Œnotourisme : "Les vignes de Champagne et d'Alsace, d'extraordinaires leviers d'attractivité"

SÉRIE D’ÉTÉ – GRAND EST. (1/4). De l'Alsace à la Champagne, à la recherche d'un nouveau tourisme. L’image du Grand Est a été affectée par la multiplication des foyers de contamination durant la crise sanitaire. Pour redorer son blason, la région pourrait abandonner le tourisme de masse pour se concentrer sur des activités plus exclusives. La découverte du vignoble figure parmi ces priorités détaillées par Olivier Midière, directeur général de l’agence régionale du tourisme du Grand Est.
Tourisme viticole sur la Marne, à Mareuil-sur-Ay.
Tourisme viticole sur la Marne, à Mareuil-sur-Ay. (Crédits : Olivier Mirguet)

LA TRIBUNE - L'agence régionale du tourisme a mis en place sa cellule de crise, baptisée « Strong Together », pour répondre au recul de sa fréquentation touristique. En avril, celle-ci a chuté de 73 % dans les sites de la région. Quelle sera votre stratégie pour sortir de cette crise ?

OLIVIER MIDIÈRE - Il n'y a pas de stratégie de sortie de crise. L'enjeu consiste à savoir comment nous allons nous relancer dans une crise qui va devenir permanente. Notre tourisme ne sera plus jamais le même dans le Grand Est. Le tourisme a besoin de visibilité, et c'est l'un de ses principes fondateurs qui est remis en cause. L'effondrement des marchés de masse va avoir d'énormes conséquences, avec un rejet définitif du surtourisme. Avant la crise sanitaire de la Covid-19, nous étions déjà arrivés à un niveau d'exaspération, notamment à Colmar avec des groupes de Chinois qui n'étaient plus acceptés par la population. Nous étions engagés dans une stratégie offensive sur des marchés lointains, en Asie ou aux États-Unis. Cette demande va baisser continuellement. Nous revenons sur nos marchés de proximité : Grand Est, Benelux, Allemagne, Suisse et un peu d'Italie. Ceux qui font une belle saison en 2020 ont toujours travaillé avec une clientèle de proximité.

L'Alsace a bâti sa réputation sur les marchés de Noël, des manifestations saisonnières avec un fort impact sur la fréquentation. Ont-ils encore un avenir ?

Les marchés de Noël ne seront plus jamais les mêmes. Ils sont un produit phare en Alsace et ils se sont répandus en Lorraine et en Champagne. C'est un produit attractif qui n'a plus besoin de promotion. Depuis les attentats en décembre 2017, la mairie de Strasbourg a déjà reconsidéré la façon dont il fallait aborder la sécurité. On ne sait même pas si les marchés de Noël pourront se tenir cet hiver. La décision ne nous sera pas donnée avant la fin du mois d'octobre. Mais il ne faut pas s'alarmer inutilement. Certains hôteliers ont prétendu qu'ils faisaient leur année en décembre. C'est faux. On peut atteindre 85 à 90 % de taux d'occupation au mois d'août. Dans les Vosges, les hôtels font le plein en janvier et février.

L'effondrement des marchés de masse va avoir d'énormes conséquences, avec un rejet définitif du surtourisme.

Que proposez-vous pour conforter les industries touristiques dans le Grand Est ?

Nous orientons notre stratégie vers le « smart tourisme » durable et responsable. Il est indispensable de renforcer la résilience des entreprises de tourisme, de les accompagner vers le digital, de veiller à la solidité de leurs fonds propres. Nous y travaillons avec la Banque des territoires et des pools de banques privées. Nous allons mettre en place un « Club croissance », qui regroupera les fleurons du territoire. Je pense à une centaine de pépites telles que les parcs d'attractions, et à des grands sites comme le Haut-Koenigsbourg ou le lac de Madine.

Ces sites à fort potentiel pourront-ils encore accueillir des milliers de visiteurs ?

S'il veut garder son million de visiteurs annuels, le château du Haut-Koenigsbourg va devoir inclure de la réalité virtuelle dans son offre, parce que les précautions sanitaires ne permettent plus aux touristes de se croiser dans des escaliers étroits ! La digitalisation est une réponse à la crise actuelle. Il faut personnaliser davantage les offres. Nous allons développer l'internet des objets à la faveur de nouvelles prestations d'itinérance, la randonnée, le fluvial, le vélo, pour augmenter la consommation de services et de produits touristiques. Les seniors vont devenir la cible et la locomotive de ce nouveau marché où tout va coûter beaucoup plus cher.

Lire aussi : Encourageons le slow travel pour en finir avec le tourisme de masse !

Parmi les atouts du tourisme dans le Grand Est, il y a les vignobles en Champagne et en Alsace. Quelle est leur place dans votre stratégie ?

L'œnotourisme sera la colonne vertébrale de notre nouvelle promotion. Avec les vignes de Champagne et d'Alsace, nous bénéficions d'extraordinaires leviers d'attractivité. Les vignerons indépendants ont réussi à mettre en place des offres de "viticulteur d'un jour" ou de "pique-nique chez le vigneron", avec une centaine de milliers de visiteurs en 2019. La nature et l'aventure sont deux autres filières qui vont fortement progresser. Le Grand Est compte six parcs naturels. On peut aussi développer le tourisme autour de la filière luxe, avec le champagne, les cristalleries, les faïenceries, Bugatti. Nous comptons aussi sur la filière du thermalisme, avec deux pôles importants à Vittel (Vosges) et à Amnéville (Moselle). Dans le tourisme d'affaires, malheureusement, il y aura des perdants, dont les traiteurs, parce que l'activité va reprendre très difficilement.

Quels sont vos objectifs chiffrés ?

Le tourisme dans le Grand Est représente une vingtaine de millions de visiteurs par an. Nous sommes la septième ou huitième destination nationale, selon l'agence Atout France. L'objectif va consister à nous hisser dans le top 3, d'ici cinq à six ans. Nous y travaillons déjà avec notre projet de plateforme régionale de commercialisation, qui aura vocation à devenir une vraie place de marché.

Lire aussi : Le tourisme durable, nouvel axe de développement pour les acteurs du secteur ?

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.