Les initiatives locales dessinent une nouvelle carte de l'œnotourisme dans les vignobles de la montagne de Reims.

Mais où sont passés les Américains ? Dans la gastronomie et l'hôtellerie de luxe en Champagne, l'été 2020 a été un choc et les professionnels du tourisme sont les premiers surpris d'y avoir survécu. "D'habitude, nous comptions 40 % d'Américains en été. Cette année, à cause de la crise sanitaire de la Covid-19, il n'y en a plus aucun", observe Arnaud Valary, directeur général des Crayères. Son hôtel offre 20 chambres et un restaurant étoilé, un parc de 7 hectares et s'affiche comme l'une des adresses de prestige à Reims. "La clientèle nord-américaine a été remplacée par des Parisiens, des Belges, des Néerlandais et quelques Anglais. Quel plaisir de rouvrir après le confinement et d'afficher complet", souffle Arnaud Valary.

Les hôteliers pas rassurés

La saison touristique n'est pas sauvée pour autant entre Reims et Épernay, région viticole dont les coteaux, les caves et les maisons de champagne sont inscrits depuis 2015 au patrimoine mondial de l'Unesco. "La reprise de la fréquentation est actée grâce aux Franciliens et aux Belges, mais le panier de la dépense moyenne a chuté", constate Philippe Verger, directeur de l'office de tourisme de Reims. Aux Crayères, le chiffre d'affaires a chuté de 16 % en juillet malgré une fréquentation équivalente à celle de 2019. Les équilibres sont fragiles...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/08/2020 à 10:55 :
Conseil de lecture : ne manquez pas de lire "Terres rares" de Jean Tuan chez C.L.C. Editions (sortie le 09 mars 2020). Un néo-polar épicurien et érudit qui dévoile comment de riches chinois s'emparent des plus beaux domaines viticoles français. Lecture édifiante et jubilatoire ! Disponible en librairie et via les principaux sites d'internet.
a écrit le 20/08/2020 à 20:52 :
Dans notre monde moderne, si vous voulez contrôler le jardin du voisin fait une organisation mondiale des jardins indépendante de tous les gouvernements et élus par personne qui proposera au début de mieux organiser les jardins pour préservé la nature, la biodiversité et la santé de tous le monde.Dans 10 ans c'est vous qui imposerez quoi mettre et où le mettre dans tous les jardins du monde.
La santé c'est pareil une organisation mondiale qui veut le bien de tous et qui travaille pour personne ou qui se moque de tous et qui travaille que pour une poignet (de dollars).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :